PROGUANIL CHLORHYDRATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 5/7/1999
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    1-(4-chlorophényl)-5-isopropylbiguanide

    Ensemble des dénominations

    BANM : PROGUANIL HYDROCHLORIDE
    CAS : 637-32-1
    DCIMr : CHLORHYDRATE DE PROGUANIL
    autre dénomination : CHLORGUANIDE CHLORHYDRATE
    autre dénomination : CHLORHYDRATE DE PROGUANIL
    autre dénomination : CHLORIGUANE HYDROCHLORIDE
    autre dénomination : CHLOROGUANIDE CHLORHYDRATE
    autre dénomination : PROGUANIDE HYDROCHLORIDE
    bordereau : 1131
    code expérimentation : RP-3359
    code expérimentation : SN-12,837
    dcim : chlorhydrate de proguanil
    rINNM : PROGUANIL HYDROCHLORIDE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : PROGUANIL
    Regime : liste II
    Remarque sur le regime : Sous forme orale (JO 16/01/1999)

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTIPALUDEEN (principale certaine)

    2. ANTIMETABOLITE (principale certaine)

    3. ANTIFOLIQUE (principale certaine)

    4. ANTIPALUDEEN SCHIZONTICIDE (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      L'action antiparasitaire serait dûe à une inhibition de la dihydrofolate réductase, enzyme permettant la réduction de l'acide folique en acide folinique; ce blocage enzymatique perturbe la biosynthèse des bases puriques et pyrimidiques.
      Action antimétabolique spécifique du microorganisme qui ne peut utiliser l'acide folinique préformé.
      Action antipaludéenne: agit sur la forme érythrocytaire asexuée (schizonticide), et exoérythrocytaire; inhibe également la sporogonie, c'est-à-dire le cycle sexué, représenté par l'évolution des gamétocytes dans l'estomac de l'anophèle.
      Le Proguanil est inactif par lui-même et agit par l'intermédiaire de son métabolite hépatique, le cycloguanil.

    2. secondaire
      Ne détruit pas les formes exoérythrocytaires secondaires du plasmodium vivax.

    Effets Recherchés

    1. ANTIPALUDEEN (principal)

    2. ANTIPALUDEEN SCHIZONTICIDE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. PALUDISME(PREVENTION) (principale)
      Utilisé seul ou de préférence avec un autre antipaludéen (chloroquine) dans les zones de falciparum chimiorésistants.
      Efficace également chez les enfants en association à l'atovaquone:
      - Lancet 1998;351:709-713.

    2. PALUDISME (à confirmer)
      En association avec l'atovaquone, serait très efficace en cas d'accès aigu (essai randomisé positif) :
      - Lancet 1996;347:1511-1514.

    Effets secondaires

    1. VOMISSEMENT (CERTAIN TRES RARE)
      Etude néerlandaise sur 103 sujets :
      - Eur J Clin Pharmacol 1997;52:269-275.

    2. NAUSEE (CERTAIN )
      Etude néerlandaise sur 103 sujets :
      - Eur J Clin Pharmacol 1997;52:269-275.

    3. DOULEUR ABDOMINALE (CERTAIN TRES RARE)
      Etude néerlandaise sur 103 sujets :
      - Eur J Clin Pharmacol 1997;52:269-275.

    4. DIARRHEE (CERTAIN )
      Etude néerlandaise sur 103 sujets :
      - Eur J Clin Pharmacol 1997;52:269-275.

    5. POLYNEVRITE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

    6. NEUROPATHIE PERIPHERIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

    7. ALOPECIE (CERTAIN )
      Chez la femme :
      - Lancet 1989;1:255.

    8. DESQUAMATION CUTANEE (CERTAIN )
      Au niveau des paumes des mains ou des plantes des pieds :
      - Lancet 1989;1:255.

    9. APLASIE MEDULLAIRE (CERTAIN )
      Un cas, chez un insuffisant rénal :
      - Nephron 1995;71:368.

    10. INSOMNIE (CERTAIN )
      Etude néerlandaise sur 103 sujets :
      - Eur J Clin Pharmacol 1997;52:269-275.

    11. VERTIGE (CERTAIN )
      Etude néerlandaise sur 103 sujets :
      - Eur J Clin Pharmacol 1997;52:269-275.

    12. HEPATITE CHOLESTATIQUE (A CONFIRMER )
      Après emploi prophylactique: un cas:
      - Ann Pharmacother 1998;32:1023-1025.

    13. HEPATITE MIXTE (A CONFIRMER )
      Un cas après 6 semaines de traitement:
      - Ann Pharmacother 1998;32:1023-1025.

    Effets sur la descendance

    1. NON TERATOGENE CHEZ L'HOMME
      Produit utilisé depuis 1948 sans qu'aucune relation causale entre son utilisation et un effet indésirable chez la mère ou le foetus n'ait été établi.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE RENALE SEVERE
      Réduire la posologie en fonction de la clairance rénale.

    2. ALLAITEMENT
      PASSE DANS LE LAIT MATERNEL.NE PERMET PAS LA CHIMIOPROPHYLAXIE DU BEBE NOURRIT AU SEIN.

    3. DEFICIT EN G6PD
      Risque d'anémie hémolytique :
      - William JW.Hematology.New York :
      Mc Graw-Hill,1990;ISBN 0-07-070384-1.

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Doses usuelles par voie orale :
    - Adulte et sujet âgé : deux cents milligrammes par jour.
    - Enfant de moins de un an : cinquante milligrammes par jour.
    - Enfant de un à quatre ans : cent milligrammes par jour.
    - Enfant de cinq à huit ans : cent cinquante milligrammes par jour.
    - Enfant à partir de neuf ans : deux cents milligrammes par jour.

    Modalités d'administration :
    Il est important d'administrer la dose quotidienne à la même heure chaque jour, après un repas, avec de l'eau.

    Durée du traitement :
    Les sujets non immunisés se rendant en zone d'endémie devront commencer leur traitement au moins vingt-quatre heures avant leur arrivée, le poursuivre pendant toute la période d'exposition et quatre à six semaines après le départ de la zone infestée.

    Posologie particulière :
    - Insuffisance rénale : réduire la posologie en fonction de la clairance de la créatinine.
    - Allaitement : le proguanil passe dans le lait maternel mais ne peut constituer une chimioprophylaxie efficace pour le bébé nourrit au sein qui devra recevoir la dose prophylactique adéquate.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 20 heure(s)
    - 2 - REPARTITION 75 % lien protéines plasmatiques
    - 3 - ELIMINATION voie rénale
    - 4 - ELIMINATION voie fécale

    Absorption
    L'absorption du proguanil est importante chez l'homme. Après une prise orale de 200 mg par un adulte, le pic de concentration plasmatique, 140 nanogrammes/ml, survient vers la quatrième heure.
    Le pic du métabolite actif (le cycloguanil), 75 nanogrammes/ml, apparaît une heure plus tard.
    Répartition
    Contrairement au cycloguanil, le proguanil est concentré dans les globules rouges.
    Liaison aux protéines plasmatiques : 75%.
    Concentration dans les érythrocytes égale à 6 fois de celle du plasma.
    Demi-Vie
    La demi-vie d'élimination est en moyenne de 20 heures pour le proguanil et son métabolite le cycloguanil.
    Métabolisme
    Le proguanil est inactif par lui-même. Son métabolite hépatique, le cycloguanil est actif.
    Elimination
    * Voie rénale.
    * Voie fécale.

    Bibliographie

    - Clin Pharmacol Ther 1966;7:48.
    - Experimental Chemotherapy ; Ed Schnitzer Hawking vol 1:1963 et vol 4:1966.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil