TEICOPLANINE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 4/1/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    SUBSTANCE ANTIBIOTIQUE OBTENUE A PARTIR DE CULTURES D'ACTINOPLANES TEICHOMYCETICUS OU LA MEME SUBSTANCE OBTENUE PAR TOUT AUTRE MOYEN

    Ensemble des dénominations

    DCIR : TEICOPLANINE
    DCIR : TEICOPLANINUM
    autre dénomination : DL 507-IT
    autre dénomination : L 12507
    autre dénomination : MDL 507
    autre dénomination : TECOPLANINE
    autre dénomination : TEICHOMYCINE AZ
    bordereau : 2859

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : 61036-62-2
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTIBIOTIQUE (principale certaine)
      Spectre antibacterien: bactéries Gram+: staphylocoques, y compris les methicilline résistants, streptocoques, clostridium difficile, clostridium alcalescens.

    2. ANTIBIOTIQUE ANTIBACTERIEN (principale certaine)

    3. ANTIBACTERIEN (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Inhibe la synthèse de la paroi bactérienne en se liant au pentapeptide muranyl, substrat nécessaire à l'élaboration de la structure de la paroi.
      Agit sur les bactéries Gram positif aérobies ou anaérobies.

    Indications Thérapeutiques

    1. INFECTION A GERMES SENSIBLES (principale)

    2. CHIRURGIE DENTAIRE(ADJUVANT) (principale)
      Prophylaxie de l'endocardite chez les sujets atteints de valvulopathie ou porteurs de prothèse valvulaire.

    Effets secondaires

    1. DOULEUR AU POINT D'INJECTION (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      VOIE PARENTERALE

      Nécessite l'injection lente d'une solution suffisament diluée.

    2. THROMBOPHLEBITE LOCALE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      VOIE INTRAVEINEUSE

      Nécessite l'injection lente d'une solution diluée.

    3. NECROSE TISSULAIRE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      VOIE PARENTERALE

      Nécrose locale

    4. FIEVRE (CERTAIN TRES RARE)
      Réaction d'hypersensibilité.

    5. FRISSON (CERTAIN RARE)

    6. RASH (CERTAIN RARE)
      Eruption érythèmateuse avec prurit intense.

    7. PRURIT (CERTAIN RARE)

    8. REACTION D'HYPERSENSIBILITE (CERTAIN RARE)
      Soit cutanées (éruption érythémateuse, prurit) soit générales (fièvre).
      Un cas d'hypersensibilité croisée avec la vancomycine :
      - J Antimicrob Chemother 1991;28:476-477.

    9. BRONCHOSPASME (CERTAIN TRES RARE)

    10. CHOC ANAPHYLACTIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    11. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)

    12. CREATININEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)
      Transitoire.

    13. NAUSEE (CERTAIN RARE)

    14. VOMISSEMENT (CERTAIN RARE)

    15. DIARRHEE (CERTAIN RARE)

    16. EOSINOPHILIE (CERTAIN TRES RARE)
      Dans le cadre d'une réaction d'hypersensibilité.

    17. LEUCOPENIE (CERTAIN RARE)

    18. THROMBOPENIE (CERTAIN RARE)
      Un cas de thrombopénie sévère associée à une leucopénie, un cas de thrombopénie a déjà été rapporté :
      - Nephron 1996;73:721-722.

    19. CEPHALEE (CERTAIN TRES RARE)

    20. VERTIGE (CERTAIN RARE)

    21. ACUITE AUDITIVE(DIMINUTION) (CERTAIN RARE)

    22. ACOUPHENE (CERTAIN RARE)

    23. ERYTHEME (A CONFIRMER )
      Un cas d'érythème généralisé (syndrome de l'homme rouge) :
      - Rev Infect Dis 1991;13:770.

    24. SYNDROME DE LYELL (A CONFIRMER )
      - Ann Dermatol Venerol 1992;119:667-669.

    Effets sur la descendance

    1. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    2. EMBRYOTOXICITE CHEZ L'ANIMAL

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE RENALE
      ADAPTER LA POSOLOGIE

    2. ALLERGIE A LA VANCOMYCINE
      RISQUE D'HYPERSENSIBILITE CROISEE

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      Embryotoxique chez l'animal.

    2. ALLAITEMENT
      Information manquante.

    3. ALLERGIE A CETTE SUBSTANCE

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie intramusculaire ou intraveineuse chez l'adulte:
    Deux cents à huit cents milligrammes par jour selon le typre d'infection, en une ou deux injections .

    Chez l'insuffisant rénal, réduire la posologie à partir du quatrième jour.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 60 heure(s)
    - 2 - ELIMINATION voie rénale

    Absorption
    Non résorbé par voie orale, administré par voie intramusculaire ou intraveineuse.
    Biodisponibilité par voie intramusculaire: 90%.

    Répartition
    Liaison aux protéines plasmatiques: 90%.
    Ne franchirait pas la barrière hématoencéphalique, même en cas d'inflamation des méninges.
    Passe dans le liquide synovial.
    Demi-Vie
    60 heures.
    Fortement allongée en cas d'insuffisance rénale:
    - Eur J Clin Pharmacol 1986;31:501-504.
    - Clin Pharmacokinet 1987;12:292-301.

    Métabolisme
    Non métabolisé.
    Elimination
    Voie rénale:
    60% de la dose administrée sont éliminés par les urines sous forme inchangée.
    Très peu dialysable.

    Bibliographie

    - DICP 1988;22:218-226. (REVUE GENERALE)
    - J Antimicrob Chemother1988;21:SupplA. (REVUE GENERALE)
    - Drugs 1990;40:449-486. (REVUE GENERALE)
    - Br J Haematol 1990;76:Suppl2. (REVUE GENERALE)
    - Clin Pharmacokinet 1990;18:184-209.(PHARMACOCINETIQUE)
    - Drugs 1994;47:823-854.
    - Drug Saf 1995;13:317-328.*

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil