ANDROSTANOLONE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 21/3/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    HYDROXY-17BETA OXO-3 5ALPHA-ANDROSTANE

    Ensemble des dénominations

    BAN : STANOLONE
    CAS : 521-18-6
    DCIR : ANDROSTANOLONE
    autre dénomination : DIHYDROTESTOSTERONE
    autre dénomination : STANOLONE
    bordereau : 628
    rINN : ANDROSTANOLONE
    sel ou dérivé : ANDROSTANOLONE BENZOATE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : ANDROSTANOLONE
    Regime : liste II

    Proprietés Pharmacologiques

    1. HORMONE (principale certaine)

    2. ANDROGENE (principale certaine)

    3. ANABOLISANT (principale certaine)

    4. STEROIDE ANABOLISANT (principale certaine)

    5. ANTIGONADOTROPE (secondaire certaine)
      A FORTES DOSES, INHIBE LA SECRETION DE LH.

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Contrôle l'apparition et le maintien des caractères sexuels secondaires mâles.
      Stimule la synthèse protéique (accroit la masse musculaire, stimule la croissance de la matrice osseuse, positive la balance azotée).
      Action anabolisante plus marquée que l'activité androgène.

    2. secondaire
      Entraine une rétention hydrosaline.
      A fortes doses, inhibe la secrétion des gonadotrophines hypophysaires: entraine une atrophie testiculaire et ovarienne.

    Effets Recherchés

    1. ANDROGENE (principal)

    2. ANABOLISANT (principal)

    3. STIMULANT DE L'HEMATOPOIESE (principal)
      CETTE STIMULATION S'EXERCE ESSENTIELLEMENT SUR L'ERYTHROPOIESE, LES EFFETS SUR LA GRANULOPOIESE ET LA THROMBOPOIESE SONT PLUS INCONSTANTS.

    Indications Thérapeutiques

    1. HYPOGONADISME MASCULIN (principale)
      Hypogonadotrope (origine haute) ou hypergonadotrope (origine testiculaire) si sa cause permet un traitement substitutif.
      Egalement insufisance transitoire en testostérone après intervention ou stress.

    2. APLASIE MEDULLAIRE (principale)
      Primitive ou toxique, surtout efficace dans les formes quantitatives de sévérité modérée.

    3. GYNECOMASTIE (principale)
      Gynécomasties non dysgénétiques et gynécomasties idiopathiques:
      - Presse Med 1983;12:21-24.

    4. LICHEN SCLEROATROPHIQUE BALANOPREPUTIAL (principale)

    5. LICHEN SCLEROATROPHIQUE VULVAIRE (principale)
      Risque de diffusion générale de la dihydrotestostérone en cas de doses excessives.

    Effets secondaires

    1. POIDS(AUGMENTATION) (CERTAIN )
      Lié à l'effet anabolisant et à la rétention hydrosodée, surtout fréquent en cas de traitement à doses supra-physiologiques.

    2. OEDEME (CERTAIN )
      Lié à la rétention hydrosodée, surtout en cas de traitement à dose supraphysiologique.

    3. ACNE (CERTAIN )
      Fonction de la réceptivité cutanée aux androgènes.

    4. ALOPECIE (CERTAIN )
      De type masculin.

    5. HYPERTROPHIE CLITORIDIENNE (CERTAIN )

    6. HIRSUTISME (CERTAIN )
      Pouvant être définitif, même après l'arrêt du traitement.

    7. RAUCITE DE LA VOIX (CERTAIN )
      Chez la femme, pouvant être définitif.

    8. TROUBLE DE LA PUBERTE (CERTAIN )
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES
      TRAITEMENT PROLONGE

      Chez le garçon, risque de pseudopuberté précoce.
      Chez la fille, risque de prématuration hétérosexuelle.

    9. RETARD DE CROISSANCE (CERTAIN )
      Risque d'arrêt de la croissance par soudure prématurée des cartilages de conjugaison après une accélération passagère.
      Ces troubles sont en rapport avec la prescription de fortes doses.

    10. LIBIDO(AUGMENTATION) (CERTAIN )

    11. PRIAPISME (CERTAIN )
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTES DOSES

    12. POLYGLOBULIE (CERTAIN )
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTES DOSES

    13. CALCEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN )
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

    14. EXCITATION PSYCHOMOTRICE (CERTAIN )
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

    15. IRRITABILITE (CERTAIN )
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE CARDIAQUE
      Risque de décompensation lié à la rétention hydrosodée.

    2. HYPERTENSION ARTERIELLE
      En raison du risque de rétention hydrosodée.

    3. SYNDROME NEPHROTIQUE

    4. SPORTIFS
      Substance interdite :
      - Journal Officiel du 7 Mars 2000.

    Contre-Indications

    1. CANCER HORMONODEPENDANT DE L'HOMME
      Sein, testicule, prostate.

    2. CANCER DE LA PROSTATE

    3. CANCER DU TESTICULE

    4. ADENOME PROSTATIQUE

    5. GROSSESSE
      Risque de virilisation d'un foetus féminin.

    6. ALLAITEMENT

    7. ENFANT DE MOINS DE 15 ANS
      Contre-indication dans le cadre d'une androgénothérapie générale, risque de troubles de la puberté et de la croissance.

    8. FEMME
      En dehors des indications exceptionnelles, en raison des risques de virilisation.

    9. INSUFFISANCE RENALE SEVERE

    10. HYPERCALCEMIE

    11. ETAT D'AGRESSIVITE

    12. POLYGLOBULIE

    Voies d'administration

    - 1 - APPLICATION CUTANEE

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie percutanée chez l'homme en androgénothérapie générale:
    Cent vingt cinq à deux cent cinquante milligrammes par jour, à adapter en fonction du déficit androgénique à compenser et de l'apparition d'éventuels effets secondaires.
    Les applications doivent être faite par l'homme lui-même après la toilette, sur une grande surface de peau (bras, épaules, thorax, abdomen, cuisses), en laissant sécher le gel avant de mettre des vêtements.

    Dose usuelle en androgénothérapie locale:
    - Gynécomastie:
    Cent vingt cinq milligrammes par jour en application cutanée sur les seins.
    - lichen scléro-atrophique balano-préputial: six cent vingt cinq microgrammes de déhydrotestostérone en application cutanée, sur le fourreau de la verge, un jour sur 2, puis adaptation posologique en fonction des résultats obtenus.

    Dose usuelle chez la femme dans le lichen scléro-atrophique vulvaire:
    Six cent vingt cinq microgrammes de déhydrotestostérone, un jour sur 2 , en applications cutanées autour de la vulve après la toilette, par la femme elle-même.
    Surveillance; recherche d'effets indésirables témoigant d'un surdosage (irritabilité, agitation, prise de poids, acné ou hypertrichose chez la femme)

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - REPARTITION lait

    Absorption
    Bonne absorption par le tube digestif, répartition dans l'organisme assez lente, entraine un effet retard.
    Répartition
    Passe dans le lait.

    Bibliographie

    - Therapie 1962;27:827.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil