PROCARBAZINE CHLORHYDRATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 4/4/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    N-isopropyl[(méthyl-2 hydrazino)méthyl]-4 benzamide chlorhydrate

    Ensemble des dénominations

    BANM : PROCARBAZINE HYDROCHLORIDE
    CAS : 366-70-1
    DCIMr : CHLORHYDRATE DE PROCARBAZINE
    USAN : PROCARBAZINE HYDROCHLORIDE
    autre dénomination : CHLORHYDRATE DE PROCARBAZINE
    autre dénomination : IBENZMETHYZIN HYDROCHLORIDE
    autre dénomination : IBENZMETHYZINE CHLORHYDRATE
    bordereau : 878
    code expérimentation : NSC-77213
    code expérimentation : Ro-4-6467/1
    dcim : chlorhydrate de procarbazine
    rINNM : PROCARBAZINE HYDROCHLORIDE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : PROCARBAZINE
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTINEOPLASIQUE (principale certaine)

    2. AGENT ALKYLANT (principale certaine)

    3. THYMERETIQUE (secondaire certaine)
      Faible.

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Pourrait interférer avec le métabolisme de l'ADN (dépolymérisation de l'ADN), d'où perturbation de la mitose avec aberrations chromosomiques, fragmentation des chromatides et translocation.
      Empêche l'incorporation de la thymidine et de l'adénine dans l'ADN et l'utilisation de l'acide orotique dans la synthèse de l'ARN.

    Effets Recherchés

    1. ANTICANCEREUX (principal)

    2. IMMUNOSUPPRESSEUR (accessoire)
      Greffes d'organes.

    Indications Thérapeutiques

    1. MALADIE DE HODGKIN (principale)

    2. LYMPHOME NON HODGKINIEN (principale)

    3. MALADIE DE WALDENSTROM (secondaire)

    4. MALADIE DE VAQUEZ (principale)

    5. GLIOME MALIN CEREBRAL (principale)

    Effets secondaires

    1. LEUCOPENIE (CERTAIN FREQUENT)

    2. THROMBOPENIE (CERTAIN RARE)

    3. ANEMIE (CERTAIN RARE)

    4. APLASIE MEDULLAIRE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DOSES ELEVEES

      Toxicité médullaire fréquente si les doses approchent deux cents milligrammes par mètre carré et par jour.
      Dépression maximum 30 à 40 jours après le début du traitement.
      Récupération presque complète deux à quatre semaines après l'arrêt du traitement.

    5. ANOREXIE (CERTAIN FREQUENT)

    6. NAUSEE (CERTAIN FREQUENT)
      S'améliorent après les premières prises.

    7. VOMISSEMENT (CERTAIN FREQUENT)
      S'améliorent après les premières prises.

    8. STOMATITE (CERTAIN RARE)

    9. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN TRES RARE)
      - Med Pediatr Oncol 1988;16:378.

    10. SYNDROME DE LYELL (CERTAIN RARE)
      Un cas décrit :
      - Skin Cancer 1988;3:261.

    11. URTICAIRE (CERTAIN )
      - Cancer 1972;29:498-500.
      - J Allergy Clin Immun 1976;57:134-140.

    12. EFFET ANTABUSE (CERTAIN )
      Condition(s) Exclusive(s) :
      PRISE D'ALCOOL

    13. ALOPECIE (CERTAIN TRES RARE)

    14. SOMNOLENCE (CERTAIN RARE)

    15. VERTIGE (CERTAIN RARE)

    16. EXCITATION PSYCHOMOTRICE (CERTAIN TRES RARE)

    17. CONFUSION MENTALE (CERTAIN )

    18. ATAXIE (CERTAIN )

    19. PARESTHESIE (CERTAIN RARE)

    20. POLYNEVRITE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

    21. NEUROPATHIE PERIPHERIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

    22. FIEVRE (CERTAIN RARE)

    23. ERYTHEME (CERTAIN TRES RARE)

    24. TACHYCARDIE (CERTAIN TRES RARE)

    25. HYPOTENSION ARTERIELLE (CERTAIN TRES RARE)

    26. GLYCEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN )

    27. COMA (CERTAIN )
      Pour une dose intraveineuse de 2 g/m2
      - Cancer Chemother Rep1973;57:361-363.

    28. PNEUMONIE INTERSTITIELLE (A CONFIRMER )
      - Am J Med 1980;68:259.

    29. FIBROSE PULMONAIRE (A CONFIRMER )
      - Am J Med 1980;68:259.

    30. TOXICITE OCULAIRE (A CONFIRMER )
      - Cancer 1982;49:1999.

    31. LEUCEMIE AIGUE (A CONFIRMER )
      Après traitement par MOPP dans la maladie de Hodgkin :
      - N Engl J Med 1990;322:7-13.

    32. TUMEUR SOLIDE (A CONFIRMER )
      Tumeurs solides secondaires après traitement par MOPP dans la maladie de Hodgkin :
      - N Engl J Med 1990;322:7-13.

    Effets sur la descendance

    1. TERATOGENE

    2. CANCEROGENE

    3. MUTAGENE

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE RENALE

    2. DIABETE

    3. ASSOCIATION AUX IMAO
      Se méfier d'une éventuelle potentialisation des IMAO tels que les antidépresseurs tricycliques et les sympathomimétiques.

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE

    2. LEUCOPENIE

    3. THROMBOPENIE

    4. APLASIE MEDULLAIRE

    5. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE

    6. INSUFFISANCE RENALE SEVERE

    Voies d'administration

    - 1 - INTRAVEINEUSE
    - 2 - INTRAARTERIELLE
    - 3 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Doses usuelles par voie buccale :
    - Adultes : cent milligrammes par mètre carré et par jour pendant 10 à 14 jours.
    - Enfants : cent à deux cents milligrammes par mètre carré et par jour pendant 8 à 10 jours consécutifs.
    .
    Voie artérielle et perfusion lente en milieu hospitalier.
    Surveillance clinique rigoureuse, hématologique en particulier : la chute des plaquettes à 100000 ou des globules blancs à 3000 entraîne l'interruption du traitement.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 7 minute(s)
    - 2 - ELIMINATION 45 à 70 %/24 heures voie rénale
    - 3 - ELIMINATION 10 à 20 % voie pulmonaire

    Absorption
    Résorption complète par le tube digestif.
    Répartition
    Liaison aux protéines plasmatiques probablement faible.
    Passe dans le LCR.
    Demi-Vie
    Demi-vie plasmatique de 7 minutes.
    Métabolisme
    Métabolisme hépatique : subit une oxydation pour donner un dérivé azo qui après isomérisation donne l'hydrazone correspondante; celle-ci après oxydation et clivage donne l'acide N-isopropyl-téréphtalamique et la méthyl-hydrazine qui est ensuite dégradée en formaldéhyde, dérivé N-hydroxyméthyl et azométhine.
    Elimination
    (VOIE RENALE)
    45 à 70 % du produit sont excrétés dans l'urine en 24 heures, la plus grande partie sous forme d'acide N-isopropyl-téréphtalamique.
    (VOIE PULMONAIRE)
    10 à 20 % de la dose sont éliminés par les poumons.

    Bibliographie

    - Experientia 1963;19:129.
    - Ann Intern Med 1974;81:795.
    - Dossier du CNHIM 2001;22:293

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil