ALMINOPROFENE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 26/4/1999
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    acide alpha-méthyl-4-[(2-méthyl-2-propenyl)amino]benzèneacétique

    Ensemble des dénominations


    CAS : 39718-89-3 DCIR : ALMINOPROFENE
    bordereau : 2786
    code expérimentation : EB-382
    rINN : ALMINOPROFEN
    sel ou dérivé : PIRPROFENE

    Classes Chimiques


    Regime : liste II

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTIINFLAMMATOIRE (principale certaine)

    2. ANTIINFLAMMATOIRE NON STEROIDIEN (principale certaine)

    3. ANALGESIQUE (principale certaine)

    4. ANALGESIQUE PERIPHERIQUE (principale certaine)

    5. ANTIPYRETIQUE (principale certaine)

    6. INHIBITEUR DE LA SYNTHESE DES PROSTAGLANDINES (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Inhibition de la cycloxygénase et de la synthèse des prostaglandines.

    Effets Recherchés

    1. ANTIINFLAMMATOIRE (principal)

    2. ANTALGIQUE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. ARTHROSE (principale)
      Traitement symptomatique des poussées aiguës.

    2. RHUMATISME ABARTICULAIRE (principale)
      Traitement symptomatique des poussées aiguës.

    3. INFLAMMATION (principale)
      Traitement symptomatique de courte durée des états inflammatoires.

    4. DOULEUR POST-TRAUMATIQUE (principale)

    5. DOULEUR OBSTETRICALE (principale)
      Tranchées utérines.

    6. DYSMENORRHEE (secondaire)
      - Prescrire 1991;11:583.

    Effets secondaires

    1. ASTHENIE (CERTAIN TRES RARE)

    2. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN RARE)
      Réaction d'hypersensibilité à type de rash.

    3. PRURIT (CERTAIN RARE)

    4. STOMATITE (CERTAIN TRES RARE)

    5. ULCERE GASTRODUODENAL (CERTAIN RARE)

    6. NAUSEE (CERTAIN FREQUENT)

    7. VOMISSEMENT (CERTAIN FREQUENT)

    8. DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN FREQUENT)

    9. DOULEUR ABDOMINALE (CERTAIN FREQUENT)

    10. DIARRHEE (CERTAIN RARE)

    11. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)
      Modérée et transitoire.

    12. SOMNOLENCE (CERTAIN RARE)

    13. CEPHALEE (CERTAIN RARE)

    14. VERTIGE (CERTAIN FREQUENT)

    Effets sur la descendance

    1. TOXICITE FOETALE
      Au cours du troisième trimestre de grossesse, tous les inhibiteurs de synthèse des prostaglandines peuvent exposer le foetus à une toxicité cardiopulmonaire (hypertension pulmonaire avec fermeture prématurée du canal artériel).

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. ULCERE GASTRODUODENAL(ANTECEDENT)

    2. GASTRITE

    3. HERNIE HIATALE

    4. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE

    5. INSUFFISANCE RENALE

    6. INSUFFISANCE CARDIAQUE SEVERE

    7. CIRRHOSE

    8. SYNDROME NEPHROTIQUE

    9. SUJET AGE

    10. STERILET

    Contre-Indications

    1. ULCERE GASTRODUODENAL

    2. HEMORRAGIE DIGESTIVE

    3. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE SEVERE

    4. INSUFFISANCE RENALE SEVERE

    5. HYPERSENSIBILITE A L'ASPIRINE
      Il existe une allergie associée entre l'aspirine et les antiinflammatoires non stéroïdiens chez les sujets présentant un syndrome de Fernand Widal (asthme, rhinite vasomotrice, polypes nasaux) déclenché par l'aspirine.

    6. HYPERSENSIBILITE A CETTE SUBSTANCE

    7. ENFANT DE MOINS DE 15 ANS

    8. GROSSESSE

    9. ALLAITEMENT

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie orale : six cents à neuf cents milligrammes par jour en plusieurs prises au cours des repas.
    Le traitement sera de préférence de courte durée et la posologie sera réduite à la dose minimale efficace dès amélioration de la symtomatologie clinique.

    Surveillance du traitement :
    - surveillance clinique des signes d'hypersensibilité et de toxicité digestive dont l'apparition nécessite l'arrêt immédiat du médicament,
    - surveillance de la fonction rénale chez les sujets en état d'hypoperfusion rénale et/ou d'hypovolémie,
    - surveillance hépatique et hématologique en cas de traitement prolongé.

    Dans les affections comportant un risque infectieux, l'utilisation sera prudente en raison de la diminution des défenses naturelles de l'organisme contre l'infection.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - REPARTITION 95 % lien protéines plasmatiques
    - 2 - DEMI VIE 3 à 5 heure(s) chez le sujet âgé
    - 3 - DEMI VIE 3 heure(s) chez l'adulte
    - 4 - ELIMINATION 60 % voie rénale

    Absorption
    Absorption digestive rapide. Le pic plasmatique est atteint entre 30 min et 1h30 après une administration unique de 300 mg ; il est retardé chez les sujets âgés (entre 2h et 2h30).
    Répartition
    Liaison aux protéines plasmatiques au niveau de la sérum-albumine : 95 %.
    Demi-Vie
    La demi-vie plasmatique moyenne est de 3 h chez l'adulte et de 3 à 5 h chez le sujet âgé.
    Métabolisme
    Formation de 3 métabolites principaux par amidification, N-déméthallylation et acétylation.
    Elimination
    (VOIE RENALE)
    60 % de la dose administrée sont éliminés dans les urines, principalement sous forme de bêta-glucuroconjugués.

    Bibliographie

    - Drug Saf 1993;8:99-127. (INTERACTIONS)* Revue des interactions avec les AINS.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil