INTERFERON ALFA 2A

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 26/4/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    Famille de protéines diffusibles, antérieurement connue sous le nom d'interféron leucocytaire ou lymphoblastoïde, produites selon l'information codée par plusieurs gènes interféron alfa

    Ensemble des dénominations

    autre dénomination : INTERFERON ALPHA 2 A
    autre dénomination : INTERFERON ALPHA 2A
    bordereau : 2614
    sel ou dérivé : INTERFERON ALFA 2B

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base


    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTIVIRAL (principale certaine)

    2. IMMUNOMODULATEUR (principale certaine)

    3. CYTOSTATIQUE (principale certaine)
      Effet cytostatique direct. Retard ou arrêt de la division cellulaire.

    Effets Recherchés

    1. ANTIVIRAL (principal)
      Herpès virus, virus B et C de l'hépatite, grippe notamment.

    2. ANTICANCEREUX (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. LEUCEMIE A TRICHOLEUCOCYTES (principale)
      Action certaine mais temporaire (épuisement de l'effet au bout d'un an) :
      - Am J Med 1986;80:351-356.
      - Presse Med 1988;17:714-715.
      - Pathol Biol 1989;37:185-187.
      Trois millions d'unités par jour IM ou SC pendant plusieurs mois, puis trois fois par semaine.
      Référence :
      - Presse Med 1997;26:857-859.

    2. MELANOME METASTASE (principale)
      Rémissions pouvant atteindre plusieurs mois.
      Dix huit millions d'unités par jour IM pendant trois mois, puis trois fois par semaine :
      - Semin Oncol 1989;16:34-44.
      Autre référence :
      - Cancer 1996;78:944-947.
      Essai randomisé chez des malades atteints de formes métastasées et traités par cisplatine et interleukine 2: pas d'effet décelé (type d'interferon alpha non précisé):
      - Cancer 1999;85:1060-1066.
      Un malade avec métastases hépatiques traité avec succès par l'association interféron alfa 2A- vindésine et indemne de la maladie 10 ans plus tard :
      - Ann Oncol 2000;11:483-485.
      Etude pilote de l'association cisplatine/dacarbazine/fotemustine/interferon alfa chez 64 malades:
      - Cancer 2000 ;89:2630-2636

    3. MELANOME (à confirmer)
      Le traitement adjuvant du mélanome malin paraît efficace surtout chez les malades ayant un mauvais pronostic (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Cancer 1997;79:2534-2560.
      Effet de l'interféron à faibles doses pendant 18 mois (étude randomisée chez 489 malades sans métastases, mais à haut risque de récidive). Augmentation de 25% de la durée de vie sans rechute et de la survie ; bonne tolérance:
      - Lancet 1998;351:1905-1910.
      - Lancet 1998;351:1901-1903 (éditorial).

    4. SARCOME DE KAPOSI (principale)
      Rémission complète pouvant atteindre un an :
      - N Engl J Med 1983;308:1071-1076.
      Sarcome de Kaposi au cours du SIDA : dix huit millions d'unités IM trois fois par semaine :
      - Ann Intern Med 1989;110:335-338.
      Sarcome de kaposi au cours du SIDA : l'association de la zidovudine à l'interféron alpha 2A ou 2B entraîne une réponse complète dans environ la moitié des cas :
      - Drugs 1993;46:515-578.

    5. LEUCEMIE MYELOIDE CHRONIQUE (principale)
      En traitement d'entretien après chimiothérapie d'induction :
      - Sem Hop Paris 1989;65:1969-1973.
      Neuf millions d'unités par jour SC ou IM pendant plusieurs mois, puis trois fois par semaine.
      L'interféron alpha serait plus efficace que le traitement conventionnel :
      - N Engl J Med 1994;330:820-825.
      De faibles doses d'interféron alpha (deux millions d'unités par mètre carré, trois fois par semaine) seraient aussi efficaces que les fortes doses (essai avec patients témoins 'historiques') :
      - Arch Intern Med 1994;121:736-744.
      L'interféron alpha n1 prolongerait la survie des patients (essai randomisé multicentrique chez 587 patients) :
      - Lancet 1995;345:1392-1397.
      Série de 81 malades avec des résultats satisfaisants (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Lancet 1996;347:57-58.
      Serait efficace dans la leucémie myéloïde chronique chez les sujets de plus de 60 ans, mais la toxicité serait importante (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Am J Med 1996;100:452-455.
      Autres références :
      - N Engl J Med 1986;314:1065-1069.
      - Am J Med 1995;99:402-411.
      - Lancet 1995;346:984-986. (Editorial)
      Etude randomisée de 322 sujets: résultats meilleurs qu'avec la chimiothérapie conventionnelle: 29% de survie à 10ans:
      - Blood 1998;92:1541-1548.
      Etude chez 54 malades: la réponse initiale se maintient prndant plusieurs années:
      - Cancer 1998;83:1205-1213.

    6. LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE (à confirmer)
      - Presse Med 1997;26:857-859.

    7. CANCER DU REIN (principale)
      Dans les formes métastasées
      Dans les formes récidivantes, traitement d'entretien aprés une chimiothérapie d'induction.
      En association avec la vimblastine :
      - Presse Med 1987;16:1953-1956.
      En association avec l'interleukine-2 et les lymphocytes infiltrant la tumeur, 3 rémissions complètes sur 10 malades traités :
      - J Urol 1993:150:1384-1390.
      L'association interféron alpha (type non précisé) et fluorouracil ne serait pas efficace dans les formes évoluées (étude pilote) :
      - Cancer 1996;78:1085-1088.
      Dans les formes métastasées; effet modeste: éditorial:
      - Lancet 1999;353:6-7.
      Essai randomisé: l'administration d'interferon alpha entraine un effet modeste sur la survie , à mettre en balance avec la tolérance:
      - Lancet 1999;353:14-17.

    8. OSTEOSARCOME (à confirmer)
      Un cas de rémission complète après traitement par l'association tretinoïne/interferon alfa chez un enfant atteint d'une forme métastasée:
      - Cancer 2000;89:2661-2666

    9. MYELOME MULTIPLE (secondaire)
      Traitement d'entretien après une chimiothérapie d'induction.
      - N Engl J Med 1990;332:1430-1434.
      Egalement utilisé, en association, au cours du traitement d'induction :
      - Sem Hop Paris 1993;69:209-216.
      L'adjonction d'interféron alpha (type non précisé) au traitement par melphalan-prednisone n'améliorerait pas le taux de rémission et la survie qui serait cependant prolongée chez les répondeurs (essai randomisé) :
      - Ann Intern Med 1996;124:212.
      Référence :
      - Presse Med 1997;26:857-859.
      En association à la chimiothérapie. Bénéfice faible en regard des effets secondaires et du coût:
      - Eur J Cancer 1998;part A34:12-17 ET 18-22.

    10. LYMPHOME NON HODGKINIEN (à confirmer)
      Interféron alfa en association avec la chimiothérapie :
      - N Engl J Med 1992;327:1336-1341.
      Interféron alfa dans les lymphomes folliculaires, associé à la doxorubicine :
      - N Engl J Med 1993;329:1608-1614.
      Lymphome folliculaire (éditorial) :
      - Presse Med 1997;26:857-859.
      Revue générale de l'usage de l'interféron alpha associé à la chimiothérapie dans les lymphomes folliculaires:
      - Cancer 1998;82:1821-1830.
      Revue générale de cette indication:
      - Oncology 1999;13:1147

    11. LYMPHOME CUTANE (à confirmer)
      Plus efficace en association à la puvathérapie qu'à l'acitrétine :
      - Blood 1998;92:3578-3581.

    12. CONDYLOME ACUMINE (secondaire)
      Condylome acuminé génital
      - N Engl J Med 1986;315:1059-1064.
      - JAMA 1991;265:2684-2687.
      Après echec des traitements conventionnels :
      - Am J Hosp Pharm 1994;51:1030-1033.

    13. HEMANGIOENDOTHELIOME (à confirmer)
      Hémangioendothéliome hépatique. Un cas chez un nourrisson, traité avec succès:
      - Arch Pediatr 2000;7:1201-1204

    14. HEPATITE AIGUE A VIRUS B (à confirmer)
      Essai randomisé: permettrait de réduire la durée d'évolution ; l'évolution virologique à long terme est inconnue:
      - J Viral Hepat 1997;4:387-394.

    15. HEPATITE AIGUE A VIRUS C (à confirmer)
      Une dose de dix millions d'unités par jour (type d'interféron alpha non précisé) jusqu'à normalisation des transaminases permettrait le plus souvent d'éviter le passage à la chronicité (étude pilote) :
      - Dig Dis Sci 1996;41:S81-S85.

    16. HEPATITE CHRONIQUE A VIRUS B (principale)
      Publications sur l'interféron alfa dans cette indication :
      - J Hepatol 1993;17:Suppl3.
      - Gut 1993;34:Suppl2.
      Trois méta-analyses :
      - Dig Dis Sci 1993;38:577-593.
      - J Hepatol 1993;18:154-162.
      - Ann Intern Med 1993;119:312-323.
      Chez l'enfant, étude pilote positive (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Gastroenterol Clin Biol 1995;19:53-57.
      La réponse au traitement serait identique en cas d'infection asymptomatique par le VIH (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Gastroenterol Clin Biol 1996;20:968-971.
      Revue générale dans cette indication (59 références) :
      - Ann Pharmacother 1997;31:330-337.
      Essai randomisé chez l'enfant: l'efficacité parait comparable à celle observée chez l'adulte :
      - Gastroenterology 1998;114:988-995.
      Etude contrôlée (non randomisée) chez l'enfant: un 2ème traitement est bien toléré, mais n'améliore pas les résultats :
      - Eur J Pediatr 1998;157:382-385.
      Suivi à long terme de 340 malades :
      - J Viral Hepat 1998;5:389-397.
      Un essai randomisé suggère de prolonger le traitement en cas de réplication virale persistant à la fin de la période initiale de 16 semaines de traitement :
      - Hepatology 1999;30:238-243.
      Conférence de consensus sur cette indication chez l'enfant :
      - J Pediatr Gastroenterol Nutr1999;29:163-170.
      Autre référence :
      - Gastroenterology 2000;118:S83-S103.
      Essai randomisé de l'association interféron alfa +lamivudine vs lamivudine seule. L'association augmente le taux de séroconversion HBe :
      - Gut 2000;46:562-568.
      Etude à long terme chez 107 enfants. L'interféron accélère la disparition de l'antigène HBe mais n'augmente pas le nombre des répondeurs :
      - Gut 2000;46:715-718.
      Pas d'effet décelé avec l'interféron alfa par voie orale dans un essai randomisé :
      - Curr Ther Res Clin Exp 2000;61:245-254.
      Revue générale :
      - J Gastroenterol Hepatol 2000;15:E34-40.

    17. HEPATITE CHRONIQUE A VIRUS C (principale)
      Deux essais contrôlés donnant des résultats positifs :
      - N Engl J Med 1989;321:1501-1506 et 1506-1510.
      Trois millions d'unités, trois fois par semaine pendant six mois :
      - Lettre du Pharmacologue 1993;7:252-255.
      Autres publications sur l'interféron alpha dans cette indication :
      - J Hepatol 1993;17:Suppl3.
      - Gut 1993;34:Suppl2.
      - Hepatology 1995;22:700-706.
      - J Hepatol 1996;24,suppl2:67:73.
      - Lancet 1996;348:973-974.
      - Hepatogastroenterology 1996;43:1544-1556.
      Revue générale dans cette indication (59 références) :
      - Ann Pharmacother 1997;31:330-337.
      - Gastroenterol Clin Biol 1997;21,Suppl1 bis.
      - Clin Ther 1997;19:1352-1367.
      L'association interféron-kétoprofène n'améliorerait pas les résultats (étude pilote chez 17 malades non répondeurs) :
      - Can J Gastroenterol 1997;11:294-297.
      Etude pilote chez l'enfant (22 cas) :
      - Eur J Pediatr 1997;156:704-708.
      Etude multicentrique randomisée de 637 patients (hepatite et cirrhose), ralentissement (de 2 fois) de l'évolution vers le cancer du foie :
      - Lancet 1998;351:1535-1539.
      Indications du traitement chez l'enfant :
      - Arch Pediatr 1999;6,Ssuppl 2;174S-175S.
      Autre référence :
      - Biodrugs 1998;10:65-89.
      Bons résultats à 5 et 10 ans chez 5 sujets sur 10 :
      - Hepatology 1998;28:1121-1127.
      Pas d'effet additif de l'association de kétoprofène :
      - Aliment Pharmacol Ther 1999;13:1329-1334.

    18. HEPATITE CHRONIQUE A VIRUS NON-A NON-B (à confirmer)
      - Br Med J 1989;298:80-82.

    19. HEPATITE CHRONIQUE A VIRUS D (secondaire)
      Un traitement à fortes doses est efficace chez la moitié des sujets traités mais une rechute est habituelle à l'arrêt du traitement :
      - N Engl J Med 1994;330:88-94.
      Essai randomisé sans contrôle permanent de la réplication virale :
      - Liver 1995;15:45-52.
      Autre référence (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Pharmacotherapy 1996;16:609-614.

    20. HEPATITE CHRONIQUE A VIRUS G (à confirmer)
      Permettrait de bloquer la réplication virale, mais récidive constante à l'arrêt du traitement (étude chez 25 malades) :
      - Scand J Gastroenterol 1998;33:195-200.

    21. HEPATOCARCINOME (à confirmer)
      Revue générale :
      - J Gastroenterol Hepatol 2000;15:E134-140.

    22. HEPATOCARCINOME(PREVENTION) (à confirmer)
      Chez des malades atteints de cirrhose post-hépatitique:
      - Gut 2000;47:610-611 (éditorial)

    23. CIRRHOSE HEPATIQUE (à confirmer)
      Dans ses formes à virus C, essai randomisé positif, (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Am J Gastroenterol 1994;89:658-660.
      - Am J Gastroenterol 1994;89:681-686.
      Etude randomisée multicentrique de 637 patients: ralentissement (de 2fois) de l'évolution vers le cancer du foie:
      - Lancet 1998;351:1535-1539.
      Dans les transplantations hépatiques en cas de cirrhose à virus C: essai randomisé; l'administration préventive d'interféron alpha réduirait la fréquence des hépatites aiguës post-greffes:
      - Hepatology 1998;28:831-838.

    24. RECTOCOLITE HEMORRAGIQUE (à confirmer)
      Serait actif au cours des poussées (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Eur J Gastroenterol Hepatol 1995;7:593-594.
      - Eur J Gastroenterol Hepatol 1995;7:597-602.
      Traitement des surinfections par les virus du groupe herpès, étude chez 16 malades atteints de crohn ou de RCH:
      - Hepatogastroenterology 1998;45:691-699.

    25. CANCER DU COLON (à confirmer)
      Dans les formes métastasées, en association avec 5 FU et leucovorine (étude pilote, type d'interféron alfa non précisé) :
      - Cancer 1997;79:1094-1099.

    26. CANCER DU RECTUM (à confirmer)
      Dans les formes métastasées, en association avec 5 FU et leucovorine (étude pilote, type d'interféron alfa non précisé) :
      - Cancer 1997;79:1094-1099.

    27. MALADIE DES AGGLUTININES FROIDES (à confirmer)
      - Ann Intern Med 1989;111: 255.

    28. CRYOGLOBULINEMIE (à confirmer)
      Un cas de cryoglobulinémie associée à une hépatite C :
      - Am J Med 1991;91:554-555.
      Attention : risque d'aggravation des manifestations ischémiques, attribué aux effets anti-angiogéniques de l'interféron :
      - Arthritis Rheum 1999 ;42:1051-1055.

    29. LUPUS ERYTHEMATEUX CHRONIQUE (à confirmer)

    30. LUPUS ERYTHEMATEUX DISCOIDE (à confirmer)

    31. GLOMERULONEPHRITE (à confirmer)
      Glomérulonéphrite chronique, étude pilote chez des malades présentant des formes histologiques diverses :
      - Am J Kidney Dis 1999;33:1142-1146.

    32. SYNDROME DE ZOLLINGER-ELLISON (à confirmer)
      Type d'interféron (alpha-2A ou 2B) non précisé :
      - Gastroenterology 1993;105:1179-1183.

    33. HISTIOCYTOSE X (à confirmer)

    34. HYPEREOSINOPHILIE (à confirmer)
      Syndrome hyper-éosinophilique :
      - Ann Intern Med 1990;113:716-718.
      - Presse Med 1992;21:1776.
      Six cas traités, type d'interferon alpha non précisé :
      - Ann Intern Med 1994;121:648-653.

    35. HEMANGIOME (à confirmer)

    36. STERILITE MASCULINE (à confirmer)
      - Lancet 1994;344:614.

    37. CANCER DE L'OVAIRE (à confirmer)
      Editorial concernant l'association interféron et chimiothérapie :
      - Lancet 2000;356:6-7.

    38. THROMBOPENIE DU SIDA (à confirmer)
      Essai randomisé :
      - Ann Intern Med 1994;121:423-429.

    39. PERIARTERITE NOUEUSE (à confirmer)
      Dans les formes liées au virus B, essai pilote positif (type d'interferon alpha non précisé) :
      - Ann Rheum Dis 1994;53:334-337.
      4 malades atteints du syndrome de Churg et Strauss traités par de fortes doses (7,5 à 63 MU/semaine), amélioration dans 3 cas, rémission dans 1 cas:
      - Ann Intern Med 1998;129:370-374.

    40. MALADIE DE BEHCET (à confirmer)
      En cas d'atteinte oculaire résistante aux immunosuppresseurs :
      - Lancet 1994;343:1428.
      Etude pilote chez 7 malades atteints de troubles oculaires:
      - Br J Ophtalmol 1998;82:488-494.
      Etude pilote chez 10 malades, suggérant l'efficacité du traitement:
      - J Rheumatol 1998;25:1938-1944.

    41. ECZEMA ATOPIQUE (à confirmer)
      Deux cas décrits (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Allergy 1995;50:837-840.

    42. ERYTHEME POLYMORPHE (à confirmer)
      Un cas traité avec succès chez un malade atteint d'hépatite chronique à virus C :
      - Br J Dermatol 2000;142:1248-1249.

    43. MOLLUSCUM CONTAGIOSUM (à confirmer)
      2 enfatns atteints de déficit immunitaire traités avec succès par voie sous-cutanée:
      - Arch Dis Child 1999;80:77-79.

    44. TUMEUR CARCINOIDE (à confirmer)
      Serait efficace sur le syndrome lié à l'hypersecrétion hormonale dans les tumeurs carcinoïdes métastasées (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Presse Med 1996;25:63-67.

    45. MYELOPATHIE ASSOCIEE AU HTLV-1 (à confirmer)
      Essai contrôlé portant sur 48 patients traités par 3 millions d'unités par jour pendant 4 semaines (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Neurology 1996;46:1016-1021.

    46. KERATITE HERPETIQUE (à confirmer)
      Référence (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Clin Immunotherapeutics 1996;6:383-394.

    47. CHIRURGIE OCULAIRE(ADJUVANT) (à confirmer)
      En prévention de la fibrose après chirurgie du glaucome ou de la kératotomie par laser (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Clin Immunotherapeutics 1996;6:383-394.

    48. RETINOPATHIE DEGENERATIVE (à confirmer)
      Dégénérescence maculaire (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Clin Immunotherapeutics 1996;6:383-394.

    49. CANCER DU PANCREAS (à confirmer)
      Etude pilote associant acide cis-rétinoÏque et interferon alpha (type non précisé) chez 22 malades: tolérance satisfaisante, prolongerait la durée de survie:
      - Cancer 1998;83:2317-2323.

    50. SCLEROSE EN PLAQUES (à confirmer)
      Réduirait la survenue de nouvelles lésions (évaluation par IRM); étude sur 97 patients suivis sur 6 mois:
      - Neurology 1999;52:1049-1056.

    51. GLAUCOME CHRONIQUE (à confirmer)
      Essai randomisé versus 5-fluorouracile après trabéculation chirurgicale: suggère la supériorité de l'ibnterféron (type non précisé):
      - Austr N Z J Ophtalmol 1999;27:37-44.

    52. CANCER DE L'OESOPHAGE (information négative)
      Etude pilote de l'association interferon alpha 2A et acide 13 cis rétinoïque chez 19 malades: pas d'effet observé:
      - Cancer 1999;85:1213-1217.

    53. TUMEUR ENDOCRINE DIGESTIVE (à confirmer)
      Dans les formes métastasées, étude non comparative chez 21 malades traités par l'association interféron alfa et octréotide :
      - Am J Gastroenterol 1999;94:1381-1387.

    54. PAPULOSE LYMPHOMATOIDE (à confirmer)
      Etude pilote chez 5 malades :
      - Cancer 2000;89:1603-1610.

    Effets secondaires

    1. DOULEUR AU POINT D'INJECTION (CERTAIN FREQUENT)

    2. NECROSE CUTANEE (A CONFIRMER )
      Au point d'injection :
      - Presse Med 1993;22:783.
      Un cas, siègeant au site d'injection, chez un sujet traité pour un sclérose en plaques, un autre cas aurait déjà été décrit :
      - N Engl J Med 1995;333:1223-1224.
      Un cas rapporté:
      - Am J Gastroenterol 1998;93:463-464.

    3. SYNDROME PSEUDOGRIPPAL (CERTAIN FREQUENT)
      Malaise, fièvre, frissons, myalgies, céphalées survenant 2 heures après administration et pouvant persister 24 heures.
      Chez 1/3 des patients (310 sur 987 patients) traités pour une hépatite C chronique (type d'interféron alfa non précisé) :
      - J Hepatol 1996;25:283-291.
      Etude chez 38 malades :
      - Adv Ther 1999;16:124-129.

    4. ASTHENIE (CERTAIN FREQUENT)
      Peut persister plusieurs semaines après l'arrêt du traitement.

    5. FIEVRE (CERTAIN FREQUENT)

    6. DOULEUR MUSCULAIRE (CERTAIN FREQUENT)

    7. CEPHALEE (CERTAIN TRES RARE)

    8. SOMNOLENCE (CERTAIN )
      - Am J Med 1989;87:116.

    9. TROUBLE DE LA MEMOIRE (CERTAIN FREQUENT)
      Généralement associé au syndrome grippal.

    10. STOMATITE (CERTAIN RARE)

    11. HERPES LABIAL (CERTAIN RARE)

    12. ATAXIE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTE DOSE

    13. COMA (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTE DOSE

    14. IRRITABILITE (CERTAIN FREQUENT)
      Perturbe parfois fortement la vie quotidienne.
      Etude de 49 patients dans la littérature ayant présenté des troubles de l'humeur:
      - Psych Clin Neurosci 1997;51:175-180.

    15. ACOUPHENE (CERTAIN FREQUENT)

    16. DYSGUEUSIE (CERTAIN FREQUENT)

    17. ANOSMIE (A CONFIRMER )
      Un cas débutant après 10 jours de traitement d'une hépatite C:
      - Am J Gastroenterol 1998;93:122-123.

    18. ANOREXIE (CERTAIN FREQUENT)
      Parfois sévère, responsable d'un amaigrissement.

    19. POIDS(DIMINUTION) (CERTAIN FREQUENT)

    20. NAUSEE (CERTAIN FREQUENT)

    21. VOMISSEMENT (CERTAIN FREQUENT)

    22. DIARRHEE (CERTAIN FREQUENT)

    23. TROUBLE GASTRIQUE (CERTAIN )
      Ralentissement de la vidange gastrique (réversible par le cisapride - étude chez 14 malades) :
      - Scand J Gastroenterol 1997;32:547-551.

    24. COLITE (A CONFIRMER )
      Un cas avec hémorragie digestive chez un enfant traité pour une hépatite C chronique (type d'interféron alfa non précisé) :
      - J Clin Gastroenterol 1997;25:398-399.
      Colite aigüe:
      - J Clin Gastroenterol 1997;25:398-399.

    25. COLITE ISCHEMIQUE (A CONFIRMER )
      Deux cas décrits (type d'interféron alfa non précisé) après 2 et 6 mois de traitement, au cours de traitement d'hépatite C chronique :
      - J Gastroenterol 1996;31:582-584.
      Deux cas chez des patients traités pour une hépatite C chronique (type d'interféron alpha non précisé) :
      - J Hepatol 1996;25:283-291.

    26. PANCREATITE AIGUE (A CONFIRMER )
      Un cas, chez un enfant, après 3 mois de traitement; réversible à l'arrêt (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Am J Hematol 1995;48:211-212.

    27. MALADIE COELIAQUE DE L'ADULTE (A CONFIRMER )
      Deux cas décrits:
      - Lancet 2000;356:1494-1495

    28. HYPOTENSION ARTERIELLE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

      Peut persister pendant 48 heures après l'arrêt du traitement.

    29. ARYTHMIE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SUJET AGE

      A type d'arythmie supraventriculaire.

    30. OEDEME (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

    31. PROTEINURIE (CERTAIN TRES RARE)

    32. ALOPECIE (CERTAIN FREQUENT)
      Chez 22 % des cas, dans une étude portant sur 72 patients traités pour une hépatite C active (type d'interféron alpha 2 non précisé) :
      - Therapie 1995;50:419-423.
      Chez des patients traités pour une hépatite C chronique (type d'interféron alpha non précisé) :
      - J Hepatol 1996;25:283-291.

    33. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN FREQUENT)

    34. VASCULARITE CUTANEE (A CONFIRMER )
      Capillarite. Un cas ayant débuté après 5 jours de traitement pour une hépatite C :
      - J Am Acad Dermatol 2000;43: 937-938.

    35. PURPURA THROMBOPENIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Purpura thrombopénique idiopathique (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Am J Gastroenterol 1994;89:2244-2245.
      Autre référence concernant un purpura thrombopénique idiopathique (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Am J Gastroenterol 1995;90:1146-1147.
      Purpura thrombotique thrombocytopénique: 1 cas mortel après 3 mois de traitement pour hépatite C:
      - J Gastroenterol 1998;33:588-592.

    36. PRURIT (CERTAIN FREQUENT)
      Chez des patients traités pour une hépatite C chronique (type d'interféron alpha non précisé) :
      - J Hepatol 1996;25:283-291.

    37. MICROANGIOPATHIE THROMBOTIQUE (A CONFIRMER )
      Deux cas à localisation rénale, chez des sujets traités pour une leucémie myéloïde chronique :
      - Nephrol Dial Transplant 1995,10:111-113.
      Un cas à l'origine d'une insuffisance rénale (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Am J Kidney Dis 1997;30:123-130.
      Un cas après 10 ans de traitement (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Nephrol Dial Transplant 1999;14:2469-2471.
      Un cas associé à une insuffisance rénale et un syndrome néphrotique chez un malade traité pour leucémie myéloïde chronique :
      - Am J Kidney Dis 2000;36:E5.

    38. SECHERESSE DE LA PEAU (CERTAIN FREQUENT)

    39. VITILIGO (A CONFIRMER )
      Un cas, après un mois de traitement pour une hépatite chronique à virus C, réversible à l'arrêt :
      - Dermatology 1996;193:65-66.

    40. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)
      Trois cas. Lentement réversible à l'arrêt :
      - Eur J Med 1993;2:446.

    41. LEUCOPENIE (CERTAIN FREQUENT)
      Chez 28 % des cas, dans une étude portant sur 72 patients traités pour une hépatite C active (type d'interféron alpha 2 non précisé) :
      - Therapie 1995;50:419-423.
      Chez 1/3 des patients (310 sur 987 patients) traités pour une hépatite C chronique (type d'interféron alpha non précisé) :
      - J Hepatol 1996;25:283-291.

    42. LYMPHOPENIE (CERTAIN RARE)

    43. THROMBOPENIE (CERTAIN FREQUENT)
      D'origine autoimmune :
      - Prescrire 1994;14:471-473.
      Chez 28 % des cas, dans une étude portant sur 72 patients traités pour une hépatite C active (type d'interféron alpha 2 non précisé) :
      - Therapie 1995;50:419-423.
      Chez 1/3 des patients (310 sur 987 patients) traités pour une hépatite C chronique (type d'interféron alpha non précisé) :
      - J Hepatol 1996;25:283-291.
      Deux cas de thrombopénie autoimmune chez des sujets traités depuis plusieurs mois pour une leucémie myéloïde chronique :
      - Haematologica 1996;81:533-536.

    44. VERTIGE (CERTAIN RARE)

    45. TROUBLE PSYCHIQUE (CERTAIN RARE)
      Etude de 943 malades. Incidence globale de 4,6%, surtout anxiété et dépression:
      -Psychiatry Clin Neurosci 2000;54:565-572

    46. ANXIETE (CERTAIN )
      Etude de 943 malades. Incidence globale des troubles psychiques de 4,6%, surtout anxiété et dépression:
      -Psychiatry Clin Neurosci 2000;54:565-572

    47. DEPRESSION (CERTAIN TRES RARE)
      Trois cas aboutissant à une tentative de suicide dont une à issue fatale, chez des sujets traités pour une hépatite chronique :
      - J Hepatol 1994;21:241-243.
      Chez des patients traités pour une hépatite C chronique (type d'interféron alfa non précisé) :
      - J Hepatol 1996;25:283-291.
      Un cas de syndrome maniaco-dépressif persistant chez un malade traité pour une hépatite chronique C (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Psychosomatics 1998;39:562-564.
      Pourrait être à l'origine de dépression ou d'aggravation d'une dépression préexistante :
      - N Engl J Med 1999;340:1370.
      Cinq cas rapportés, traités par antidépresseurs :
      - Psychosomatics 1999;40:510-512 (type d'interféron alfa non précisé).
      Etude positive du score MMPI comme moyen prédictif du risque dépressif chez 67 malades atteints d'hépatite chronique active :
      - Eur J Gastroenterol Hepatol 2000;12:505-509.
      Revue générale :
      - Hepatology 2000;31:1207-1211.
      - J Clin Oncol 2000;18:2316-2326.
      Etude de 943 malades. Incidence globale des troubles psychiques de 4,6%, surtout anxiété et dépression:
      -Psychiatry Clin Neurosci 2000;54:565-572
      Pourrait être prévenue par un traitement par la paroxétine. Etude randomisée de 40 malades traité pour mélanome:
      - N Engl J Med 2001;344:961-966

    48. AGRESSIVITE (A CONFIRMER )
      Deux cas décrits de pulsions meurtrières (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Gastroenterol Clin Biol 1998;22:105-106.

    49. DELIRE (CERTAIN )
      Etude de 49 patients dans la littérature :
      - Psychiatry Clin Neurosci 1997;51:175-180.
      Un cas attribué à une thyroïdite auto-immune chez une patiente jeune sans antécédents psychiatrique ni thyroîdien :
      - Am J Psychiatry 2000;157:1705-1706.

    50. SYNDROME DE SEVRAGE (A CONFIRMER )
      2 cas se manifestant par un accès maniaque:
      - Arch Gen Psych 1998;55:88-89.

    51. DEMENCE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SUJETS AGES

      - Eur J Cancer 1990;26:596-600.

    52. RISQUE SUICIDAIRE (CERTAIN TRES RARE)
      Deux cas de tentatives de suicide décrits, cinq cas rapportés :
      - J Hepatol 1994;21:241-243.
      Cinq cas rapportés :
      - Gastroenterol Clin Biol 1998;22:353-357.
      Revue générale :
      - J Clin Oncol 2000;18:2316-2326.

    53. PAROTIDITE (CERTAIN TRES RARE)
      - Lancet 1985;2:561.

    54. RETINOPATHIE (CERTAIN )
      Dix cas (sous interféron alpha) de rétinite par ischémie rétinienne pouvant conduire à un déficit visuel ou à une cécité :
      - Arch Ophtalmol 1993;111:350-356.
      Un cas unilatéral de cécité irreversible (sous interféron alpha) :
      - Lancet 1994;343:914.
      Autre référence (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Am J Gastroenterol 1995;90:1543.
      Recherche systématique chez 36 malades traités pour hépatite C: présence d'anomalies rétiniennes dans 42% des cas :
      - Eye 1999;13:241-246.
      Un cas décrit (type d'interféron alfa non précisé), réversible après arrêt du traitement :
      - Ophtalmologica 1999;213:339-340.

    55. MALADIE AUTOIMMUNE (A CONFIRMER )
      Induction ou réveil de maladies telles que le lupus systémique,ou la polyarthrite rhumatoïde :
      - Cancer 1990;65:2237-2242.
      - Prescrire 1994;14:471-473.

    56. TOXICITE NEUROLOGIQUE (CERTAIN )
      Quatorze cas décrits, se manifestant par des tableaux variés (syndrome de Parkinson, dépression, agitation, troubles de la personnalité) et persistant plusieurs mois après l'arrêt du traitement :
      - Neurology 1991;41:672-676.

    57. PARESTHESIE (A CONFIRMER )
      - Am J Med 1989;87:116.

    58. CALCEMIE(DIMINUTION) (CERTAIN RARE)

    59. NEUROPATHIE PERIPHERIQUE (A CONFIRMER )
      Décrite pour des doses faibles de produit, cette neuropathie n'a régressé qu'à l'arrêt du traitement :
      - Am J Med 1989;87:116.
      Un cas avec dégénérescence axonale au cours du traitement d'une hépatite C chronique (type d'interféron alfa non précisé) :
      - J Rheumatol 1997;15:415-419.

    60. VASCULARITE (A CONFIRMER )
      Vasculite digitale :
      - Am J Med 1992;92:792-793.
      - Prescrire 1994;14:471-473.

    61. POLYMYOSITE (A CONFIRMER )
      Deux cas décrits.

    62. INSUFFISANCE CARDIAQUE (A CONFIRMER )
      Trois cas réversibles chez des patients atteints d'un syndrome de Kaposi :
      - N Engl J Med 1989;321:1246-1248.
      Un cas d'insuffisance cardiaque congestive 16 heures après une injection IM unique d'interféron alpha, réversible en 3 semaines :
      - Internal Med 1992;31:936-940.

    63. MYOCARDIOPATHIE (A CONFIRMER )
      Réversible :
      - Therapie 1993;48:65-66.

    64. HYPOTHYROIDIE (CERTAIN RARE)
      Deux cas avec l'interféron alpha, lentement réversibles à l'arrêt du traitement :
      - Internal Med 1992; 31:373-376.
      Myxoedème, avec anticorps antithyroïdiens, réversible à l'arrêt du traitement :
      - Sem Hop Paris 1996;72:353-356.
      Autres références :
      - Gut 1992;33:855-856.
      - Prescrire 1994;14:471-473.
      Chez des patients traités pour une hépatite C chronique (type d'interféron alpha non précisé) :
      - J Hepatol 1996;25:283-291.

    65. DYSTHYROIDIE (CERTAIN FREQUENT)
      Publication sur l'interféron alpha :
      - Gastroenterol Clin Biol 1993;17:594-597.
      - Presse Med 1994;23:1659-63.
      Chez 10 % des cas, dans une étude portant sur 72 patients traités pour une hépatite C active (type d'interferon alpha 2 non précisé) :
      - Therapie 1995;50:419-423.

    66. HYPERTHYROIDIE (CERTAIN RARE)
      Treize cas connus :
      - Br J Cancer 1990;62:100-104.
      - Endocrine J 1993;40:311-316.
      - Prescrire 1994;14:471-473.
      Un cas, débutant après trois mois de traitement (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Internal Med 1995;34:58-60.
      Chez des patients traités pour une hépatite C chronique (type d'interféron alfa non précisé) :
      - J Hepatol 1996;25:283-291.
      Un cas (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Presse Med 2000;29:82.

    67. HYPOPARATHYROIDIE (A CONFIRMER )
      Un cas décrit.

    68. HYPOPITUITARISME (A CONFIRMER )
      Un cas décrit d'insuffisance ante-hypophysaire.

    69. RETARD DE CROISSANCE (A CONFIRMER )
      Diminution de la vitesse de croissance chez l'enfant.

    70. OSTEONECROSE ASEPTIQUE (A CONFIRMER )
      Trois cas de nécrose avasculaire de la tête fémorale chez des patients traités pour leucémie lymphoïde chronique:
      - Cancer 2000;89:1482-1489

    71. IMPUISSANCE (A CONFIRMER )
      - DICP Ann Pharmacother 1991;25:1397.

    72. PSORIASIS (A CONFIRMER )
      Induction ou aggravation :
      - Br J Dermatol 1991;125:463-465.
      - Am J Gastroenterol 1993;88:1576-1578.
      - Prescrire 1994;14:471-473.
      Un cas décrit d'aggravation :
      - Gastroenterol Clin Biol 1995;19:324-325.
      Trois cas :
      - Lancet 1986;1:1466-1468.
      Un cas d'apparition, réversible à l'arrêt du traitement :
      - Dermatology 1993;187:280.
      Deux cas d'aggravation :
      - Acta Derm Venereol 1993;73:395.
      - Prescrire 1994;14:471-473.
      Un cas décrit d'aggravation :
      - Gastroenterol Clin Biol 1995;19:324-325.
      Un cas décrit avec récidive lors de la reprise ultérieure du traitement par interféron :
      - Postgrad Med J 2000;76:365-366.
      Un cas d'exacerbation pendant le traitement :
      - Clin Exp Dermatol 2000;25:351-352.
      Pourrait être efficacement traité par l'acitrétine:
      - Dermatology 2000;201:179-180

    73. ENCEPHALOPATHIE (A CONFIRMER )
      Un cas chez un sujet âgé après 8 mois de traitement :
      - Jpn J Psychiatry Neurol 1992;46:741-748.

    74. CRISE CONVULSIVE (CERTAIN TRES RARE)
      Quatre cas décrits au cours du traitement d'hépatite virale :
      - J Hepatol 1996;24:48-51.
      Chez l'enfant :
      - J Hepatol 1997;26:956-957.
      Un cas décrit au cours d'une hépatite chronique C :
      - Gastroenterol Clin Biol 1997;21:902-903.
      Deux cas décrits :
      - Br J Dermatol 1999;141:386-387.

    75. SYNDROME NEPHROTIQUE (A CONFIRMER )
      Un cas associé à une insuffisance rénale après plus de six ans de traitement quotidien :
      - Am J Kidney Dis 1992;20:516-518.
      Néphropathie interstitielle aiguë :
      - N Engl J Med 1983;310:32-35.
      Un cas chez une malade atteinte de myélome et ayant déjà une atteinte rénale (pas de ponction biopsie rénale), atteinte apparemment réversible :
      - Br Med J 1985;290:1180.
      Deux cas décrits, 9 cas cités, avec lésions glomérulaires minimes, parfois associé à une insuffisance rénale, de régression inconstante :
      - Presse Med 1996;25:1066-1068.
      Un cas rapporté chez un malade infecté par les virus B et C de l'hépatite :
      - Am J Nephrol 1998;18:439-443.
      Un cas associé à une insuffisance rénale et une microangiopathie thrombotique chez un malade traité pour leucémie myéloïde chronique :
      - Am J Kidney Dis 2000;36:E5.

    76. DOULEUR ARTICULAIRE (CERTAIN FREQUENT)

    77. ARTHRITE (A CONFIRMER )
      Un cas de monoarthrite du genou chez un enfant traité pour une hépatite B pendant 7 mois (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Clin Rheumatol 2000;19:58-60.

    78. POLYARTHRITE (CERTAIN TRES RARE)
      Un cas décrit de polyarthrite rhumatoïde :
      - J Rheumatol 1994;21:1771-1772.
      Un cas associé à une aggravation d'un psoriasis chez un sujet agé, traité pour une hépatite chronique C :
      - J Rheumatol 1994;21:1771-1772.
      Deux nouveaux cas décrits (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Presse Med 1995;24:1709.
      Deux cas, après 5 et 6 mois de traitement :
      - Eur J Dermatol 1995;5:581-584.
      Un cas décrit, avec aggravation lors de la réadministration du traitement :
      - J Rheumatol 1997;24:1844-1845.
      Un cas décrit :
      - Semin Arthritis Rheum 1998;27:360-365
      Un cas de rhumatisme psoriasique 5 mois après le début du traitement, réversible à l'arrêt :
      - Presse Med 1999;28:2226-2227.

    79. INSUFFISANCE RENALE AIGUE (CERTAIN )
      Néphropathie interstitielle aiguë :
      - N Engl J Med 1983;310:32-35.
      Un cas chez une malade atteinte de myélome et ayant déjà une atteinte rénale (pas de ponction biopsie rénale), atteinte apparemment réversible :
      - Br Med J 1985;290:1180.
      Deux cas irréversibles après trois jours de traitement :
      - Am J Hematol 1992;41:298-299.
      Un cas, réversible, avec nécrose tubulaire :
      - BMJ 1993;306:973.
      Seize cas avec des lésions tubulo-interstitielles, chez des transplantés rénaux atteints d'hépatite C :
      - Nephrologie 1996;17:247-254.
      Un cas d'insuffisance rénale aiguë réversible, associé à un syndrome néphrotique (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Nephrol Dial Transplant 1997;12:200-203.
      Un cas chez une femme ayant un syndrome néphrotique secondaire à une hépatite B. Réversible à l'arrêt (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Nephrol Dial Transplant 1998;13:1316-1318.
      2 cas d'insufficance rénale aiguë par glomérulonéphrite segmentaire et focale chez 2 malades traités par de fortes doses, associées à une chimiothérpie pour leucémie myéloïde chronique :
      - Cancer 1998;83:1938-1946.
      Un cas associé à syndrome néphrotique et une microangiopathie thrombotique chez un malade traité pour leucémie myéloïde chronique :
      - Am J Kidney Dis 2000;36:E5.

    80. INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE (A CONFIRMER )
      Un cas après injection intravésicale nécessitant le recours à l'hémodialyse. Les cas précédemment décrits avaient été observés après IV, IM ou sous-cutanée :
      - J Urol 1997;158:881(part1).

    81. PNEUMONIE INTERSTITIELLE (A CONFIRMER )
      Trois cas :
      - Chest 1994;105:939-941.
      - J Gastroenterol 1994;29:514-517.
      Un nouveau cas décrit (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Presse Med 1995;24:1910.
      Chez des patients traités pour une hépatite C chronique (type d'interféron alpha non précisé) :
      - J Hepatol 1996;25:283-291.

    82. ASTHME(AGGRAVATION) (A CONFIRMER )
      2 cas décrits d'exacerbation pendant le traitement:
      - Mayo Clinic Proc 1999;74:367-370.

    83. LICHEN PLAN (CERTAIN )
      Un cas :
      - Gastroenterol Clin Biol 1993;17:764.
      Un cas décrit, trois autres cas ont déjà été rapportés :
      - Eur J Dermatol 1994;4:535-536.
      Un cas d'aggravation, chez un sujet traité pour une une hépatite C chronique :
      - J Hepatol 1994;21:1152-1153.
      Apparition ou exarcerbation :
      - Eur J Clin Invest 1996;26:1171-1174.
      3 cas au cours du traitement d'hépatite virale chronique, disparition des lésions à l'arrêt du traitement:
      - Ann Intern Med 1998;128:409-410.

    84. SYNDROME LUPIQUE (CERTAIN )
      Avec manifestations systèmiques.
      Un cas :
      - Med Clin 1994;102:198.
      Un autre cas (quatre autres cas auraient déjà été décrits) :
      - Clin Rheumatol 1994;13:382.
      Un cas de lupus érythémateux disséminé avec atteinte rénale, au cours du traitement d'une hépatite C chez un sujet agé :
      - Clin Rheumatol 1994;13:382.
      Un cas, avec atteinte rénale, au cours du traitement d'une hépatite chronique C, chez un sujet âgé :
      - Jpn J Rheumatol 1995;6:47-52.
      Un cas de lupus systèmique, débutant après 2 semaines de traitement, chez un patient traité pour un syndrome de Sjôgren (type d'interféron alpha non précisé) :
      - South Med J 1996;89:810-814.
      Un cas chez des patients traités pour une hépatite C chronique (type d'interféron alpha non précisé) :
      - J Hepatol 1996;25:283-291.
      Un cas associé à une thyroïdite auto-immune:
      - Clin Exptl Rheumatol 1998;16:107-108.
      Un cas associé à une péricardite au cours du traitement d'une hépatite chronique à virus C :
      - Clin Rheumatol 1999;18:177-179.

    85. ACUITE AUDITIVE(DIMINUTION) (A CONFIRMER )
      L'hypoacousie sous interféron alpha serait fréquente mais réversible à l'arrêt du traitement en 7 à 14 jours :
      - Lancet 1994;343:1134-1135.

    86. SURDITE (A CONFIRMER )
      Un cas décrit, réversible à l'arrêt du traitement (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Gastroenterol Clin Biol 1997;21:157-158.

    87. PEMPHIGUS (A CONFIRMER )
      Un cas décrit, deux cas cités :
      - Dermatology 1994;189:129-130.
      Autre référence :
      - Prescrire 1994;14:471-473.
      Un cas de pemphigus paranéoplasique, chez un sujet âgé :
      - Br J Dermatol 1995;132:474-478.

    88. SARCOIDOSE PULMONAIRE (CERTAIN TRES RARE)
      3 cas chez des patients traités pour une hépatite C chronique, régressant à l'arrêt du traitement :
      - J Hepatol 1998;28:1058-1063.
      Un cas décrit chez une femme traitée pour leucémie myéloîde chronique
      ( type d'interféron non précisé) :
      - Chest 1999;116:569-572.
      Un cas 4 semaines après l'arrêt du traitement d'une hépatite C (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Chest 2000;117:294.

    89. TOXIDERMIE BULLEUSE (CERTAIN TRES RARE)

    90. TROUBLE DE LA VISION (A CONFIRMER )
      Vision trouble, deux cas décrits :
      - Lancet 1994;344:827-828.
      Etude prospective des troubles visuels chez 53 malades:
      - Hepatology 1998;27:1421-1427 et 1441-1442 (éditorial).

    91. ANTICORPS ANTI-INSULINE (A CONFIRMER )
      Apparition d'anticorps anti-insuline et d'une réaction locale au point d'injection chez un diabétique :
      - Int Arch Allergy Appl Immunol 1995;106:169-172.
      Autre référence :
      - Prescrire 1994;14:471-473.

    92. ANEMIE HEMOLYTIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Un cas décrit chez un malade traité pour hépatite chronique C (type d'interféron alfa non précisé) :
      - J Clin Gastroenterol 1999;28:358-359.

    93. ANEMIE HEMOLYTIQUE AUTOIMMUNE (A CONFIRMER )
      - Prescrire 1994;14:471-473.

    94. THYROIDITE (CERTAIN )
      - Br J Cancer 1990;62:100-104.
      Un cas subaigu après 4 mois de traitement pour une hépatite chronique C :
      - J Endocrinol Invest 1997;20:24-28.
      Thyroïdite auto-immune. Un cas ayant entraîné un délire chez une patiente jeune sans antécédents psychiatrique ni thyroîdien :
      - Am J Psychiatry 2000:157:1705-1706.
      Trois cas subaigus se manifestant par des épisodes d'hyperthyroïdie :
      - J Viral Hepat 2000;7:393-395.

    95. RHABDOMYOLYSE (A CONFIRMER )
      Un cas fatal au cours du traitement d'un lymphome non-Hodgkinien :
      - Haematologica 1993;78:411-413.
      Autre référence :
      - Br Med J 1994,309:512.
      Un cas débutant après deux mois de traitement :
      - Lancet 1995;345:582.

    96. PSEUDOLYMPHOME (A CONFIRMER )
      Régresse à l'arrêt du traitement :
      - Internal Med 1994;331822.

    97. HEPATITE CHRONIQUE ACTIVE (A CONFIRMER )
      - Gastroenterology 1991;101:840-842.

    98. HEPATITE MIXTE (A CONFIRMER )
      2 cas aigüs après 3 et 5 mois de traitement d'une hépatite C chronique:
      - J of Hepatol 1998;27:1113-1116.

    99. PSYCHOSE (A CONFIRMER )
      Un cas chez un sujet traité pour une leucémie :
      - Clin Lab Haematol 1994;16:295-296.
      Un cas décrit de psychose maniacodépressive; un cas de psychose maniaque et 2 cas d'accès maniaques chez des maniacodépressifs ont déjà été rapportés:
      - Postgraduate Medical Journal 1997;73:834-835.
      Un cas d'épisode maniaco-dépressif au cours d'un traitement pour une hépatite C (type d'interféron alpha non précisé):
      - Psychosomatics 1998;39:562-564.

    100. ACCES MANIAQUE (A CONFIRMER )
      Deux cas (type d'interféron alfa non précisé) :
      - J Neuropsych Clin Neurosci 1997;9:273-276.

    101. HYPERTRIGLYCERIDEMIE (A CONFIRMER )
      Habituellement modérée, un cas décrit d'hypertriglyceridémie majeure :
      - Lancet 1993;342:1111-1112.
      Un cas décrit chez un diabétique (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Am J Gastroenterol 1994;89:2280.
      Cinq cas d'hypertriglyceridémie pouvant dépasser 10 milliMoles par litre, réversible à l'arrêt du traitement (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Presse Med 1996;25:820.
      Etude prospective de l'hyperlipidémie chez 36 malades traités pour hépatite chronique C (type d'interféron alpha non précisé):
      - Am J Gastroenterol 1998;93:1901-1904.
      Majeure, 1 cas décrit :
      - Eur J Gastroenterol 1999;11:463.

    102. DIABETE (A CONFIRMER )
      Un cas de diabète non insulinodépendant chez un patient traité pour une hépatite C ayant des antécédents d'intolérance au glucose (type d'interféron alpha non précisé) :
      - Ann Intern Med 1996;125:521.
      Chez des patients traités pour une hépatite C chronique (type d'interféron alpha non précisé) :
      - J Hepatol 1996;25:283-291.
      L'interferon alpha entrainerait une intolérance au glucose chez des malades atteints d'hépatite chronique B:
      - J Med 1998;28:325-334.

    103. GLYCEMIE(AUGMENTATION) (A CONFIRMER )
      Un cas, chez un diabétique traité par insuline :
      - BMJ 1996;313:92.

    104. GLYCEMIE(DIMINUTION) (A CONFIRMER )
      Un cas chez un diabétique bien équilibré (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Presse Med 1997;26:855.

    105. ACIDOCETOSE (A CONFIRMER )
      Un cas, associé à un état de choc :
      - Intensive Care Med 2000;26:1008.

    106. CANDIDOSE OESOPHAGIENNE (A CONFIRMER )
      Un cas rapporté (type d'interferon alpha non précisé) :
      - Gastroenterol Clin Biol 1994;18:796-797.

    107. FAIBLESSE MUSCULAIRE (CERTAIN )
      4 casaprès une utilisation prolongée chez des femmes:
      - Arch Dermatol 1998;134:880-881.

    108. MYOPATHIE (A CONFIRMER )
      Un cas décrit avec myalgies et faiblesse musculaire :
      - Lancet 1995;345:582.

    109. AKATHISIE (A CONFIRMER )
      Un cas réfractaire, ne cédant que par l'injection IV de levodopa (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Clin Neuropharmacol 2000;23:59-61.

    110. HEMORRAGIE RETINIENNE (A CONFIRMER )
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DIABETE
      HYPERTENSION ARTERIELLE

      Deux cas, après quatre et douze semaines d'utilisation pour une hépatite C chronique :
      - Am J Gastroenterol 1994;89:2054-2056.
      Des atteintes rétiniennes, principalement sous forme d'hémorragies rétiniennes, affecteraient 57 % des sujets traités pour une hépatite chronique C (étude portant sur 63 patients) :
      - Am J Gastroenterol 1996;91:309-313.

    111. MYASTHENIE (A CONFIRMER )
      Un cas décrit après un traitement pour une hépatite chronique C (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Presse Med 1995;24:1178.
      Deux cas, apparus après trois et cinq mois de traitement :
      - Neurology 1995;45:382-383.

    112. THROMBOSE VEINEUSE (CERTAIN TRES RARE)
      Parfois associé à l'apparition d'anticorps antiphospholipides.

    113. ANTICORPS ANTIFACTEUR VIII (CERTAIN TRES RARE)

    114. HEPATITE GRANULOMATEUSE (A CONFIRMER )
      3 cas rapportés:
      - Eur J Gastroenterol Hepatol 1998;10:349-351.

    115. CIRRHOSE BILIAIRE PRIMITIVE (A CONFIRMER )
      Un cas décrit :
      - Dig Dis Sci 1995;40:2113-2116.

    116. RECTOCOLITE HEMORRAGIQUE(AGGRAVATION) (A CONFIRMER )
      Un cas décrit d'exacerbation brutale.

    117. HYPERTENSION ARTERIELLE (CERTAIN RARE)
      Généralement modérée.

    118. TROUBLE DE LA CONDUCTION CARDIAQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTE DOSE

    119. BLOC AURICULOVENTRICULAIRE (A CONFIRMER )
      Un cas décrit avec de faibles doses. Récidive lors de la reprise du traitement (type d'interféron non précisé):
      - Arch Mal Coeur Vaisseaux 1999;92:53-56.

    120. REJET DE GREFFE (A CONFIRMER )
      Observé après greffe de moelle ou transplantation et hépatique.
      Un cas de réaction de rejet de greffe chez un transplanté rénal, à la suite de l'utilisation d'interféron alpha pour une leucémie myéloïde chronique:
      - Clin Nephrol 1998;50:266-267.

    121. ISCHEMIE MYOCARDIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTE DOSE

    122. TOXICITE CARDIAQUE (CERTAIN )
      Pas d'effet cardiovasculaire lors de l'usage de l'interféron alfa (sel d'interféron non précisé) en cas d'hépatite virale chronique (étude prospective chez 31 malades) :
      - Liver 1997;17:99-102.

    123. PERICARDITE (A CONFIRMER )
      Un cas après 13 mois de traitement (type d'interféron alfa non précisé), réversible à l'arrêt et positif lors d'une réintroduction :
      - Haematologica 1996;81:484.
      Péricardite aiguë,1 cas décrit :
      - Clin Rheumatol 1999;18:177-179.

    124. ANGOR (A CONFIRMER )
      Un cas par spasme coronarien 10 minutes après l'injection :
      - Angiology 1995;46:1139-1143.

    125. ANTICORPS(PRODUCTION) (CERTAIN FREQUENT)
      Induction de nombreux anticorps de nature variée.

    126. ANTICORPS ANTI-INTERFERON (CERTAIN )
      Parfois responsables de l'apparition d'une résistance au traitement.

    127. TROUBLE DE LA SENSIBILITE TACTILE (A CONFIRMER )
      Trouble de la sensibilité tactile et thermique : un cas décrit après 2 mois de traitement :
      - Clin Drug Invest 1996;12:271-273.

    128. POLYNEVRITE (A CONFIRMER )
      Un cas de polynévrite distale après 6 mois de traitement :
      - Arch Neurol 1997;54:907-908.

    129. SYNDROME DE LAMBERT-EATON (A CONFIRMER )
      Un cas associé à une nécrose de la moëlle osseuse:
      - N Engl J Med 1998;338:199-200.

    130. METRORRAGIE (A CONFIRMER )
      Un cas parès 10 jours de traitement, réversible à l'arrêt, positif lors d'une réintroduction:
      - Br J Obstet Gynecol 1998;105:367-368.

    131. ACROCYANOSE (A CONFIRMER )
      Un cas après 5 mois de traitement, réversible à l'arrêt et positif lors d'une réintroduction :
      - Dermatology 1998;196:361-363.

    132. ECZEMA (A CONFIRMER )
      Quatre cas décrits chez des sujets ayant un terrain atopique :
      - Ann Dermatol Venereol 2000;127:51-55.

    133. HEMORRAGIE (A CONFIRMER )
      Un cas par apparition d'un taux élevé d'inhibiteur du facteur VIII chez un patient traité pour une leucémie myéloïde chronique. Deux autres cas ont déjà été rapportés :
      - Ann Pharmacother 2000;34:737-739.

    134. EPANCHEMENT PLEURAL (A CONFIRMER )
      Un cas décrit (type d'interféron alfa non précisé) :
      - Hepatogastroenterology 2000;47:1431-1435.

    Effets sur la descendance

    1. PAS D'EFFET SIGNALE CHEZ L'HOMME
      Un cas de grosesse normale sous interferon alfa chez une malade traitée pour hépatite C et revue de la littérature. Pas d'anomalie connue mais la prudence reste nécessaire, le nombre d'observations étant faible:
      - J Clin Gastroenterol 2000;32:76-78

    Précautions d'emploi

    1. EPILEPTIQUE

    2. INSUFFISANCE CARDIAQUE SEVERE

    3. INSUFFISANCE RENALE SEVERE
      Etude chez 10 malades hémodialysés comparés à 10 sujets à fonction rénale normale: la clairance de l'interféron serait diminuée de moitié chez les hémodialysés:
      - J Am Soc Nephrol 1998;9:2344-2348.

    4. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE SEVERE

    5. INSUFFISANCE MEDULLAIRE

    6. LICHEN PLAN
      Exacerbation possible (un cas rapporté) :
      - Gastroenterology 1993;104:903-905.

    7. PSORIASIS
      Un cas décrit d'aggravation :
      - Gastroenterol Clin Biol 1995;19:324-325.

    8. ASTHME
      2 cas décrits d'exacerbation pendant le traitement:
      - Mayo Clinic Proc 1999;74:367-370.

    9. GROSSESSE
      En raison de la spécificité et de la barrière d'espèce, les études de tératogénèse et de toxicité foetale chez l'animal n'ont pas de valeur prévisionnelle pour l'espèce humaine. Par ailleurs , l'innocuité de l'interféron alfa-2a n'a pas été établie pendant la grossesse : celle-ci est contre-indiquée dans les affections où le produit peut être prescrit.
      En période d'activité génitale, il convient de réaliser une contraception efficace.
      Un cas décrit de grossesse sans conséquence pathologique sur l'enfant , 27 cas cités d'évolution identique :
      - J Perinat Med 2000;28:372-376.
      Un cas de grosesse normale sous interféron alfa chez une malade traitée pour hépatite C et revue de la littérature. Pas d'anomalie connue mais la prudence reste nécessaire, le nombre d'observations étant faible:
      - J Clin Gastroenterol 2000;32:76-78

    Contre-Indications

    1. HYPERSENSIBILITE
      A l'interféron alpha.

    2. ENFANT
      L'innocuité et l'efficacité n'ont pas été démontrées.

    Posologie et mode d'administration

    Doses usuelles, voie intramusculaire ou sous-cutanée :
    Posologie variable en fonction des indications (voir rubrique indications).
    Le traitement sera effectué dans un service spécialisé. Surveillance hématologique.

    Bibliographie

    - Rev Prat 1992;42,10:1246-1252.
    - Drugs 1991;42:749-765.
    - Seminars in Liver Disease 1989;9:273-277. (Effets secondaires)
    - Clin Pharmacokin 1990;19:390-399.
    - N Engl J Med 1992;327:1336-1341. (INDICATIONS) Lymphomes non-Hodgkiniens.
    - Drugs 1992;43:285-294.
    - Drug Saf 1994;10:115-150. (Effets secondaires)
    - Am J Hosp Pharm 1994;51:1030-1033. (Indication)
    - Drug Saf 1994;10:281-291. (Effets secondaires)
    - J Hepatol 1996;24:38-47. (Effets secondaires, bilan sur 11241 patients atteints d'hépatite virale chronique)
    - Biodrugs 1998;10:65-89 (Indication : Hépatite C)
    - Dossier du CNHIM 2001;22:236

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil