PSEUDOEPHEDRINE CHLORHYDRATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 16/11/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    D-THREO-METHYLAMINO-2 PHENYL-1 PROPANOL CHLORHYDRATE

    Ensemble des dénominations

    BAN : PSEUDOEPHEDRINE HYDROCHLORIDE
    CAS : 345-78-8
    DCIR : PSEUDOEPHEDRINE CHLORHYDRATE
    USAN : PSEUDOEPHEDRINE HYDROCHLORIDE
    autre dénomination : CHLORHYDRATE DE PSEUDOEPHEDRINE
    autre dénomination : ISOEPHEDRINE CHLORHYDRATE
    bordereau : 2153
    rINN : PSEUDOEPHEDRINE HYDROCHLORIDE
    sel ou dérivé : EPHEDRINE BASE
    sel ou dérivé : EPHEDRINE CHLORHYDRATE
    sel ou dérivé : EPHEDRINE LEVULINATE
    sel ou dérivé : EPHEDRINE SULFATE
    sel ou dérivé : PSEUDOEPHEDRINE SULFATE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base


    Proprietés Pharmacologiques

    1. SYMPATHOMIMETIQUE (principale certaine)

    2. SYMPATHOMIMETIQUE DIRECT (principale certaine)

    3. SYMPATHOMIMETIQUE INDIRECT (principale certaine)

    4. BRONCHODILATATEUR (principale certaine)

    5. ANALEPTIQUE RESPIRATOIRE (principale certaine)

    6. VASOCONSTRICTEUR (principale certaine)

    7. NOOANALEPTIQUE (secondaire certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Sympathomimétique indirect: agit en libérant la noradrénaline des terminaisons nerveuses adrénergiques.
      Possède les mêmes actions cardiovasculaires que la noradrénaline, moins marquées mais plus prolongées: hypertension artérielle dûe principalement à une augmentation de la force de contraction myocardique et à une augmentation du débit cardiauqe, et partiellement à la vasoconstriction périphérique.
      Présente des phénomène de tachyphylaxie.
      Analeptique respiratoire par action bronchodilatatricre et stimulation des centres respiratoires bulbaires.

    2. secondaire
      Stimulation centrale de type amphétamine, mais l'action est moins marquée.
      Stimulation de la formation réticulée ascendante activatrice.
      Action sympathomimétique directe sur les récepteurs alpha.
      Diminution des contractions utérines.

    Effets Recherchés

    1. SYMPATHOMIMETIQUE (principal)

    2. BRONCHODILATATEUR (principal)

    3. VASOCONSTRICTEUR (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. BRONCHOSPASME (principale)

    2. SYNDROME D'ADAMS-STOKES (principale)

    3. HYPOTENSION ARTERIELLE (principale)

    4. MYDRIASE PROVOQUEE (principale)

    5. CONGESTION NASALE (principale)

    Effets secondaires

    1. TACHYCARDIE (CERTAIN )

    2. DOULEUR PRECORDIALE (CERTAIN )

    3. HYPERTENSION ARTERIELLE (CERTAIN RARE)

    4. ARYTHMIE VENTRICULAIRE (CERTAIN RARE)

    5. PALPITATION (CERTAIN )

    6. CEPHALEE (CERTAIN )

    7. VERTIGE (CERTAIN )

    8. NAUSEE (CERTAIN )

    9. VOMISSEMENT (CERTAIN )

    10. ENTEROCOLITE NECROSANTE (A CONFIRMER )
      Un cas, après 5 jours de traitement par voie orale d'une forme à libération prolongée (sel de pseudoéphédrine non précisé) :
      - J Clin Gastroenterol 1995;21:335-336.

    11. HYPERSUDATION (CERTAIN )

    12. INSOMNIE (CERTAIN )

    13. ANXIETE (CERTAIN )

    14. FAIBLESSE MUSCULAIRE (CERTAIN )

    15. TREMBLEMENT (CERTAIN )

    16. DYSURIE (CERTAIN )

    17. DERMATITE DE CONTACT (CERTAIN )
      En cas d'application locale chez les sujets hypersensibles. Un cas, avec réaction croisée avec la phénylpropanolamine :
      - Contact Dermatitis 1991;24:86-88.

    18. GLAUCOME AIGU(CRISE DE) (CERTAIN )
      Très fréquent chez les sujets anatomiquement prédisposés à la fermeture de l'angle iridocornéen.

    19. PSYCHOSE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      SURDOSAGE

      Psychose paranoïde :
      - Br Med J 1968;2:160.
      - J Am Med Assoc 1971;215:2116.

    20. HALLUCINATION VISUELLE (CERTAIN TRES RARE)
      Trois cas d'hallucinations visuelles chez des enfants de deux à trois ans :
      - Br Med J 1984;88:1369.

    21. RETENTION D'URINE (A CONFIRMER )

    22. MYOCARDIOPATHIE (A CONFIRMER )
      Par analogie avec l'éphédrine :
      - Br Med J 1978;1:816.

    23. INSUFFISANCE CARDIAQUE (A CONFIRMER )
      Par analogie avec l'éphédrine :
      - Br Med J 1978;1:816.

    24. ACCES MANIAQUE (A CONFIRMER )
      Un cas chez un sujet ayant des antécédents de psychose bipolaire et traité pour une congestion nasale depuis quatre semaines (sel non précisé) :
      - Br J Psychiatry 1994;164:566-567.

    25. ERUPTION CUTANEE (A CONFIRMER )
      Eruption fixe. Un cas chez une femme, à quatre occasions séparées de plusieurs années (sel de pseudoéphédrine non précisé) :
      - Ann Intern Med 1994;120:442.
      Eruption fixe: un cas à 2 occasions chez un même patient:
      - Allergy 1998;53:902-903.

    26. COLITE ISCHEMIQUE (A CONFIRMER )
      Un cas chez un sujet jeune l'utilisant comme décongestionnant nasal depuis 5 jours à la dose de 120 mg 2 fois par jour (sel de pseudoéphédrine non précisé) :
      - Ann Intern Med 2000;132:682.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. SPORTIFS
      Substance interdite :
      - Journal Officiel du 7 Mars 2000.
      Une concentration supérieure à 10 microgrammes/ml d'urine est considérée comme un résultat positif.

    2. TACHYCARDIE

    3. CARDIOPATHIE ORGANIQUE

    4. CARDIOPATHIE DECOMPENSEE

    5. ANGOR

    6. INSUFFISANCE CORONARIENNE

    7. INSUFFISANCE CARDIAQUE

    8. HYPERTHYROIDIE

    9. HYPERTENSION ARTERIELLE

    10. ADENOME PROSTATIQUE

    Contre-Indications

    1. GLAUCOME A ANGLE FERME

    2. GROSSESSE
      Les essais chez l'animal n'ont pas mis en évidence de tératotoxicité. Néanmoins l'innocuité de l'utilisation de la pseudo-éphédrine chez la femme enceinte n'ayant pas été établie, par mesure de prudence ne pas prescrire chez la femme enceinte ou susceptible de l'être.

    Posologie et mode d'administration

    N'est commercialisé en France que sous forme d'association.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 7 heure(s)
    - 2 - DEMI VIE 13 heure(s)
    - 3 - ELIMINATION voie rénale
    - 4 - REPARTITION lait

    Absorption
    Résorbé par le tube digestif.
    La résorption est probablement augmentée par l'administration concommittante d'hydroxyde d'aluminium, le mécanisme serait : alcalinisation du PH du tractus gastro-intestinal.
    Répartition
    Passe dans le lait à des concentrations 2 à 3 fois supérieures aux concentrations plasmatiques.
    Demi-Vie
    7 h.
    5,2 à 8 heures pour un PH urinaire entre 5,6 et 6.
    13 h
    Entre 9,2 et 15 heures pour un PH urinaire à 8.
    Elimination
    Voie rénale.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil