TOLCAPONE

Introduction dans BIAM : 13/10/1998
Dernière mise à jour : 26/4/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    3,4-dihydroxy-4'-méthyl-5-nitrobenzophénone

    Ensemble des dénominations


    CAS : 134308-13-7 DCIR : TOLCAPONE
    USAN : TOLCAPONE
    bordereau : 3118
    code expérimentation : RO 40 7592
    dci : tolcapone
    rINN : TOLCAPONE
    sel ou dérivé : ENTACAPONE

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTIPARKINSONIEN (principale certaine)

    2. INHIBITEUR DE CATECHOL-O-METHYL TRANSFERASE (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Inhibiteur sélectif et réversible de la catéchol-O-méthyl transférase (COMT). En inhibant le métabolisme de la L-Dopa à la périphérie par la COMT, augmente la quantité de L-Dopa disponible pour être transformée au niveau central en dopamine, prolonge la demi-vie de la L-Dopa et améliore l'efficacité de l'association L-Dopa-inhibiteur de Dopa décarboxylase.
      N'exercerait que peu d'effet inhibiteur au niveau central.

    Effets Recherchés

    1. ANTIPARKINSONIEN (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. MALADIE DE PARKINSON (principale)
      En association à la L-DOPA, serait aussi efficace que la bromocriptine (essai randomisé) :
      - Lancet 1997;350:712-713.
      En association avec lévodopa-bensérazide ou lévodopa-carbidopa.
      Améliorerait les fonctions cognitives (dont la mémoire) :
      - CNS Drugs 2000;13:227-232.
      Revue générale :
      - Drugs 2000;59:1233-1250.
      - Neurology 2000;55 (suppl 4) :S57-S59 et S65-S68

    Effets secondaires

    1. DIARRHEE (CERTAIN FREQUENT)

    2. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)

    3. HEPATITE CYTOLYTIQUE (CERTAIN )
      Six cas rapportés dont 2 mortels :
      - Lancet 1998;352:958.

    4. HEPATITE FULMINANTE (CERTAIN )
      - Prescrire 1998;18:767.
      Responsable du décès du malade, un cas décrit :
      - Lancet 1998;352:958.
      Etude au microscope électronique montrant des altérations mitochondriales:
      - Dig Dis Sci 2000;45:1881-1884

    5. SYNDROME MALIN DES NEUROLEPTIQUES (CERTAIN TRES RARE)

    6. DYSKINESIE (CERTAIN RARE)

    7. NAUSEE (CERTAIN RARE)

    8. INSOMNIE (CERTAIN RARE)

    9. VOMISSEMENT (CERTAIN RARE)

    10. ANOREXIE (CERTAIN RARE)

    11. HYPOTENSION ORTHOSTATIQUE (CERTAIN RARE)

    12. CONFUSION MENTALE (CERTAIN RARE)

    13. VERTIGE (CERTAIN RARE)

    14. CEPHALEE (CERTAIN RARE)

    15. HALLUCINATION (CERTAIN TRES RARE)

    16. SYNCOPE (CERTAIN TRES RARE)

    17. HYPERSUDATION (CERTAIN TRES RARE)

    18. SYNDROME PSEUDOGRIPPAL (CERTAIN TRES RARE)

    19. SECHERESSE DE LA BOUCHE (CERTAIN TRES RARE)

    20. COLORATION DE L'URINE (CERTAIN FREQUENT)
      Coloration jaune intense.

    21. DOULEUR ABDOMINALE (CERTAIN TRES RARE)

    22. DOULEUR THORACIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    23. HYPOKINESIE (CERTAIN TRES RARE)

    Effets sur la descendance

    1. EMBRYOTOXICITE CHEZ L'ANIMAL
      Etude chez le rat, le lapin.

    2. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    3. NON TERATOGENE CHEZ L'ANIMAL

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE
      Ne pas augmenter la posologie.

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      Embryotoxique chez l'animal.

    2. ALLAITEMENT
      Passe dans le lait chez l'animal.

    3. HYPERSENSIBILITE A CETTE SUBSTANCE

    4. PHEOCHROMOCYTOME

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    N'est plus commercialisée en France.
    Doses usuelles par jour par voie orale :
    - Adulte : débuter par trois cents milligrammes en 3 prises par jour, la première prise étant associée à la première prise quotidienne de lévodopa. La posologie de lévodopa doit être réduite en moyenne de 30%. En cas de besoin, la posologie journalière pourra être augmentée à un maximum de six cents milligrammes par jour en 3 prises.
    En cas d'insuffisance hépatique modérée, cette dernière posologie ne sera pas utilisée.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - REPARTITION 99 % lien protéines plasmatiques
    - 2 - DEMI VIE 2 heure(s)
    - 3 - ELIMINATION 40 % voie fécale
    - 4 - ELIMINATION 60 % voie rénale

    Absorption
    Pic plasmatique 2 heures après une prise orale.
    Biodisponibilité voisine de 65%, peu réduite par la prise d'aliments.
    Répartition
    Liaison aux protéines plasmatiques voisine de 99%, essentiellement à l'albumine.
    Demi-Vie
    La demi-vie est en moyenne de 2 heures.
    Elle est non modifiée en cas d'insuffisance rénale.
    En cas d'insuffisance hépatique modérée, l'élimination de la forme libre est réduite de 50%.
    Métabolisme
    Fortement métabolisée en dérivé glucuroconjugué inactif.
    Subit également un métabolisme par les CYP3A4 et CYP2A6.
    Elimination
    *Voie rénale : 60% de la dose sont éliminés dans les urines.
    *Voie fécale : 40% de la dose sont éliminés dans les fèces.

    Bibliographie

    - Clin Neuropharmacol 1998;21,Suppl1:S17-S25.
    - Neurology 1997;49:1066-1071.
    - Eur J Neurol 1997;4:333-341.
    - J Neural Transm 1997;104:229-236
    - J Neurol Neurosurg Psychiatry 1997;63:421-428.
    - Neurology 1997;48:81-87.
    - Neurology 2000;55 (suppl 4) :S57-S59 et S65-S68

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr


    Retour à la page d'accueil