BETAMETHASONE PHOSPHATE SODIQUE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 20/12/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    9 alpha-fluoro-11 bêta,17 alpha,21-trihydroxy-16 bêta-méthylprégna-1,4-diène-3,20-dione 21-(disodium phosphate)

    Ensemble des dénominations

    BANM : BETAMETHASONE SODIUM PHOSPHATE
    CAS : 151-73-5
    autre dénomination : BETAMETHASONE DISODIUM PHOSPHATE
    bordereau : 14
    rINNM : BETAMETHASONE SODIUM PHOSPHATE
    sel ou dérivé : BETAMETHASONE DIPROPIONATE
    sel ou dérivé : CLOBETASOL PROPIONATE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : BETAMETHASONE
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTIINFLAMMATOIRE (principale certaine)

    2. ANTIINFLAMMATOIRE STEROIDIEN (principale certaine)

    3. IMMUNOSUPPRESSEUR (principale certaine)

    4. GLUCOCORTICOIDE (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Anti-inflammatoire mixte agissant dans l'inflammation primaire et secondaire au stade aigü de l'inflammation: stabilise la membrane lysosomiale pendant la phase catabolique protéolytique et augmente le tonus capillaire pendant la phase réactionnelle vasculaire exsudative.
      Agit au stade du granulome pendant la phase anabolique proliférative de réparation: inhibition de la prolifération des fibroblastes, de la synthèse des mucopolysaccharides, de la formation du collagène.

    2. secondaire
      Le methyl-16, fluor-9, entrainent une augmentation de l'activité anti-inflammatoire et une diminution de l'activité minéralocorticoïde.
      Le fluor-9 donne une affinité dermatrope.
      L'estérification en 21 sous forme de phosphate, donne un dérivé hydrosoluble.

    Effets Recherchés

    1. ANTIINFLAMMATOIRE (principal)

    2. ANTIALLERGIQUE (principal)

    3. IMMUNOSUPPRESSEUR (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. POLYARTHRITE RHUMATOIDE (principale)

    2. COLLAGENOSE (principale)

    3. MALADIE DE HORTON (principale)

    4. DOULEUR RHUMATISMALE (principale)

    5. ASTHME (principale)

    6. INSUFFISANCE RESPIRATOIRE (principale)

    7. FIBROSE (principale)

    8. SARCOIDOSE (principale)

    9. SYNDROME DE LOEFFLER (principale)

    10. MONONUCLEOSE INFECTIEUSE (principale)

    11. HEMOPATHIE MALIGNE (principale)

    12. LEUCEMIE (principale)

    13. MALADIE DE HODGKIN (principale)

    14. PURPURA (principale)

    15. ANEMIE HEMOLYTIQUE (principale)
      Par autoanticorps.

    16. ASCITE (principale)
      Au cours des cirrhoses

    17. HEPATITE VIRALE (principale)

    18. RECTOCOLITE HEMORRAGIQUE (principale)

    19. REACTION ALLERGIQUE (principale)

    20. REACTION MEDICAMENTEUSE (principale)

    21. MALADIE SERIQUE (principale)

    22. INFECTION SEVERE (principale)
      Sous couverture antibiotique.

    23. RHUMATISME ARTICULAIRE AIGU (principale)

    24. RHUMATISME INFECTIEUX (principale)

    25. SEPTICEMIE (principale)

    26. BRUCELLOSE (principale)

    27. MILIAIRE ASPHYXIQUE (principale)

    28. TUBERCULOSE GENITALE (principale)

    29. MENINGITE BACTERIENNE(ADJUVANT) (principale)
      Prévention des cloisonnements.

    30. CANCER METASTASE (principale)
      Action antalgique.

    31. SYNDROME NEPHROTIQUE (principale)
      A lésions glomérulaires minimes.

    32. OEDEME CEREBRAL (principale)
      Revue générale des essais randomisés concernant l'efficacité des corticoïdes dans cette indication: efficacité incertaine:
      - BMJ 1997;314:1855-1859.

    33. EXOPHTALMIE MALIGNE (principale)

    34. ACCOUCHEMENT PREMATURE(PREVENTION) (secondaire)
      En traitement de courte durée par voie intramusculaire, recommandation du NIH:
      - JAMA 1999;281:46-52.

    Effets secondaires

    1. ULCERE GASTRODUODENAL (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      VOIE GENERALE
      FORTE DOSE
      TRAITEMENT PROLONGE
      ULCERE GASTRO-DUODENAL ANCIEN
      ULCERE GASTRO-DUODENAL RECENT
      ANTIINFLAMMATOIRE NON STEROIDIEN ASSOCIE

    2. GASTRODUODENITE (CERTAIN FREQUENT)

    3. INSUFFISANCE HYPOPHYSOSURRENALE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ARRET BRUTAL DU TRAITEMENT
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT CONTINU
      TRAITEMENT PROLONGE
      VOIE GENERALE

    4. KALIEMIE(DIMINUTION) (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT CONTINU
      TRAITEMENT PROLONGE
      VOIE GENERALE

    5. RETENTION HYDROSODEE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT CONTINU
      TRAITEMENT PROLONGE
      VOIE GENERALE

    6. ATROPHIE MUSCULAIRE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT CONTINU
      TRAITEMENT PROLONGE
      VOIE GENERALE

    7. RETARD DE CROISSANCE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT CONTINU
      TRAITEMENT PROLONGE
      VOIE GENERALE

    8. RESISTANCE AUX INFECTIONS(DIMINUTION) (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      VOIE GENERALE
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT CONTINU
      TRAITEMENT PROLONGE

      Effet lié aux propriétés glucocorticoïdes.

    9. ARTHRITE SEPTIQUE (CERTAIN )
      Voie intra-articulaire

    10. ARTHRITE MICROCRISTALLINE (CERTAIN )
      Voie intra-articulaire

    11. HYPERTENSION ARTERIELLE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT CONTINU
      TRAITEMENT PROLONGE
      VOIE GENERALE

    12. GLYCEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DIABETE SUCRE LATENT
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT CONTINU
      TRAITEMENT PROLONGE
      VOIE GENERALE

    13. SYNDROME CUSHINGOIDE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      VOIE GENERALE
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT CONTINU
      TRAITEMENT PROLONGE

      Un cas, après utilisation sous forme de gouttes nasales pendant un an (sel de béthaméthasone non précisé) :
      - Postgrad Med J 1995;71:231-232.

    14. CATABOLISME AZOTE(AUGMENTATION) (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      VOIE GENERALE
      POSOLOGIE ELEVEE

      Lié aux propriétés glucocorticoïdes.

    15. OSTEOPOROSE (CERTAIN FREQUENT)

    16. TROUBLE PSYCHIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ANTECEDENTS PSYCHIATRIQUES
      VOIE GENERALE

    17. EXCITATION PSYCHOMOTRICE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ANTECEDENTS PSYCHIATRIQUES
      VOIE GENERALE

    18. PSYCHOSE AIGUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ANTECEDENTS PSYCHIATRIQUES
      VOIE GENERALE

    19. HYPERTENSION INTRACRANIENNE (CERTAIN TRES RARE)

    20. CATARACTE (CERTAIN TRES RARE)

    21. GOITRE (CERTAIN TRES RARE)

    22. FRAGILITE CAPILLAIRE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT CONTINU
      TRAITEMENT PROLONGE
      VOIE GENERALE

    23. GLAUCOME CHRONIQUE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      VOIE LOCALE
      TRAITEMENT PROLONGE

      En instillation oculaire et pommade ophtalmique.
      Traitement prolongé d'un an environ.
      Disparaît habituellement à l'arrêt du traitement.

    24. MYCOSE CUTANEE (A CONFIRMER )
      Un cas de mycose cutanée (à Alternaria), après deux ans de traitement en lavement rectal (sel de bêtaméthasone non précisé) :
      - Acta Derm Venereol 1995;75:328-329.

    25. CHOC ANAPHYLACTIQUE (CERTAIN )
      Un cas, avec oedème de quincke et infarctus du myocarde immédiatement après injection intramusculaire (sel de bêtaméthasone non précisé) :
      - Ann Emerg Med 1996;27:674-675.

    Effets sur la descendance

    1. INFECTION NEONATALE
      Fréquence accrue chez les enfants de mères traitées par bétametasone IM pour arrêter un travai prématuré. La répétition des injections constitue un facteur aggravant:
      - Am J Obstet Gynecol 2000;183:810-814

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. SPORTIFS
      Substance soumise à certaines restrictions :
      - Journal Officiel du 7 Mars 2000.
      L'administration des corticostéroïdes par voie orale, par voie rectale et par injection systémique est interdite.
      L'administration par inhalation et par voies anale, auriculaire, dermatologique, nasale et ophtalmologique n'est pas interdite.
      Les injections locales et intra-articulaires de corticostéroïdes ne sont pas interdites mais, lorsque le règlement d'une autorité responsable le prévoit, une notification peut s'avérer nécessaire.

    2. ULCERE GASTRODUODENAL(ANTECEDENT)

    3. TROUBLES PSYCHIQUES

    4. OSTEOPOROSE

    5. HYPERTENSION ARTERIELLE

    6. GROSSESSE

    7. INSUFFISANCE RENALE SEVERE

    8. ETAT INFECTIEUX

    9. TUBERCULOSE

    10. GLAUCOME
      En raison de l'augmentation de la pression intra-oculaire.
      Terrain : sujets génétiquement prédisposés.
      Surveillance ophtalmologique régulière en cas de traitement prolongé, surtout chez les sujets âgés:
      - Lancet 1997;350:979-982.

    Contre-Indications

    1. ULCERE GASTRODUODENAL RECENT

    2. DIABETE

    3. KERATITE HERPETIQUE

    4. AMYLOSE

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE
    - 2 - INTRAVEINEUSE(EN PERFUSION)
    - 3 - INTRAARTICULAIRE

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie orale:
    - chez l'adulte:
    dose initiale: trois à quatre milligrammes par jour.
    dose d'entretien: un demi à deux milligrammes par jour.

    - chez l'enfant (peu recommandé):
    - Moins de 2 ans: Cinquante à cent cinquante microgrammes par jour.
    - de 2 à 6 ans: moitié de la posologie adulte.
    - de 6 à 12 ans: trois quarts de la posologie adulte.

    Dose usuelle en intraveineux (perfusion lente):
    - chez l'adulte:
    Quatre à vingt milligrammes par jour.
    - chez l'enfant:
    Cent à deux cents microgrammes par kilo et par jour.

    Dose usuelle en injection intraarticulaire:
    Un à quatre milligrammes par injection.

    Les modalités thérapeutiques sont variables suivant le terrain, et la tolérance.
    Ne pas interrompre brusquement.
    Surveiller le poids, la tension artérielle, l'appareil digestif, la glycémie, la radio de thorax.
    Surveillance ophtalmologique régulière en cas de traitement prolongé.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - ELIMINATION voie rénale
    - 2 - ELIMINATION voie biliaire
    - 3 - ELIMINATION voie fécale

    Répartition
    Lié à 80% aux protéines plasmatiques.
    A faible concentration, liaison avec la transcortine; à forte concentration, liaison avec l'albumine et augmentation de la forme libre.

    Métabolisme
    Hépatique:
    Réduction sur les doubles liaisons du cycle A.
    Résuction des groupes carbonyles en 3 et 20, donnant des composés inactifs.
    Réduction de la fonction cétonique en 11 pour donner de la prednisolone.
    Elimination
    Voie rénale.
    Sous forme de métabolites sulfoconjugués et glucuroconjugués hydrosolubles.
    Voie hépatique
    Pour une faible partie.
    Voie fécale:
    POur une faible partie.

    Bibliographie

    - Presse Med Fr 1970;78:1205 Et 1419.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil