CALCITRIOL

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 17/4/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    SECO-9,10 CHOLESTATRIENE-5,7,10(19)TRI-OL-1ALPHA,3BETA,25-(5Z, 7E)

    Ensemble des dénominations

    DCIR : CALCITRIOL
    autre dénomination : RO-21-5535
    autre dénomination : U-49562
    autre dénomination : 1,25-DHCC
    autre dénomination : 1,25-DIHYDROXYCHOLECALCIFEROL
    autre dénomination : 1,25-DIOHC
    autre dénomination : 1,25-HYDROXYVITAMINE D3
    bordereau : 2497
    sel ou dérivé : ALFACALCIDOL
    sel ou dérivé : CALCIFEDIOL
    sel ou dérivé : COLECALCIFEROL
    sel ou dérivé : DIHYDROTACHYSTEROL
    sel ou dérivé : ERGOCALCIFEROL

    Classes Chimiques


    Proprietés Pharmacologiques

    1. ACTIVITE VITAMINIQUE D (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Métabolite actif (hydroxylé en 1 et 25 ) du cholécalciférol.
      Au niveau intestinal, déclenche l'absorption du calcium et du phosphore en augmentant la synthèse d'une protéine transporteuse du calcium.
      Sur l'os normal, favorise la résorption osseuse.
      Sur l'os rachitique, provoque la minéralisation .
      Sur le rein, augmente la réabsorption tubulaire du calcium.

    2. secondaire
      Augmente l'élimination urinaire du phosphore.
      Augmente la citraturie et la citratémie.
      A fortes doses, entraine la mobilisation du calcium osseux.

    Effets Recherchés

    1. VITAMINIQUE D (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. OSTEODYSTROPHIE RENALE (principale)
      Evaluation de l'efficacité des perfusions de calcitriol (administré trois fois par semaine) chez 12 patients dialysés ne répondant pas aux traitements classiques. Suivi sur un an. Conclusion en faveur de la voie injectable pour un traitement au long cours :
      - N Engl J Med 1989;321:274-282.
      Prévention de l'ostéodystrophie rénale par le calcitriol :
      - Kidney Int 1994;45:245-252.

    2. HYPERPARATHYROIDIE SECONDAIRE (principale)
      Au cours des insuffisances rénales chroniques
      Chez les hémodialysés: la voie orale est aussi active, mais moins coûteuse que la voie IV (qui agit plus rapidement):
      - Nephron 1997;77:267-272.

    3. OSTEOPETROSE (secondaire)
      - N Engl J Med 1984;310:409.

    4. OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE (secondaire)
      - Am J Med 1988;84:401-408.
      Essai négatif :
      - Am J Med 1989;110:267.
      Autre publication :
      - Ann Intern Med 1990;113:649-655.
      Essai positif :
      - N Engl J Med 1992;326:357-362.

    5. GREFFE DE FOIE(ADJUVANT) (à confirmer)
      Prévention de l'ostéoporose post-transplantation:
      - Transplant Proc 1999;31:472-473.

    6. CIRRHOSE BILIAIRE PRIMITIVE (secondaire)
      Essai randomisé: préviendrait l'ostéoporose et augmenterait la masse osseuse:
      - J Gastroenterol 1999;34:241-245.

    7. OSTEOPOROSE(PREVENTION) (à confirmer)
      Prévention de l'ostéoporose de la corticothérapie. Essai randomisé positif :
      - N Engl J Med 1993;328:1747-1752.
      Dans un essai randomisé versus placebo, l'administration de calcitriol pourrait prévenir la perte osseuse chez des patients cirrhotiques :
      - J Gastroenterol Hepatol 1999;14:547-552.

    8. PSORIASIS (à confirmer)
      * Traitement par voie orale : à raison de 0.5 mcg/j à 2 mcg/j pendant 6 mois. Efficacité modérée.
      * Traitement local : efficacité également modérée :
      - Mayo Clin Proc 1993;68:835-841.

    Effets secondaires

    1. ANOREXIE (CERTAIN RARE)

    2. ASTHENIE (CERTAIN RARE)

    3. VOMISSEMENT (CERTAIN RARE)

    4. NAUSEE (CERTAIN RARE)

    5. CONSTIPATION (CERTAIN RARE)

    6. CALCEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)
      3 cas décrits, régressifs à l'arrêt du traitement et corticothérapie:
      - Arch Intern Med 1997;157:2142-2145.

    7. POLYDIPSIE (CERTAIN RARE)

    8. POLYURIE (CERTAIN RARE)

    9. DESHYDRATATION (CERTAIN TRES RARE)

    10. HYPERTENSION ARTERIELLE (CERTAIN TRES RARE)

    11. CALCINOSE DIFFUSE (CERTAIN TRES RARE)

    12. CALCIFICATION DE LA CORNEE (CERTAIN TRES RARE)

    13. INSOMNIE (CERTAIN RARE)

    14. OSSIFICATION PREMATUREE (CERTAIN TRES RARE)
      Ossification metaphysaire

    15. PHOSPHOREMIE(DIMINUTION) (CERTAIN RARE)

    16. NEPHROCALCINOSE (CERTAIN RARE)

    17. INSUFFISANCE RENALE (CERTAIN RARE)

    18. INSUFFISANCE CORONARIENNE(AGGRAVATION) (CERTAIN TRES RARE)

    19. PANCREATITE AIGUE (A CONFIRMER )
      Hypercalcémie.

    Effets sur la descendance

    1. TERATOGENE CHEZ L'ANIMAL
      - Lapin.

    2. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. GROSSESSE
      Tératogène chez l'animal.

    2. INSUFFISANCE CARDIAQUE SEVERE

    3. BLOC AURICULOVENTRICULAIRE

    4. INSUFFISANCE RENALE

    5. SARCOIDOSE

    Contre-Indications

    1. HYPERCALCEMIE

    2. INTOXICATION A LA VITAMINE D

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE
    - 2 - INTRAVEINEUSE

    Posologie et mode d'administration

    Voie orale:
    -Posologie initiale :
    Ostéodysrophie rénale de l'enfant : sauf urgence, commencer par zéro vingt cinq microgramme par jour
    Ostéodystrophie rénale de l'adulte, hypoparathyroîdie et pseudohypoparathyroîdie : un demi -microgramme par jour en une ou deux prises.
    Rachitisme vitaminorésistant : un demi -microgramme par jour
    Ostéomalacie, hypoparathyroîdie vitaminorésistantes de l'adulte : un microgramme par jour
    -La posologie ultérieure est strictement individuelle et doit être déterminée en fonction de la calcémie et de la phosphorémie mesurées une fois par semaine durant la phase d'équilibration et une fois par mois ensuite ainsi que de la calciurie si la fonction rénale est normale.

    Voie IV (préparation non encore spécialisée en France) :
    Un essai concluant a été réalisé chez des hémodialysés atteints d'hyperparathyroîdie secondaire dont l'atteinte osseuse résistait à l'usage de la voie orale : un à deux et demi microgrammes trois fois par semaine (durant les dialyses) sur une longue période. (N Engl J Med 1989;321:274-9).

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - ELIMINATION voie fécale

    Absorption
    Résorbé par le tractus gastro-intestinal.
    Taux plasmatique maximal 4 h après administration.
    Répartition
    Transporté dans le sang par une protéine spécifique.
    Durée d'action: 3 à 5 jours.
    Métabolisme
    SUbit une hydroxylation en position 24.
    Inactivation au niveau du foie par formation de glycuro, glyco et tauroconjugués.
    Elimination
    Voie fécale.
    Voie principale d'élimination.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil