MIDODRINE CHLORHYDRATE

Introduction dans BIAM : 24/12/1993
Dernière mise à jour : 12/12/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    chlorhydrate de 2 amino-N-(û hydroxy 2,5-diméteroxy-phénéthyl) acétamide

    Ensemble des dénominations

    BANM : MIDODRINE HYDROCHLORIDE
    CAS : 3092-17-9
    DCIMr : CHLORHYDRATE DE MIDODRINE
    USAN : MIDODRINE HYDROCHLORIDE
    autre dénomination : CHLORHYDRATE DE MIDODRINE
    bordereau : 2953
    code expérimentation : ST-1085
    rINNM : MIDODRINE HYDROCHLORIDE

    Molécule(s) de base : MIDODRINE
    Regime : liste II
    Remarque sur le regime : JO 02/02/94

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ALPHA STIMULANT (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Prodrogue donnant après hydrolyse le desglymidodrine, agoniste direct et sélectif des récepteurs alpha-adrénergiques périphériques.
      Augmente les résistances périphériques et la pression artérielle.
      Augmente le tonus du sphincter de la vessie.

    Indications Thérapeutiques

    1. HYPOTENSION ORTHOSTATIQUE (principale)
      Principalement dans le cadre des maladies neurologiques dégénératives.
      - Am J Med 1993;95:38-48.
      Hypotension orthostatique neurogène : étude randomisée chez 171 patients, efficace et sans effets secondaires graves :
      - JAMA 1997;277:1046-1051.
      Hypotension orthostatique neurogène: étude sur 25 patients: la dose optimale serait de 10 mg 2 à 3 fois par jour, par voie orale:
      - Neurology 1998;51:120-124.
      Efficace contre l'hypotension des dialysés. Un cas chez un malade associant hypotension permanente et hypotension orthostatique :
      - Nephrologie 2000;21:179-183.

    2. SYNDROME HEPATORENAL (à confirmer)
      Cinq cas traités par l'association midodrine et octréotide :
      - Hepatology 1999;29:1690-1697.

    Effets secondaires

    1. PARESTHESIE (CERTAIN RARE)

    2. HYPERTENSION ARTERIELLE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTE DOSE

      Surtout en position couchée.

    3. RASH (CERTAIN FREQUENT)

    4. NAUSEE (CERTAIN RARE)

    5. DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN RARE)

    6. TACHYCARDIE (CERTAIN RARE)

    7. PALPITATION (CERTAIN RARE)

    8. CEPHALEE (CERTAIN RARE)

    9. VERTIGE (CERTAIN RARE)

    10. HORRIPILATION (CERTAIN )
      - JAMA 1997;277:1046-1051.

    11. RETENTION D'URINE (CERTAIN )
      - JAMA 1997;277:1046-1051.

    12. APLASIE MEDULLAIRE (A CONFIRMER )
      Deux cas après 4 et 9 mois de traitement chez des patients dialysés :
      - Nephrol Dial Transplant 2000;15:1715-1716.

    Effets sur la descendance

    1. NON TERATOGENE CHEZ L'ANIMAL

    2. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    Précautions d'emploi

    1. GROSSESSE
      Information manquante.

    2. ALLAITEMENT
      Information manquante.

    3. SPORTIFS
      Substance interdite :
      - Journal Officiel du 7 Mars 2000.

    Contre-Indications

    1. HYPERTHYROIDIE

    2. PHEOCHROMOCYTOME

    3. INSUFFISANCE RENALE SEVERE

    4. SYNDROME DE RAYNAUD

    5. INSUFFISANCE CORONARIENNE

    6. HYPERTENSION ARTERIELLE

    7. BRADYCARDIE

    8. RETENTION D'URINE

    9. CARDIOPATHIE SEVERE

    10. GLAUCOME A ANGLE FERME

    11. ARTERIOPATHIE PERIPHERIQUE

    Posologie et mode d'administration

    Doses usuelles chez l'adulte, voie orale :
    Débuter par cinq à sept milligrammes cinq par jour (5 mg/j à 7.5 mg/j) en deux ou trois prises.
    Si nécessaire, augmenter la posologie chaque semaine de deux milligrammes cinq par prise (2.5 mg/prise) jusqu'à obtention de la réponse optimale.
    La dose active journalière est généralement inférieure à trente milligrammes (<30 mg/j) en trois à quatre prises.
    La prise du médicament doit se faire de préférence avant le lever, et elle est à éviter au moment du coucher.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 3 heure(s)
    - 2 - ELIMINATION 90 % voie rénale

    Absorption
    Résorption rapide par le tractus gastro-intestinal.
    Biodisponibilité par voie orale voisine de 100%.
    Rapidement hydrolysé dans le plasma en desglymidodrine qui est le métabolite actif.
    Pic plasmatique du desglymidodrine voisin de 4.5 microgrammes par litre, une heure après une prise de 2.5 mg par voie orale.
    Répartition
    Ne franchirait pas la barrière hémato-encéphalique.
    Demi-Vie
    3 heures (demi-vie du métabolite actif).
    Métabolisme
    Le métabolite actif formé par hydrolyse du midodrine est lui-même partiellement métabolisé.
    Elimination
    VOIE RENALE
    Plus de 90% de la dose administrée sont éliminés par les urines sous forme de métabolite actif (40%) et de produits de dégradation (55%).

    Bibliographie

    - Drugs 1989;38:757-777. (CREATION)
    - dossier pharmacien hospitalier 199?; (CREATION) *
    - Drug Res 1987;4,31,1. (CREATION) *
    - Therapiewoche 1982;48:6071-6076. (CREATION) *
    - Clin Pharmacol Ther 1986;35:586-591. (CREATION) *
    - Ther Umsch 1989;46,1:22-29. (CREATION) *
    - Prog Med 1987;7,3:598-605. (CREATION) *
    - Wien Med Wschr 1981;131:109-112. (CREATION) *
    - Am J Med 1993;95:38-48. (CREATION) *
    - Schweiz Rundschau Med 1988;77,48:1327-1330. (CREATION) *

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr


    Retour à la page d'accueil