VECURONIUM BROMURE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 10/11/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    bromure de 1-(3 alpha,17 bêta-diacétoxy-2 bêta-pipéridino-5 alpha-androstan-16 bêta-yl)-1-méthylpipéridinium

    Ensemble des dénominations

    BAN : VECURONIUM BROMIDE
    CAS : 50700-72-6
    DCIR : BROMURE DE VECURONIUM
    USAN : VECURONIUM BROMIDE
    autre dénomination : Org-NC-45
    bordereau : 1726 et 2667
    rINN : VECURONIUM BROMIDE
    sel ou dérivé : PANCURONIUM BROMURE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base :

    Proprietés Pharmacologiques

    1. CURARISANT (principale certaine)

    2. CURARISANT NON DEPOLARISANT (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Curarisant non dépolarisant.
      Inhibe compétitivement l'action de l'acétylcholine au niveau de la plaque motrice.
      Ne possèderait pas d'action ganglioplégique ou vagolytique et n'entraînerait qu'une faible libération d'histamine.

    Effets Recherchés

    1. CURARISANT (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. ANESTHESIE GENERALE (principale)
      Myorelaxation chirurgicale.

    2. VENTILATION ASSISTEE(ADJUVANT) (principale)

    Effets secondaires

    1. BLOC NEUROMUSCULAIRE(PROLONGATION) (CERTAIN )
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ADMINISTRATION PROLONGEE

      Deux cas de paralysie persistante après curarisation prolongée plusieurs jours :
      - Anesthesiology 1990;72:566-570.
      Paralysie prolongée après arrêt du traitement (favorisée par un traitement prolongé pour ventilation mécanique) :
      - N Engl J Med 1992;327:524-528.
      Un cas nécessitant 2,5 fois la dose habituelle et entraînant un blocage neuromusculaire anormalement long chez un patient obèse, nécessitant le recours à la néostigmine :
      - Acta Anesthesiologica Scand 1996;40:862-863.

    2. INSUFFISANCE RESPIRATOIRE (CERTAIN )
      Bloc neuromusculaire.

    3. FAIBLESSE MUSCULAIRE (CERTAIN TRES RARE)
      Sept cas à la suite d'une curarisation prolongée pendant plusieurs jours :
      - Ann Intern Med 1992;117:484-486.

    4. CHOC ANAPHYLACTIQUE (CERTAIN )
      Un cas :
      - Br J Anaesthesia 1990;64:125-126.
      Serait à l'origine en France de 28,8% des chocs induits par les curarisants :
      - CNS Drugs 2000;14:115-133.

    5. REACTION CUTANEE (A CONFIRMER )
      Réaction au site d'injection probablement liée à la libération d'histamine :
      - Lancet 1985;1:499-501.

    Effets sur la descendance

    1. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. MYASTHENIE

    2. INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE

    3. SUJET AGE

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      Information manquante.

    2. ALLAITEMENT
      Information manquante.

    3. HYPERSENSIBILITE A CETTE SUBSTANCE

    Voies d'administration

    - 1 - INTRAVEINEUSE

    Posologie et mode d'administration

    Doses usuelles par voie intraveineuse chez l'adulte :
    - Dose initiale : cinquante à soixante microgrammes par kilogramme de poids corporel (en cas d'intubation : quatre-vingts à cent microgrammes par kilo).
    - Dose d'entretien : vingt-cinq microgrammes par kilogramme de poids corporel (réduire la dose chez les sujets obèses).

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - REPARTITION 60 à 80 % lien protéines plasmatiques
    - 2 - DEMI VIE 30 à 70 minute(s)
    - 3 - ELIMINATION voie biliaire
    - 4 - ELIMINATION voie rénale

    Répartition
    Concentrations actives voisines de 0,4 à un microgramme par millilitre.
    Liaison aux protéines plasmatqiues : 60 à 80%.
    Ne franchit que peu la barrière placentaire.
    Demi-Vie
    La demi-vie d'élimination se situe entre 30 et 70 minutes.
    Métabolisme
    Une faible partie est transformée en dérivé 3 alpha-désacétylé.
    Elimination
    *Voie biliare : principale voie d'élimination.
    *Voie rénale : faible élimination rénale.

    Bibliographie

    - Ann Fr Anesth Reanim 1983;2:1-38.
    - Pharmacotherapy 1984;4:238-247.
    - Drugs 1987;34:98-135.
    - Clin Pharm 1991;10:32-48.
    - Br J Anaesth 1997;79:612-616 (PHACI).

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil