PRAZIQUANTEL

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 7/8/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    2-cyclohexylcarbonyl-1,2,3,6,7,11b-hexahydropyrazino[2,1-a]isoquinoléin-4-one

    Ensemble des dénominations

    BAN : PRAZIQUANTEL
    CAS : 55268-74-1
    DCF : PRAZIQUANTEL
    DCIR : PRAZIQUANTEL
    USAN : PRAZIQUANTEL
    code expérimentation : EMBAY-8440
    dci : praziquantel
    liste OMS : liste 1
    rINN : PRAZIQUANTEL

    Classes Chimiques


    Regime : liste II

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTHELMINTHIQUE (principale certaine)

    2. CESTODES (principale certaine)

    3. TAENIA SAGINATA (principale certaine)

    4. TAENIA SOLIUM (principale certaine)

    5. HYMENOLEPIS NANA (principale certaine)

    6. DIPHYLLOBOTHRIUM LATUM (principale certaine)

    7. CLONORCHIS SINENSIS (principale certaine)

    8. SCHISTOSOMA HAEMATOBIUM (principale certaine)

    9. SCHISTOSOMA JAPONICUM (principale certaine)

    10. SCHISTOSOMA MANSONI (principale certaine)

    11. DOUVICIDE (à confirmer)

    12. FASCIOLA HEPATICA (à confirmer)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Dans le cas d'infestation intestinale, pourrait provoquer une contraction du ver qui conduirait à sa dislocation.

    Effets Recherchés

    1. ANTIPARASITAIRE (principal)

    2. ANTHELMINTHIQUE (principal)

    3. ANTIBILHARZIEN (principal)

    4. ANTIDISTOMIEN (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. TAENIASE (principale)
      Efficace sur Taenia saginata, Taenia solium, Hymenolepis nana, Diphyllobotrium latum.
      Référence :
      - N Engl J Med 1996;334:1178-1194.

    2. SCHISTOSOMIASE (principale)
      Efficace sur Schistosoma haematobium, Schistosoma mansoni, Schistosoma japonicum.
      Référence :
      - N Engl J Med 1996;334:1178-1194.
      Schistosomiase urinaire: effet favorable chez 435 sujets malgaches:
      - Nephrologie 1998;19:347-351.

    3. SCHISTOSOMIASE(PREVENTION) (principale)
      Trop Med Parasitol 1988 ;39:167-174

    4. DISTOMATOSE (principale)
      Dans les formes pulmonaires et intestinales.
      A Clonorchis sinensis :
      - Nouv Presse Med 1981;10:427.
      A Fasciola hepatica :
      - Gastroenterol Clin Biol 1995;19:514-519.

    5. CYSTICERCOSE (principale)
      Dans les formes à localisations cérébrales, la posologie est de cinquante milligrammes par kilogramme et par jour, en trois prises, pendant quinze jours :
      - N engl J Med 1984;310:1001-1007.
      Egalement actif dans les formes sous-cutanées :
      - Concours Med 1985;107:921-931.
      - Lancet 1989,1:262.
      Controverse, efficacité discutée dans les cysticercoses cérébrales :
      - Arch Intern Med 1995;155:1982-1988.
      Etude pilote chez 10 patients atteints de cysticercose cérébrale, les kystes ont totalement disparus après administration de 3 doses de 25 milligrammes par kilogramme à 2 heures d'intervalle per os :
      - N Engl J Med 1996;334:125.
      Autre référence :
      - N Engl J Med 1996;334:1178-1194.
      Cysticercose cérébrale: à la dose de 100 milligrammes par kilo en 3 administrations à 2 heures d'intevalle:
      - Neurology 1999;52:1079-1081.

    6. DISTOMATOSE PULMONAIRE DU NOUVEAU MONDE (à confirmer)
      - N Engl J Med 1984;311:582-583.

    7. DISTOMATOSE HEPATIQUE (secondaire)
      Un cas de distomatose nodulaire hépatique traité avec succès:
      - Gastroenterol Clin Biol 1997;21:511-513.

    8. KYSTE HYDATIQUE (secondaire)
      Hydatidose péritonéale disséminée (un cas traité avec succès) :
      - Lancet 1989;i:272.
      Essai contrôlé non randomisé: l'association praziquantel et albendazole serait plus efficace que l'albendazole seul:
      - Hepatogastroenterology 1998;45:1690-1694.

    Effets secondaires

    1. DOULEUR ABDOMINALE (CERTAIN RARE)

    2. CEPHALEE (CERTAIN RARE)

    3. ANOREXIE (CERTAIN RARE)

    4. NAUSEE (CERTAIN RARE)

    5. INSOMNIE (CERTAIN RARE)

    6. BRADYCARDIE (CERTAIN FREQUENT)

    7. TROUBLE DE LA REPOLARISATION (CERTAIN TRES RARE)
      Troubles mineurs.

    8. URTICAIRE (A CONFIRMER )
      Urticaire généralisé :
      Premier cas chez un enfant :
      - J Allergy Clin Immunol 1992;90:867.

    9. ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL (A CONFIRMER )
      Un cas après 2 jours de traitement pour une neuro-cysticercose :
      - Stroke 1997;28:211-213.

    10. HYPERTENSION INTRACRANIENNE (A CONFIRMER )
      Un cas fatal au cours du traitement d'une neurocysticercose chez un sujet âgé :
      - Neurology 2000;54:778-779.

    Précautions d'emploi

    1. ALLAITEMENT

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      Information manquante.

    Posologie et mode d'administration

    Indications particulières :
    - Bilharziose, chez l'adulte : soit une dose unique de cinquante milligrammes par kilogramme, soit trois fois vingt milligrammes par kilogramme à quelques heures d'intervalle.
    - Hymenolepis nana, chez l'adulte : prise unique de vingt-cinq milligrammes par kilogramme.
    - Taeniasis (taenia saginata) : prise unique de cinq à dix milligrammes par kilogramme.
    - cysticercose : étude pilote chez 10 patients atteints de cysticercose cérébrale, les kystes ont totalement disparus après administration de trois doses de vingt-cinq milligrammes par kilogramme à deux heures d'intervalle per os :
    - N Engl J Med 1996;334:125.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 7 heure(s)
    - 2 - ELIMINATION voie rénale
    - 3 - REPARTITION lait

    Absorption
    Plus de 80% de la dose administrée est résorbée par le tractus gastro-intestinal;
    taux plasmatique maximum en 1 à 2 heures après administration per os.
    Répartition
    Important effet de premier passage hépatique entrainant de grandes variatons inter- individuelles des taux plasmatiques.
    Passe dans le lait: rapport lait/plasma: 0,4.
    Pénétration rapide dans le liquide céphalo-rachidien: rapport LCR/Plasma voisin de 1.
    Demi-Vie
    7 h.
    Métabolisme
    Largement métabolisé en dérivés mono et poly-hydroxylés.
    Elimination
    Voie rénale:
    Environ 80% de la dose en 24 heures, sous forme de métabolites variés.

    Bibliographie

    - Br Med J 1979;2:1396.
    - Pestic Sci 1977;8:556.
    - Eur J Clin Pharmacol 1978;14,4:281.
    - Chin Med 1980;93,6:375.
    - Acta Trop 1980;37:293.
    - Pharmacol Ther 1985;29:129-156.*
    - Clin Pharmacokinet 1988;15:67-93.*
    - Ann Intern Med 1989;110:296.
    - N Engl J Med 1996;334:1178-1194.
    - Drugs 1997;53:769-788.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil