MANNOMUSTINE DICHLORHYDRATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 20/10/1999
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    bis-(chloro-2 éthylamino)-1,6 didésoxy-1,6 D-mannitol dichlorhydrate

    Ensemble des dénominations

    BANM : MANNOMUSTINE HYDROCHLORIDE
    CAS : 551-74-6
    autre dénomination : BCM
    autre dénomination : MANNITOL MUSTARD
    autre dénomination : MANNOMUSTINE BICHLORHYDRATE
    autre dénomination : MANNOMUSTINE CHLORHYDRATE
    bordereau : 874
    code expérimentation : NSC-9698
    rINNM : MANNOMUSTINE HYDROCHLORIDE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : MANNOMUSTINE
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTINEOPLASIQUE (principale certaine)

    2. AGENT ALKYLANT (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Forme après libération d'un ion chlorure un dérivé éthylène-imonium très réactif pouvant se combiner avec des groupements nucléophiles (SH, NH2, COOH, OH, phosphates). Etablit ainsi au niveau des nucléoprotéines des ponts stables empêchant la replication de l'ADN, d'où effet cytostatique par blocage de la mitose.

    Effets Recherchés

    1. ANTICANCEREUX (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE (à confirmer)

    Effets secondaires

    1. NAUSEE (CERTAIN FREQUENT)

    2. VOMISSEMENT (CERTAIN FREQUENT)

    3. THROMBOPENIE (CERTAIN FREQUENT)

    4. LEUCOPENIE (CERTAIN FREQUENT)

    5. APLASIE MEDULLAIRE (CERTAIN RARE)
      Sévère, plus fréquente lors de la deuxième cure.

    6. INFLAMMATION AU POINT D'INJECTION (CERTAIN RARE)
      En cas d'extravasation, douleur, érythème et induration au site d'injection.

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE RENALE

    Contre-Indications

    1. INSUFFISANCE RENALE SEVERE

    2. LEUCOPENIE

    3. THROMBOPENIE

    4. GROSSESSE

    5. ALLAITEMENT

    Voies d'administration

    - 1 - INTRAVEINEUSE
    - 2 - INTRAPERITONEALE
    - 3 - INTRAPLEURALE
    - 4 - INTRAARTERIELLE

    Posologie et mode d'administration

    N'est plus commercialisée en france.
    Compte tenu des risques explosifs lors de la fabrication, l'exploitation de cette substance a été suspendue.
    - VOIE INTRAVEINEUSE ADULTES : un milligramme par kilo et par jour jusqu'à une dose totale de l'ordre de mille milligrammes pour une cure. Injecter le produit lentement en intraveineux strict.
    - VOIE INTRASEREUSE (pleurale et péritonéale) ADULTES : cent à cent cinquante milligrammes renouvelés tous les cinq jours jusqu'à une dose totale de mille cinq cents milligrammes pour une cure.
    - VOIE INTRA-ARTERIELLE (possible).
    .
    Ne jamais administrer en intramusculaire.
    Surveillance clinique rigoureuse, en particulier surveillance hématologique

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil