URATE OXYDASE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 7/5/1999
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    Enzyme extrait des cultures d'Aspergillus flavus

    Ensemble des dénominations


    CAS : 9002-12-4
    autre dénomination : URICASE
    autre dénomination : URICO-OXYDASE
    autre dénomination : URIKOXYDASE autre dénomination : URATE OXYDASE SOUCHE 624
    bordereau : 1938
    code expérimentation : CB8129

    Classes Chimiques


    Proprietés Pharmacologiques

    1. HYPOURICEMIANT (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Active la transformation de l'acide urique principalement en allantoïne, composé plus hydrosoluble éliminé par voie rénale.

    Effets Recherchés

    1. URICOLYSE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. GOUTTE(TRAITEMENT DE FOND) (principale)
      Gouttes sévères, avec insuffisance rénale, lithiases uriques, ou polyarticulaires.

    2. HYPERURICEMIE (principale)
      Hyperuricémies sévères, primitives ou secondaires à une insuffisance rénale chronique ou aigüe, un traitement d'hémopathie par cytolytiques, une cure de jeûne chez l'obèse.

    Effets secondaires

    1. REACTION D'HYPERSENSIBILITE (CERTAIN RARE)
      Pouvant se manifester par de la fièvre, un urticaire, une hyperéosinophilie, un oedème de Quincke, exceptionnellement un choc anaphylactique.

    2. CHOC ANAPHYLACTIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      VOIE INTRAVEINEUSE

      De survenue exceptionnelle, avec bronchospasme .
      Survient essentiellement après administration intraveineuse: préférer la voie intramusculaire profonde lorsque cela est possible.
      Impose l'interdiction formelle de toute réexposition au produit.
      - Rev Rhum 1983;50:553-555.

    3. GOUTTE (CERTAIN TRES RARE)
      Survenue d'accès goutteux dans un faible nombre de cas, malgré la prise de colchicine.

    Effets sur la descendance

    1. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE
      Contre-indiqué chez la femme enceinte.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. VOIE PARENTERALE
      La voie intramusculaire profonde doit être préférée à la voie intraveineuse lorsque c'est possible, la voie IV augmentant les risques de manifestations allergiques.

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      En l'absence d'études contrôlées chez la femme enceinte, ne pas administrer pendant une grossesse.

    2. DEFICIT EN G6PD

    3. HYPERSENSIBILITE
      Hypersensibilité connue au produit.
      Chez les patients présentant un terrain allergique, ne pas utiliser la voie intraveineuse.

    Voies d'administration

    - 1 - INTRAMUSCULAIRE
    - 2 - INTRAVEINEUSE
    - 3 - INTRAVEINEUSE(EN PERFUSION)

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie intramusculaire:
    Traitement d'attaque:
    Mille unités par jour pendant 12 jours.
    Traitement d'entretien:
    Mille unités 3 fois par semaine.

    Même posologie pour la voie intraveineuse, en injection directe ou en perfusion (à éviter autant que possible).

    Chez les sujets souffrant de goutte, associer un traitement par colchicine.

    Bibliographie

    Nouv Presse Med 1975;4:1109.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr


    Retour à la page d'accueil