MONTELUKAST SODIQUE

Introduction dans BIAM : 18/5/1998
Dernière mise à jour : 26/4/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    acide 2-[1[[[(R)-1-[3-[(E)-2-(7-chloroquinoléin-2-yl)éthényl]phényl]-3-[2-(1-hydroxy-1-méthyléthyl)phényl]propyl]sulfanyl]méthyl]cyclopropyl]acétique

    Ensemble des dénominations


    CAS : 151767-02-1 DCIMr : MONTELUKAST SODIQUE
    bordereau : 3106
    code expérimentation : MK-476
    dcim : montélukast sodique
    sel ou dérivé : ZAFIRLUKAST

    Molécule(s) de base : MONTELUKAST

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTAGONISTE DES RECEPTEURS AUX LEUCOTRIENES (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Antagoniste compétitif et sélectif des leucotriènes D4 et E4. S'oppose à la bronchoconstriction induite par différents stimuli.
      Réduit l'infiltration cellulaire au niveau des voies aériennes.

    Effets Recherchés

    1. BRONCHODILATATEUR (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. ASTHME (principale)
      Essai randomisé versus placebo positif chez 681 malades :
      - Arch Intern Med 1998;158:1213-1220.
      Essai randomisé dans l'asthme chronique: efficacité supérieure au placebo, mais légèrement inférieure à la béclométhasone inhalée :
      - Ann Intern med 1999;130:487.
      Plus efficace que le salmétérol contre la bronchoconstriction d'effort :
      - J Allergy Clin Immunol 1999;104:547-553.
      Dans l'asthme chronique l'association loratadine-montélukast est plus efficace que le montélukast seul. Essai randomisé :
      - Arch Intern Med 2000;160:2481-2488.

    2. ASTHME A DYSPNEE CONTINUE (principale)
      Formes modérées insuffisamment contrôlées par les traitements locaux (corticoïdes ou bêta-mimétiques).

    3. ASTHME D'EFFORT(PREVENTION) (principale)
      Essai randomisé versus placebo : le montélukast protège significativement contre l'asthme d'effort :
      - N Engl J Med 1998;339:147-152.
      Essai randomisé comparant montélukast per os versus salmétérol inhalé. L'efficacité du montélukast persisterait plusieurs semaines à la différence du salmétérol :
      - Ann Intern Med 2000;132:97-104.

    4. ASTHME DE L'ENFANT (principale)
      Efficacité démontrée dans l'asthme chez l'enfant de 6 à 14 ans à la dose de 5 mg/jour (étude multicentrique sur 336 enfants) , utilisable en tablettes à mâcher de 5 mg, augmente en moyenne de 8% le peak flow :
      - JAMA 1998;279:1181-1186.
      Revue de cette indication :
      - Drugs 2000;59(suppl 1):1-45.

    5. MIGRAINE(TRAITEMENT DE FOND) (à confirmer)
      Etude ouverte de 17 patients pendant 3 mois. Réduction de la fréquence des crises sévères mais non des autres :
      - Headache 2000;40:158-163.

    Effets secondaires

    1. CEPHALEE (CERTAIN RARE)

    2. DOULEUR ABDOMINALE (CERTAIN RARE)

    3. OEDEME (CERTAIN )
      50 cas rapportés à la pharmacovigilance de Grande Bretagne:
      - FDC Reports, Pink Sheets, Prescription Pharmaceuticals and Biotechnology 1998;60:17.

    4. EXCITATION PSYCHOMOTRICE (CERTAIN )
      15 cas rapportés à la pharmacovigilance de Grande Bretagne:
      - FDC Reports, Pink Sheets, Prescription Pharmaceuticals and Biotechnology 1998;60:17.

    5. REACTION ALLERGIQUE (CERTAIN )
      10 cas rapportés à la pharmacovigilance de Grande Bretagne: (oedeme de Quincke ou urticaire)
      - FDC Reports, Pink Sheets, Prescription Pharmaceuticals and Biotechnology 1998;60:17.

    6. PNEUMONIE A EOSINOPHILES (A CONFIRMER )
      1 cas après 4 mois de traitement :
      - Thorax 1999;54:558-560.

    7. DOULEUR THORACIQUE (CERTAIN )
      7 cas rapportés à la pharmacovigilance de Grande Bretagne:
      - FDC Reports, Pink Sheets, Prescription Pharmaceuticals and Biotechnology 1998;60:17.

    8. TREMBLEMENT (CERTAIN )
      5 cas rapportés à la pharmacovigilance de Grande Bretagne:
      - FDC Reports, Pink Sheets, Prescription Pharmaceuticals and Biotechnology 1998;60:17.

    9. SECHERESSE DE LA BOUCHE (CERTAIN )
      5 cas rapportés à la pharmacovigilance de Grande Bretagne:
      - FDC Reports, Pink Sheets, Prescription Pharmaceuticals and Biotechnology 1998;60:17.

    10. VERTIGE (CERTAIN )
      4 cas rapportés à la pharmacovigilance de Grande Bretagne:
      - FDC Reports, Pink Sheets, Prescription Pharmaceuticals and Biotechnology 1998;60:17.

    11. DOULEUR ARTICULAIRE (CERTAIN )
      3 cas rapportés à la pharmacovigilance de Grande Bretagne:
      - FDC Reports, Pink Sheets, Prescription Pharmaceuticals and Biotechnology 1998;60:17.

    12. GLOMERULONEPHRITE (A CONFIRMER )
      Un cas associé à une éosinophilie après 4 mois de traitement :
      - Nephrol Dial Transplant 2000;15:1054-1055.

    13. SYNDROME DE CHURG ET STRAUSS (A CONFIRMER )
      Un cas décrit chez un patient de 72 ans n'ayant pas utilisé de corticoïdes durant les 3 mois précédents :
      - Thorax 2000;55:805-806.
      Ne serait pas la cause directe du syndrome qui serait plutôt sous-jacent et démasqué par l'arrêt du traitement :
      - Chest 2000;117:708-713

    14. ERYTHEME NOUEUX (A CONFIRMER )
      Un cas chez un homme ayant présenté la même réaction un an auparavant à la suite d'une prise de zileuton (médicament de l'asthme chronique) :
      - Mayo Clin Proc 2000;75:643-645.

    Effets sur la descendance

    1. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    2. NON TERATOGENE CHEZ L'ANIMAL
      Etude chez le rat, le lapin.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      Information manquante.

    2. ALLAITEMENT
      Information manquante.

    3. HYPERSENSIBILITE A CETTE SUBSTANCE

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Doses usuelles par voie orale :
    - Adulte : dix milligrammes par jour de préférence le soir au coucher.
    - Enfants de 6 à 14 ans : cinq milligrammes de préférence le soir au coucher.
    Aucun ajustement posologique n'est nécessaire chez les sujets âgés, les sujets présentant une insuffisance rénale ou une insuffisance hépatique légère à modérée.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - REPARTITION 99 % lien protéines plasmatiques
    - 2 - DEMI VIE 5 heure(s)
    - 3 - ELIMINATION voie fécale

    Absorption
    Pic plasmatique 3 heures après une prise orale.
    Biodisponibilité voisine de 60%, peu influencée par la prise d'aliments.
    Répartition
    Liaison aux protéines plasmatiques : 99%.
    Demi-Vie
    La demi-vie d'élimination est en moyenne de 5 heures.
    Métabolisme
    Fortement métabolisé.
    Elimination
    Voie fécale : principale voie d'élimination.

    Bibliographie

    - Br J Clin Pharmacol 1995;40:277-280.
    - Biopharm Drug Dispos 1997;18:769-777.
    - JAMA 1998;279:1181-1186.
    - Drugs 1998;56:251-257.
    - Ann Pharmacother 1999;33:1299-1314.(Revue générale)
    - Drugs 2000;59:891-928.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil