NICOTINE RESINATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 26/5/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    METHYL-1 (PYRIDYL-(3')-2 PYRROLIDINE

    Ensemble des dénominations

    autre dénomination : RESINATE DE NICOTINE
    bordereau : 2778

    Classes Chimiques


    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. EXCITOGANGLIONNAIRE (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Agoniste des récepteurs cholinergiques nicotiniques des ganglions du système nerveux autonome, entraînant une activation de l'ensemble du système. Agit comme agoniste des récepteurs cholinergiques de la plaque motrice des muscles striés, ainsi qu'au niveau des récepteurs centraux responsables d'une stimulation.

    Effets Recherchés

    1. SEVRAGE DU TABAC (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. SEVRAGE DU TABAC (principale)
      - Presse Med 1988;17:390.
      - JAMA 1989;261:1300-1305.
      Utilisée par voie transdermique, essai randomisé positif :
      - N Engl J Med 1991;325:311-315.
      Efficacité contestée par certains :
      - Med Letter (France) 1992;14:55-56.
      Lors de la grossesse (indication à confirmer) :
      - JAMA 1991;266:3174-3177.
      En inhalation, essai randomisé positif (sel de nicotine non précisé) :
      - JAMA 1993;269:1268-1271.
      Efficacité démontrée par méta-analyse de 53 essais (18000 cas) :
      - Lancet 1994;343:139-142.
      Essai randomisé positif, utilisé en spray nasal, sel de nicotine non précisé :
      - Arch Intern Med 1994;154:2567-2572.
      Etude coût/bénéfice positive :
      - JAMA 1996;275:1247-1251.
      Consensus :
      - JAMA 1996;275:1270-1280.
      Autre référence :
      - JAMA 1995;274:1353-1358.

    2. RECTOCOLITE HEMORRAGIQUE (à confirmer)
      Des études pilotes suggèrent que la nicotine en patch aurait un effet favorable :
      - Drugs 1995;49:157-160.
      Serait inefficace pour prévenir les rechutes (essai randomisé négatif) :
      - N Engl J Med 1995;332:988-992.
      La nicotine serait moins efficace que la corticothérapie (essai randomisé) :
      - Eur J Gastroenterol Hepatol 1996;8:769-776.

    3. MALADIE D'ALZHEIMER (à confirmer)
      Sel de nicotine non précisé :
      - Ann Pharmacother 1995;29:314-315.

    4. SYNDROME DE GILLES DE LA TOURETTE (à confirmer)
      Notamment en patch, en association avec l'halopéridol :
      - Lancet 1993;342:182.
      Quatre cas traités avec succès par de la nicotine en patch :
      - Lancet 1994;344:1577.

    5. BLEPHAROSPASME (à confirmer)
      Amélioration temporaire dans un cas (en spray nasal, sel non précisé) :
      - Lancet 1996;348:60.

    Effets secondaires

    1. LIPIDEMIE(AUGMENTATION) (A CONFIRMER )
      Un cas :
      - Lancet 1986;2:1393-1394.

    2. MYASTHENIE(AGGRAVATION) (A CONFIRMER )
      Un cas apès pose d'un patch :
      - Lancet 1994;344:548-549.

    3. INFARCTUS DU MYOCARDE (A CONFIRMER )
      Un cas après vingt jours de traitement par patch :
      - Chest 1995;107:1765-1766.

    4. HEMORRAGIE CEREBRALE (A CONFIRMER )
      Un cas, cinq jours après le début de l'utilisation de patch à 20 milligrammes :
      - Lancet 1995;346:777-778.

    5. VASCULARITE (A CONFIRMER )
      Deux cas, chez des patients utilisant des patchs :
      - Br J Dermatol 1996;134:361-364.

    Effets sur la descendance

    1. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    Pharmaco-Dépendance

    1. RISQUE MODERE

    Précautions d'emploi

    1. HYPERTENSION ARTERIELLE

    2. INSUFFISANCE CORONARIENNE STABLE

    3. INSUFFISANCE CARDIAQUE

    4. HYPERTHYROIDIE

    5. ARTERIOPATHIE PERIPHERIQUE

    6. ARTERIOPATHIE CEREBRALE

    7. ULCERE GASTRODUODENAL

    8. MYASTHENIE
      Un cas d'aggravation après pose d'un patch de nicotine :
      - Lancet 1994;344:548-549.

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      Information manquante.

    2. ALLAITEMENT
      Information manquante.

    3. ENFANT
      Risque d'intoxication grave.

    4. INFARCTUS DU MYOCARDE

    5. ANGOR INSTABLE

    6. TROUBLE DU RYTHME CARDIAQUE
      Lorsqu'ils sont sévères.

    7. ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL RECENT

    8. AFFECTION CUTANEE
      Affection pouvant gêner la résorption transdermique.

    Posologie et mode d'administration

    Posologie chez l'adulte, voie perlinguale.
    Doses usuelles :
    - vingt milligrammes par jour sous forme de gomme à mâcher dosée à deux milligrammes de nicotine et consommée chaque fois que le besoin de fumer est ressenti.
    Doses maximales :
    - soixante milligrammes par jour.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 1 heure(s)
    - 2 - ELIMINATION voie rénale
    - 3 - REPARTITION lait

    Absorption
    Peu résorbée par la muqueuse digestive.
    Bonne résorption par la muqueuse buccale, pulmonaire, et par la peau.
    Répartition
    Diffuse rapidement dans tous les milieux de l'organisme.
    Très peu liée aux protéines plasmatiques.
    Franchit la barrière placentaire.
    Passe et se concentre dans le lait.
    Demi-Vie
    (1.00)

    Métabolisme
    Métabolisée principalement en nicotine et en N-oxyde de nicotine.
    Elimination
    (RENALE)
    Eliminée principalement par les urines sous forme inchangée et sous forme de métabolites.
    (LAIT)

    Bibliographie

    - Clin Pharmacokinet 1987;12:30-40. (PHARMACOCINETIQUE)
    - Drugs 1993;45:157-170.*
    - Drug Saf 1993;8:49-56.*
    - N Engl J Med 1995;333:1196-1203. (Revue générale dans le sevrage du tabac)

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil