ETHOSUXIMIDE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 5/3/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    ETHYL-3 METHYL-3 PYRROLIDINEDIONE-2,5

    Ensemble des dénominations

    DCF : ETHOSUXIMIDE
    DCIR : ETHOSUXIMIDE
    autre dénomination : ETHOSUCCIMIDE
    autre dénomination : ETHOSUCCINIMIDE
    autre dénomination : H 940
    autre dénomination : PM 671
    bordereau : 253
    sel ou dérivé : SUCCINIMIDE

    Classes Chimiques


    Regime : liste II

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTICONVULSIVANT (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Agit au niveau de la cellule nerveuse par diminution de la formation des décharges répétitives et de la diffusion des décharges épileptogènes (élève le seuil d'excitabilité).
      Actif dans le petit mal, l'activité sur les absences derait due au blocage de canaux calciques voltage-dépendants de type T au niveau thalamique:
      - Pharmacol Rev 1990;42:224-286.

    Effets Recherchés

    1. ANTIEPILEPTIQUE (principal)

    2. ANTICOMITIAL(PETIT MAL) (principal)

    3. ANTICOMITIAL(CRISES TEMPORALES) (accessoire)

    Indications Thérapeutiques

    1. EPILEPSIE (principale)
      Epilepsies temporale, petit mal

    2. EPILEPSIE(PETIT MAL) (principale)

    3. EPILEPSIE TEMPORALE (secondaire)

    Effets secondaires

    1. SOMNOLENCE (CERTAIN RARE)

    2. INDIFFERENCE (CERTAIN TRES RARE)

    3. DEPRESSION (CERTAIN TRES RARE)

    4. EUPHORIE (CERTAIN TRES RARE)

    5. CEPHALEE (CERTAIN TRES RARE)

    6. VERTIGE (CERTAIN TRES RARE)

    7. PHOTOPHOBIE (CERTAIN RARE)

    8. ATAXIE (CERTAIN TRES RARE)

    9. SYNDROME EXTRAPYRAMIDAL (CERTAIN TRES RARE)

    10. PSYCHOSE AIGUE (CERTAIN TRES RARE)

    11. ANOREXIE (CERTAIN RARE)

    12. NAUSEE (CERTAIN RARE)

    13. VOMISSEMENT (CERTAIN TRES RARE)

    14. DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN RARE)

    15. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN TRES RARE)

    16. ANTICORPS ANTINUCLEAIRES(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)
      - Pediatrics 1976;57:529.

    17. PORPHYRIE AIGUE INTERMITTENTE(AGGRAVATION) (CERTAIN )

    18. THROMBOPENIE (CERTAIN TRES RARE)

    19. SYNDROME LUPIQUE (A CONFIRMER )
      Régresse habituellement à l'arrêt du traitement :
      - Sem Hop Paris 1989;65:2195-2203.

    20. LEUCOPENIE (A CONFIRMER )

    21. AGRANULOCYTOSE (A CONFIRMER )

    22. SCLERODERMIE GENERALISEE (A CONFIRMER )
      Un cas avec guérison à l'arrêt du traitement:
      - Arch Dis Child 1975;50:658.

    23. APLASIE MEDULLAIRE (A CONFIRMER )
      Un cas chez l'enfant de six mois :
      - Acta Paediatr Scand 1983;72:927.
      Un cas chez un enfant après huit mois de traitement :
      - Pediatr Neurol 1994;11:59-61.

    Effets sur la descendance

    1. NON TERATOGENE CHEZ L'ANIMAL

    2. PAS D'EFFET SIGNALE CHEZ L'HOMME

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. ANESTHESIE GENERALE

    2. LUPUS INDUIT

    Contre-Indications

    1. PORPHYRIE

    2. PORPHYRIE AIGUE INTERMITTENTE

    3. ALLAITEMENT
      A proscrire en période d'allaitement ou nécessitant de différerer celui-ci.
      Utiliser de préférence la carbamazépine, la phénytoïne ou l'acide valproïque:
      - N Engl J Med 2000;343:118-126 (129 réf.)

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie orale:
    - chez l'adulte;
    Dose initiale: Cinq cents milligrammes par jour en 2 prises, puis augmenter les doses progressivement jusqu'à un gramme à un gramme et demi en prises fractionnées.
    - chez l'enfant:
    Deux cent cinquante milligrammes par jour, posologie à atteindre progressivement.

    Surveillance de l'hémogramme.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - REPARTITION lait

    Absorption
    Résorption lente par le tractus digestif.
    Répartition
    Franchit la barrière placentaire, le rapport des concentrations sériques mére-enfant est voisin de 1.
    Passe dans le lait: lait/plasma: 0,9:
    - Br J Clin Pharmacol1981;12:855.
    Le taux sanguin chez le nouveau-né serait compris entre 15 et 40 microgrammes par ml et la demi-vie serait voisine de 30 h.

    Bibliographie

    - Médicaments organiques de synthèse 1969,tome 1:145.
    - Pharmacol Rev 1990;42:224-286.
    - Drug Saf 1996;15:378-393.
    - Neurology 2000;55,suppl 3:S5-S10. (Revue générale des antiépileptiques)

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil