ALVERINE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 27/1/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    N-éthyl-3,3'-diphényldipropylamine

    Ensemble des dénominations

    BAN : ALVERINE
    CAS : 150-59-4
    DCF : DIPROPYLINE
    DCIp : ALVERINE
    autre dénomination : DIPROPYLINE
    autre dénomination : PHENPROPAMINE
    bordereau : 658
    pINN : ALVERINE
    sel ou dérivé : ALVERINE CITRATE
    sel ou dérivé : ALVERINE TARTRATE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : ALVERINE

    Proprietés Pharmacologiques

    1. SPASMOLYTIQUE (principale certaine)
      Effet spasmolytique général touchant la musculature lisse digestive, biliaire, urétérale, vésicale, utérine et vasculaire.

    2. SPASMOLYTIQUE MUSCULOTROPE (principale certaine)
      Effet direct sur le muscle lisse de type papavérinique.

    3. VASODILATATEUR (secondaire certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Spasmolytique direct de type papavérinique, spasmolytique musculotrope agissant directement sur la fibre lisse : se comporte comme un antagoniste du calcium au niveau de la membrane cellulaire et élève le 3'5'AMP par inhibition de la phosphodiestérase.
      Effet sensible principalement sur le tonus musculaire exagéré.
      Mécanisme particulier au niveau vasculaire : relâchement des muscles lisses des gros vaisseaux et des artérioles avec diminution des résistances périphériques et augmentation du débit sanguin, notamment au niveau cérébral et au niveau coronaire, mais l'effet anti-angineux résultant est limité du fait que la vasodilatation est associée à une augmentation du travail donnant un bilan en oxygène légèrement positif.

    Effets Recherchés

    1. ANTISPASMODIQUE (principal)
      Effet multiplié par 3 par rapport à la papavérine base avec une toxicité trois fois moindre.

    Indications Thérapeutiques

    1. SPASME VISCERAL (principale)
      Traitement symptomatique des spasmes oesophagiens, intestinaux, biliaires, uretéraux, vésicaux et utérins.

    2. SPASME VASCULAIRE (principale)
      Notamment ceux accompagnant les thrombophlébites et les troubles vasculaires périphériques.

    Effets secondaires

    1. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN TRES RARE)
      Réaction d'hypersensibilité à type d'érythème.

    2. HYPOTENSION ARTERIELLE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTES DOSES

    3. SECHERESSE DE LA BOUCHE (CERTAIN TRES RARE)

    4. VERTIGE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

    5. CEPHALEE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

    6. SOMNOLENCE (CERTAIN TRES RARE)

    7. HEPATITE CYTOLYTIQUE (A CONFIRMER )
      2 cas cités, 10 autres cas rapportés à la pharmacovigilance:
      - Prescrire 1997;18:125.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. HYPOTENSION ARTERIELLE
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

    Contre-Indications

    1. ENFANT
      En l'absence d'étude chez l'enfant, risque non évalué.

    Voies d'administration

    - 1 - RECTALE

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie rectale chez l'adulte : quatre-vingts milligrammes par jour.

    Pharmaco-Cinétique


    Absorption
    Bonne résorption par le tube digestif.
    Temps de latence : 1 heure.
    Répartition
    Durée d'action : 3 à 4 heures.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil