CLOBAZAM

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 1/3/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    7-chloro-1,5-dihydro-1-méthyl-5-phényl-1,5-benzodiazépine-2,4(3H)-dione

    Ensemble des dénominations

    BAN : CLOBAZAM
    CAS : 22316-47-8
    DCF : CLOBAZAM
    DCIR : CLOBAZAM
    USAN : CLOBAZAM
    bordereau : 1935
    code expérimentation : H-4723
    code expérimentation : HR-376
    code expérimentation : LM-2717
    code expérimentation : RU 4723
    rINN : CLOBAZAM

    Classes Chimiques


    Regime : liste I
    Remarque sur le regime : JO 21/11/91 : durée max de prescription : 12 semaines.

    Proprietés Pharmacologiques

    1. PSYCHOLEPTIQUE (principale certaine)

    2. TRANQUILLISANT (principale certaine)

    3. MYORELAXANT (principale certaine)

    4. ANTICONVULSIVANT (principale certaine)

    5. SEDATIF (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Agoniste du récepteur aux Benzodiazépines (BZD). Ce récepteur fait partie d'une structure tripartite composée d'un canal chlore, du récepteur aux BZD et d'un récepteur GABA. L'occupation du récepteur aux BZD par un agoniste (BZD) favorise l'action du récepteur GABA , ce qui augmente la fréquence d'ouverture du canal chlore et la pénétration des ions chlore à travers le ionophore.L'augmentation de la polarisation membranaire diminue la probabilité de décharge du neurone.
      Les récepteurs centraux (région limbique, amygdale, hippocampe) seraient responsables des activités sédatives, anxiolytiques et anticonvulsivantes.
      Dans les effets myorelaxants, seraient impliqués les récepteurs de la moelle épinière.

    Effets Recherchés

    1. PSYCHOLEPTIQUE (principal)

    2. TRANQUILLISANT (principal)

    3. ANXIOLYTIQUE (principal)

    4. ANTICONVULSIVANT (principal)

    5. ANTIEPILEPTIQUE (accessoire)

    6. MYORELAXANT (accessoire)

    Indications Thérapeutiques

    1. ANXIETE (principale)
      Anxiété au cours des névroses, anxiété réactionnelle, manifestations psychosomatiques liées à l'anxiété.

    2. SYNDROME DE SEVRAGE DE L'ALCOOL (principale)
      Prévention et traitement du delirium tremens.

    3. CRISE CONVULSIVE (à confirmer)
      En prévention des convulsions induites par de fortes doses de busulfan :
      - Lancet 1995;346:1238.

    4. ETAT DE MAL EPILEPTIQUE (principale)
      En association avec un autre traitement anti-convulsivant.

    5. EPILEPSIE (principale)
      Epilepsies petit mal, grand mal, état de mal épileptique
      Aussi efficace en monothérapie que la carbamazepine ou la phénytoïne:
      - Epilepsia 1998;39:952-959.

    6. EPILEPSIE(PETIT MAL) (principale)
      En association avec un autre traitement anti-convulsivant.

    7. EPILEPSIE(GRAND MAL) (principale)
      En association avec un autre traitement anticonvulsivant

    8. PREMEDICATION ANESTHESIQUE (principale)

    9. CONTRACTURE MUSCULAIRE (secondaire)

    Effets secondaires

    1. SOMNOLENCE (CERTAIN RARE)

    2. ERYTHEME (CERTAIN )

    3. URTICAIRE (CERTAIN )

    4. SYNDROME MYASTHENIQUE (A CONFIRMER )

    5. SYNDROME DE SEVRAGE (A CONFIRMER )

    6. AGRESSIVITE (CERTAIN )
      Associée à une agitation, 7 cas chez des enfants épileptiques après 10 à 55 jours de traitement :
      - Clin Neuropharmacol 1994;17:332-337.

    7. AMNESIE ANTEROGRADE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      PRISE D'ALCOOL

    8. SYNDROME LUPIQUE (A CONFIRMER )
      Un cas, chez un enfant :
      - Clin Rheumatol 1995;14:116.

    9. SYNDROME DE LYELL (A CONFIRMER )
      Un cas traité à la pentoxifylline :
      - Br J Dermatol 1996;135:999-1002.

    Effets sur la descendance

    1. PAS D'EFFET SIGNALE CHEZ L'HOMME

    Pharmaco-Dépendance

    1. RISQUE MODERE
      Dépendance de type alcool, barbiturique :
      Nouv Presse Med 1980,9:1942.

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE RENALE

    2. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE

    3. INSUFFISANCE RESPIRATOIRE CHRONIQUE

    4. ANESTHESIE GENERALE

    5. ENFANT

    6. CONDUCTEUR DE VEHICULE

    7. SUJET AGE
      Clairance réduite.
      - N Eng J Med 1982;306:1081.

    8. ARRET BRUTAL DU TRAITEMENT
      Arrêt progressif pour éviter l'apparition d'un syndrome de sevrage comprenant insomnie, anxiété, céphalées, myalgies, tension musculaire, irritabilité, convulsions.

    Contre-Indications

    1. MYASTHENIE

    2. HYPERSENSIBILITE AUX BENZODIAZEPINES

    3. ASSOCIATION A L'ALCOOL

    4. INSUFFISANCE RESPIRATOIRE SEVERE

    5. GROSSESSE(TROIS PREMIERS MOIS)
      Risque tératogène non évalué.

    6. GROSSESSE(DERNIER TRIMESTRE)
      Risque d'intoxication ou de sevrage du nouveau-né.

    7. ALLAITEMENT

    8. PORPHYRIE
      Données animales

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    - 1 -Dose usuelle par jour
    Voie : ORALE
    Classe d'age : adulte
    Indication : EPILEPSIE
    Posologie : environ 0,5 mg - par kg - par jour
    - 2 -Dose usuelle par jour
    Voie : ORALE
    Classe d'age : Personne âgée
    Indication : ANXIETE
    Posologie : 5 à 15 mg - par jour - en 2 à 3 prises.
    - 3 -Dose usuelle par jour
    Voie : ORALE
    Classe d'age : enfant de plus de 30 mois
    Indication : EPILEPSIE
    Posologie : environ 1 mg - par kg - par jour.
    - 4 -Dose usuelle par jour
    Voie : ORALE
    Classe d'age : enfant de plus de 30 mois
    Indication : ANXIETE
    Posologie : 5 à 15 mg - par jour - en 2 à 3 prises.
    - 5 -Dose usuelle par jour
    Voie : ORALE
    Classe d'age : adulte
    Indication : ANXIETE
    Posologie : 10 à 30 mg - par jour - en 2 à 3 prises - posologie progressive.
    Dose usuelle par jour, voie orale, pour anxiété :
    - adulte :
    Dix à trente milligrammes par jour en 2 à 3 prises; ces posologies seront atteintes progressivement en 2 à 3 jours.
    - enfant :
    Cinq à quinze milligrammes par jour en 2 à 3 prises.
    - sujet âgé :
    Cinq à quinze milligrammes par jour en 2 à 3 prises.
    Dose usuelle par jour, voie orale, en indication neuro-psychiatrique:
    - adulte :
    quarante à soixante milligrammes par jour.
    Dose usuelle , par jour, voie orale dans l'épilepsie :
    -adulte :
    aux environs de un demi milligramme par kilo.
    -enfant :
    aux environs de un milligramme par kilo.
    Nécessité absolue de prévenir les patients du risque de somnolence.
    Ne pas interrompre brutalement un traitement prolongé.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 8 heure(s)
    - 2 - ELIMINATION voie rénale
    - 3 - REPARTITION lait

    Absorption
    Taux plasmatique maximum 1 à 2 heures après administration per os.
    La resorption est ralentie et le taux plasmatique maximum est réduit par la prise de nourriture :
    J Clin Pharmacol1982,22:69
    Répartition
    Fixation aux protéines plasmatiques : 85%
    Passe dans le lait.
    Demi-Vie
    (8.00)
    Jusqu'à 30 heures avec les métabolites actifs.
    Elimination
    - Rein
    Voie principale : 80% sous forme métabolisée.
    - Lait
    Passage non quantifié.

    Bibliographie

    - Drugs 1980;19:195.
    - Drug Saf 1996;15:378-393.
    - Neurology 2000;5 (suppl 3) ;S5-S10 ( Revue générale des antiépileptiques))

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil