DIHEXYVERINE CHLORHYDRATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 2/7/1999
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    CYCLOHEXYL-1 CYCLOHEXANE-CARBOXYLATE DE PIPERIDINO-2 ETHYLE CHLORHYDRATE

    Ensemble des dénominations

    autre dénomination : CHLORHYDRATE DE DIHEXYVERINE
    bordereau : 608

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base


    Regime : liste II

    Proprietés Pharmacologiques

    1. PARASYMPATHOLYTIQUE (principale certaine)

    2. SPASMOLYTIQUE (principale certaine)

    3. ANTISECRETOIRE (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Spasmolytique mixte (de type atropinique et papavérinique), avec effet atropinique plus marqué, donnant une action prédominante sur le tube digestif; diminue le tonus et les mouvements péristaltiques, diminue la secrétion gastrique (pepsine et acide chlorhydrique).

    Effets Recherchés

    1. PARASYMPATHOLYTIQUE (principal)

    2. ANTISECRETOIRE (principal)

    3. SPASMOLYTIQUE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. ULCERE GASTRIQUE (principale)

    2. ULCERE DUODENAL (principale)

    3. SPASME GASTRO-INTESTINAL (principale)

    4. GASTRODUODENITE (principale)

    5. DYSMENORRHEE (principale)

    6. VOMISSEMENT (principale)

    7. DYSKINESIE BILIAIRE (principale)

    8. ACCOUCHEMENT DIRIGE (principale)

    9. HYPERTONIE DU COL UTERIN (principale)

    10. ENDOSCOPIE(PREPARATION) (principale)

    11. RADIOLOGIE DE L'APPAREIL GENITAL(ADJUVANT) (principale)

    12. RADIOLOGIE DE L'APPAREIL URINAIRE(ADJUVANT) (principale)

    Effets secondaires

    1. MYDRIASE (CERTAIN )
      L'action parasympatholytique plus marquée que l'action papavérinique explique l'apparition d'effets de type atropinique :
      - Rev Med 1975;21:1446.

    2. SECHERESSE DE LA BOUCHE (CERTAIN )
      L'action parasympatholytique plus marquée que l'action papavérinique explique l'apparition d'effets de type atropinique :
      - Rev Med 1975;21:1446.

    3. DYSURIE (CERTAIN )
      L'action parasympatholytique plus marquée que l'action papavérinique explique l'apparition d'effets de type atropinique :
      - Rev Med 1975;21:1446.

    4. RETENTION AIGUE D'URINE (CERTAIN )
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SUJET AGE
      ADENOME PROSTATIQUE

      L'action parasympatholytique plus marquée que l'action papavérinique explique l'apparition d'effets de type atropinique :
      - Rev Med 1975;21:1446.

    5. FIEVRE (CERTAIN )
      Elle survient surtout chez l'enfant, en particulier si la température ambiante est élevée.

    6. GLAUCOME AIGU(CRISE DE) (CERTAIN )
      Très fréquent chez les sujets anatomiquement prédisposés à la fermeture de l'angle iridocornéen.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE CORONARIENNE
      Risque de tachycardie, d'arythmie et de provoquer un infarctus du myocarde.

    2. BRONCHITE CHRONIQUE
      Tarissement des sécrétions bronchiques.

    3. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE SEVERE
      Les effets sont augmentés et prolongés.

    4. INSUFFISANCE RENALE SEVERE
      Les effets sont augmentés et prolongés.

    5. SUJETS HYPERSENSIBLES
      Des effets généraux cardiaques et centraux, comme ceux de l'atropine, peuvent s'observer même à faibles doses.

    6. ENFANT
      Des effets généraux cardiaques et centraux, comme ceux de l'atropine, peuvent s'observer même à faibles doses.

    7. TRISOMIQUE 21
      Des effets généraux cardiaques et centraux, comme ceux de l'atropine, peuvent s'observer même à faibles doses.

    Contre-Indications

    1. GLAUCOME A ANGLE FERME

    2. ADENOME PROSTATIQUE

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie orale:
    -chez l'adulte: Dix à cinquante milligrammes par jour.
    - chez l'enfant: Cinq à vingt cinq milligrammes par jour.

    Dose usuelle par voie rectale:
    - chez l'adulte: Cinquante à cent cinquante milligrammes par jour.
    - chez l'enfant: vingt cinq à soixante quinze milligrammes par jour.

    Dose usuelle par voie intramusculaire chez l'adulte (obstétrique):
    Dix à vingt cinq milligrammes à la demande.

    Bibliographie

    - Rev Med 1975;21:1446.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil