PHYTOMENADIONE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 27/3/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    2-méthyl-3-(3,7,11,15-tétraméthyl-2-hexadécényl)-1,4-naphtalènedione

    Ensemble des dénominations

    BAN : PHYTOMENADIONE
    CAS : 84-80-0
    DCF : PHYTOMENADIONE
    DCIR : PHYTOMENADIONE
    autre dénomination : PHYLLOQUINONE
    autre dénomination : PHYTONADIONE
    autre dénomination : PHYTYL-3 MENADIONE
    autre dénomination : PHYTYLMENADIONE
    autre dénomination : VITAMINE K 1
    autre dénomination : VITAMINE K1
    rINN : PHYTOMENADIONE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : VITAMINE K

    Proprietés Pharmacologiques

    1. VITAMINE (principale certaine)

    2. ACTIVITE VITAMINIQUE K (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Rôle essentiel dans la coagulation sanguine: intervient dans la constitution du coenzyme au niveau de la synthèse hépatique de prothrombine, proconvertine, facteur antihémophilique B, facteur Stuart.

    Effets Recherchés

    1. VITAMINIQUE K (principal)

    2. ANTIHEMORRAGIQUE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. AVITAMINOSE K (principale)
      En particulier au cours d'antibiothérapies prolongées

    2. HYPOPROTHROMBINEMIE (principale)

    3. EPREUVE DE KOLLER (principale)

    4. ACCIDENT HEMORRAGIQUE DES ANTIVITAMINES K (principale)
      En cas d'hypocoagulabilité excessive due à la warfarine, la vitamine K par voie orale accélère significativement l'augmentation de l'INR. Essai randomisé vs placebo:
      - Lancet 2000;356:1551-1553
      .


    5. MORSURE DE VENIMEUX (secondaire)

    6. INTERVENTION CHIRURGICALE(PREVENTION DES HEMORRAGIES) (à confirmer)

    Effets secondaires

    1. REACTION ALLERGIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    2. FLUSH (CERTAIN TRES RARE)

    3. BRONCHOSPASME (CERTAIN TRES RARE)

    4. CYANOSE (CERTAIN TRES RARE)

    5. DYSPNEE (CERTAIN TRES RARE)

    6. TACHYCARDIE (CERTAIN TRES RARE)

    7. HYPOTENSION ARTERIELLE (CERTAIN TRES RARE)

    8. COLLAPSUS CARDIOVASCULAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    9. HYPERSUDATION (CERTAIN TRES RARE)

    10. ANEMIE HEMOLYTIQUE (CERTAIN )
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DEFICIT EN G6PD
      NOUVEAU-NE

    11. TAUX DE PROTHROMBINE(AUGMENTATION) (CERTAIN )
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTES DOSES
      HEPATITE GRAVE

    12. VOMISSEMENT (CERTAIN RARE)

    13. BILIRUBINEMIE CONJUGUEE(AUGMENTATION) (CERTAIN )
      Par hyperhémolyse.

    14. ICTERE NUCLEAIRE (CERTAIN )
      Chez le nouveau né.

    15. HEMOLYSE (A CONFIRMER )

    16. CHOC ANAPHYLACTIQUE (A CONFIRMER )
      Un cas :
      - DICP 1991;25:871-872.
      17 cas dont 2 fatas rapportés à la pharmacovigilance australienne :
      - Aust Adv Drug React Bull 1991;10.
      40 cas dont 38 après injection IV et 4 fatals :
      - Aust Adv Drug React Bull 2000;19:3.

    17. SCLERODERMIE LOCALISEE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      VOIE IM

      Localisée au site d'injection, un cas après un an d'utilisationpar voie IM :
      - Contact Dermatitis 1994;31:45-46.

    18. CANCERIGENE (A CONFIRMER )
      Le risque accru de cancer chez les enfants traités pendant leur première enfance est controversé,de vastes études multicentriques n'ont pas montré d'augmentation significative du risque, sans toutefois en exclure la possibilité; mais l'étude de plus de 500 cas de cancer ou de leucémie chez des enfants appariés avec des enfants sains n'a pas montré d'augmentation du risque chez les enfants ayant reçu de la vitamine K IV dans la période néonatale (2ème ref):
      - Br Med J 1998;316:161-162.
      - Br Med J 1998;316:173-177.
      - Br Med J 1998;316: 178-184.
      - Br Med J 1998;316:184-189.
      - Br Med J 1998;316:189-193.

    Effets sur la descendance

    1. PREMATURITE

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. DEFICIT EN G6PD
      Risque d'anémie hémolytique :
      - N Engl J Med 1991;324:169-174.

    Posologie et mode d'administration

    Besoins journaliers chez l'adulte: Cinq à dix milligrammes par jour en l'absence de synthèse intestinale.
    dose usuelle :
    *par voie orale:
    - chez l'adulte:
    Quarante à cent milligrammes par jour.
    - chez l'enfant:
    Dix à quarante milligrammes par jour.
    * Par voie parentérale: (intraveineuse, intramusculaire) chez l'adulte:
    Vingt à quarante milligrammes par jour.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - ELIMINATION REIN voie rénale
    - 2 - ELIMINATION FECES voie fécale

    Absorption
    Bonne résorption par le tractus gastro-intestinal, présence de bile nécessaire.
    Concentration maximale dans le sang au bout de 2 heures.
    Répartition
    Pas d'accumulation.
    Tropisme hépatique, cutané, musculaire.
    Passe la barrière placentaire.
    Métabolisme
    Réduction avec formation du dérivé dihydroxy correspondant.
    Elimination
    VOie rénale:
    Sous forme de métabolite glucuroconjugué.
    Voie fécale:
    Sous forme de dérivés oxydés ou glycuroconjugués essentiiellement.
    Non dialysable.

    Bibliographie

    - Drugs 1995;49:376-387.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil