POLYVIDONE IODEE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 10/3/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    Polyvinylpyrrolidone iodée

    Ensemble des dénominations

    autre dénomination : POLYVINYLPYRROLIDONE IODEE
    bordereau : 1836
    sel ou dérivé : POLYVIDONE

    Classes Chimiques


    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTIBACTERIEN (principale certaine)

    2. ANTISEPTIQUE (principale certaine)

    3. ANTISEPTIQUE EXTERNE (principale certaine)

    4. ANTISEPTIQUE EXTERNE IODE (principale certaine)

    5. ANTIFONGIQUE (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Libère de l'iode inorganique qui agit directement sur les protéines cytoplasmiques à l'état d'iode libre.

    Effets Recherchés

    1. ANTISEPTIQUE EXTERNE (principal)

    2. ANTISEPTIQUE EXTERNE IODE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. DESINFECTION CUTANEE (principale)
      Dans un essai randomisé versus chlorhexidine alcoolique, l'utilisation de chlorhexidine réduirait l'incidence des contaminations bactériennes lors des hémocultures :
      - Ann Intern Med 1999;131:834-837.

    2. DESINFECTION DU MATERIEL (principale)

    3. VULVOVAGINITE (principale)

    4. PERITONITE (principale)
      Irrigation péritonéale.

    5. CONJONCTIVITE NEONATALE(PREVENTION) (secondaire)
      Dans la prévention des conjonctivites gonococciques ou à Chlamydia trachomatis en solution ophtalmique à 2,5 pour cent, serait plus efficace que le nitrate d'argent ou l'érythromycine (étude randomisé de plus de 3000 nouveaux-nés) :
      - N Engl J Med 1995;332:562-566.

    Effets secondaires

    1. EFFETS SYSTEMIQUES (CERTAIN )
      En raison de la résorption transcutanée de l'iode, l'utilisation de ce produit peut exposer à des effets systémiques.
      Ces effets systémiques, favorisés par la répétition des applications, sont d'autant plus à redouter que l'antiseptique est utilisé sur une grande surface, sous pansement occlusif, sur une peau lésée (notamment brûlée), une muqueuse, une peau de prématuré ou de nourrisson (en raison du rapport surface/poids et de l'effet d'occlusion des couches au niveau du siège).

    2. TOXICITE CUTANEOMUQUEUSE (CERTAIN )
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SUJETS IMMUNODEPRIMES

      A type d'érythème, induration, formation de papules lors de l'application de pansements imprégnés de polyvidone iodée :
      - JAMA 1979;242:239.

    3. IRRITATION CUTANEE (CERTAIN )

    4. IRRITATION MUQUEUSE (CERTAIN )

    5. HYPERSENSIBILITE (CERTAIN )
      Avec fièvre et éruption cutanée.

    6. CHOC ANAPHYLACTIQUE (A CONFIRMER )
      Un cas après utilisation comme excipient dans un mélange pour injection intra-articulaire (sel de polyvidone non précisé) :
      - Ann Pharmacother 1996;30:37-40.

    7. DERMATITE EXFOLIATRICE (A CONFIRMER )
      Un cas décrit.

    8. ACIDOSE METABOLIQUE (A CONFIRMER )
      Deux cas décrits chez des brûlés à 75 % et 35 % :
      - Lancet 1976;2:280.

    9. VOLEMIE(AUGMENTATION) (A CONFIRMER )
      Deux cas décrits chez des brûlés à 75 % et 35 % :
      - Lancet 1976;2:280.

    10. INSUFFISANCE RENALE AIGUE (A CONFIRMER )
      Deux cas décrits chez des brûlés à 75 % et 35 % :
      - Lancet 1976;2:280.

    11. ACIDOSE LACTIQUE (A CONFIRMER )
      Deux cas décrits chez des brûlés à 75 % et 35 % :
      - Lancet 1976;2:280.

    12. TACHYCARDIE (A CONFIRMER )
      Un cas associé à une fibrillation auriculaire lors de l'utilisartion diluée en lavage péritonéal :
      - Anaesthesia 1989;44:692.

    13. COLLAPSUS CARDIOVASCULAIRE (A CONFIRMER )
      Un cas observé chez un nourrisson à la suite de l'administration sous forme de lavement :
      - J Pediatr Surg 1990;25:1278-1279.

    14. DYSTHYROIDIE (CERTAIN TRES RARE)

    15. HYPOTHYROIDIE (CERTAIN TRES RARE)

    16. HYPERTHYROIDIE (CERTAIN TRES RARE)
      Décompensation d'une hyperthroidie latente

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. BRULURE
      Ne pas utiliser sur des brûlures supérieures ou égales à 20 % de la surface corporelle.

    2. PREMATURE
      Risque d'hypothyroïdisme à la suite d'expositions répétées sur de grandes surfaces:
      - J Pediatrics 1997;131:434-439.

    Contre-Indications

    1. NOUVEAU-NE
      Risque d'hypothyroïdie surtout en cas de prématurité :
      - Prescrire 1990;10:403.

    2. DERMATOSE SUINTANTE

    3. INTOLERANCE A L'IODE

    4. GROSSESSE
      Information manquante.

    5. ALLAITEMENT
      Information manquante.

    Posologie et mode d'administration

    Usage gynécologique : deux cent cinquante milligrammes sous forme de comprimés gynécologiques à mettre en place le soir.
    Lavage gynécologique : une ou deux injections vaginales d'une solution à un pour mille.
    Usage cutané : solution à un ou deux pour cent.
    Lavage péritonéale : solution à un ou deux pour mille.

    Ne jamais utiliser en même temps que des dérivés organo-mercuriels car formation d'iodure mercurique.
    Ne pas utiliser chez le nouveau-né car risque d'hypothyroïdie surtout chez le prématuré.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - ELIMINATION voie rénale

    Absorption
    L'iode libéré est résorbé par la muqueuse intestinale, le péritoine, la peau chez les brûlés.
    Répartition
    L'iode se fixe sur l'albumine plasmatique.
    Elimination
    (VOIE RENALE)

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil