TERFENADINE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 13/4/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    1-(p-tert-butylphényl)-4-[4'-(alpha-hydroxydiphénylméthyl)-1'-pipéridyl]butanol

    Ensemble des dénominations

    BAN : TERFENADINE
    CAS : 50679-08-8
    DCF : TERFENADINE
    DCIR : TERFENADINE
    USAN : TERFENADINE
    bordereau : 2562
    code expérimentation : MDL-9918
    code expérimentation : RMI-9918
    dci : terfénadine
    rINN : TERFENADINE

    Classes Chimiques


    Regime : liste I
    Remarque sur le regime : JO 14/02/2001

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTIHISTAMINIQUE (principale certaine)

    2. ANTIHISTAMINIQUE H1 (principale certaine)
      ESSENTIELLEMENT AU NIVEAU DES RECEPTEURS HISTAMINIQUES PERIPHERIQUES.

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Blocage des récepteurs H1 à l'histamine.
      Ne possèderait que peu ou pas d'effets dépresseurs sur le SNC.

    Effets Recherchés

    1. ANTIHISTAMINIQUE (principal)

    2. ANTIALLERGIQUE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. REACTION ALLERGIQUE (principale)
      Traitement symptomatique et prophylactique des réactions cutanées et muqueuses de l'hypersensibilité immédiate.

    2. RHINITE ALLERGIQUE (principale)
      Surtout efficace sur le rhume des foins.

    3. CONJONCTIVITE ALLERGIQUE (principale)

    4. PRURIT (principale)

    5. URTICAIRE (principale)
      Essentiellement l'urticaire aiguë.

    6. ALLERGIE MEDICAMENTEUSE (principale)
      De type I ou III, essentiellement efficace sur les dermatoses urticariennes ou érythémateuses et sur les manifestations cutanées et le prurit de la maladie sérique.

    Effets secondaires

    1. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN TRES RARE)
      Réaction d'hypersensibilité.

    2. HYPERSUDATION (CERTAIN TRES RARE)

    3. NAUSEE (CERTAIN TRES RARE)

    4. DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    5. CEPHALEE (CERTAIN TRES RARE)

    6. SOMNOLENCE (CERTAIN )
      Cinq cas :
      - Australian Adv Drug React Bull 1991;10.

    7. DEPRESSION (CERTAIN )
      Huit cas :
      - Australian Adv Drug React Bull 1991;10.

    8. CONFUSION MENTALE (CERTAIN )
      Sept cas :
      - Australian Adv Drug React Bull 1991;10.

    9. EXCITATION PSYCHOMOTRICE (CERTAIN )
      Cinq cas :
      - Australian Adv Drug React Bull 1991;10.

    10. PARESTHESIE (CERTAIN )
      Quatre cas :
      - Australian Adv Drug React Bull 1991;10.

    11. TREMBLEMENT (CERTAIN )
      Quatre cas :
      - Australian Adv Drug React Bull 1991;10.

    12. INSOMNIE (CERTAIN )
      Deux cas :
      - Australian Adv Drug React Bull 1991;10.

    13. ALOPECIE (A CONFIRMER )
      Un cas décrit, quatre cas rapportés (pharmacovigilance britannique) :
      - Br Med J 1985;291:940.

    14. TORSADE DE POINTES (CERTAIN )
      A doses élevées (>=360mg/j) ou en association avec le kétoconazole :
      - BMJ 1991;302:1469.
      En cas d'intoxication :
      - Prescrire 1992;12:76.
      25 cas rapportés à la FDA :
      - JAMA 1993;269:1532-1536.
      Cardiotoxicité, alongement de QT, torsades de pointe :
      - Clin Pharmacokinet 1994;27:1-5.
      Autre référence :
      - Ann Intern Med 1994;145:257-258.
      Un cas, chez un sujet âgé, cirrhotique :
      - Internal Med 1995;34:92-95.
      Autres références :
      - Ann Rev Pharmacol Toxicol 1996;36:233-252.
      - Prescrire 1997;17:427.
      Les risques de survenue de torsades de pointe peuvent être supérieurs chez la femme:
      - J Women's Health 1998;7:547.

    15. QT(ALLONGEMENT) (CERTAIN )
      Cardiotoxicité, alongement de QT, torsades de pointe :
      - Clin Pharmacokinet 1994;27:1-5.
      Autre référence :
      - Ann Rev Pharmacol Toxicol 1996;36:233-252.

    16. TOXICITE CARDIAQUE (CERTAIN )
      Cardiotoxicité, allongement de QT, torsades de pointe :
      - Clin Pharmacokinet 1994;27:1-5.

    17. CRISE CONVULSIVE (A CONFIRMER )
      Un cas chez un sujet sans antécédent neurologique :
      - BMJ 1993;307:241.
      Autre publication :
      - BMJ 1993;307:736.

    18. RETENTION D'URINE (CERTAIN RARE)
      Deux cas :
      - J Allergy Clin Immunol 1994;93:1071-1072.

    19. SYNDROME DE STEVENS-JOHNSON (A CONFIRMER )
      Un cas après 2 semaines de traitement :
      - Eur J Dermatol 1996;6:464.

    20. HEPATITE CHOLESTATIQUE (A CONFIRMER )
      Deux cas décrits; évolution prolongée, sur plusieurs mois, avant guérison :
      - Lancet 1996;348:552-553.
      Le risque d'hépatitie aigüe serait de 0,5 cas pour 100 000 prescriptions; étude sur une cohorte de 210 683 patients aux USA:
      - Br J Clin Pharmacol 1998;46:251-253.

    Effets sur la descendance

    1. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    2. NON TERATOGENE CHEZ L'ANIMAL

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. GROSSESSE

    2. ALLONGEMENT DE L'ESPACE QT
      Risque de torsade de pointe :
      - Prescribers J 1994;34:31-35.
      - Ann Intern Med 1994;145:257-258.

    3. ALLAITEMENT

    4. EPILEPSIE(ANTECEDENT)
      - B M J 1993;307:241.

    Contre-Indications

    1. HYPERSENSIBILITE
      Hypersensibilité connue à la terfenadine.

    2. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE SEVERE
      - DPhM - Merrell Dow 1992;juillet.

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Doses usuelles par voie orale :
    - Adulte et enfant de plus de 12 ans : cent vingt milligrammes par jour en 2 prises matin et soir.
    - Enfant de 7 à 12 ans : soixante milligrammes par jour en 2 prises matin et soir.
    - Enfant de 3 à 6 ans : trente milligrammes par jour en 2 prises matin et soir.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - REPARTITION 97 % lien protéines plasmatiques
    - 2 - DEMI VIE 17 heure(s)
    - 3 - ELIMINATION voie rénale
    - 4 - ELIMINATION voie fécale

    Absorption
    Rapidement résorbée par le tractus gastro-intestinal.
    Répartition
    Liaison aux protéines plasmatiques : 97%.
    Demi-Vie
    Demi-vie d'élimination : environ 17 heures.
    - Med Letter 1992;14,6:25-26.
    Métabolisme
    Fortement métabolisée par le foie.
    Elimination
    *Voie rénale.
    *Voie fécale.

    Bibliographie

    - Arzneim Forsch 1982;32,9A:1153.
    - Drugs 1985;29:34-56. (Revue)
    - Pharmacotherapy 1985;5:201-208. (Revue).
    - Inpharma 1983:397:19.
    - Drugs 1990;39:552-574.
    - Drug Saf 1999;20:385-401.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil