SULPIRIDE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 26/5/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    N-((ETHYL-1 PYRROLIDINYL-2)METHYL)METHOXY-2 SULFAMOYL-5 BENZAMIDE

    Ensemble des dénominations

    DCF : SULPIRIDE
    DCIR : SULPIRIDE
    bordereau : 1473
    sel ou dérivé : SULTOPRIDE CHLORHYDRATE
    sel ou dérivé : TIAPRIDE CHLORHYDRATE
    sel ou dérivé : VERALIPRIDE

    Classes Chimiques


    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. PSYCHOLEPTIQUE (principale certaine)

    2. NEUROLEPTIQUE (principale certaine)

    3. NEUROLEPTIQUE DESINHIBITEUR (principale certaine)

    4. ANTIEMETIQUE (principale certaine)

    5. ANTIULCEREUX (principale certaine)
      Action préventive à l'égard de certains ulcères expérimentaux.

    6. ANTIVERTIGINEUX (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Neuroleptique atypique dont les différentes activités proviendraient d'un blocage de certains récepteurs dopaminergiques; n'interviendrait pas, ou peu au niveau des récepteurs dopaminergiques associés à l'adényl-cyclase.
      Le blocage porterait plus sur les récepteurs dopaminergiques de la voie limbique (activité antipsychotique) et tubéro-infundibulaires (effet endocrinien prolactigène), que sur ceux de la voie striatale.
      Neuroleptique fortement désinhibiteur et anti-autistique, ne possède que peu d'effets sédatifs, neurologiques et neurovégétatifs.
      Ne possède pas d'effet direct sur l'humeur.
      - Act Pharmacol 1979;31ème série:99.
      - Act Pharmacol 1978;30ème série:35.

    Effets Recherchés

    1. NEUROLEPTIQUE (principal)

    2. ANTIPSYCHOTIQUE (principal)

    3. ANTIULCEREUX (principal)

    4. ANTIEMETIQUE (principal)

    5. ANTIVERTIGINEUX (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. PSYCHOSE AIGUE (principale)

    2. PSYCHOSE CHRONIQUE (principale)

    3. NEVROSE (principale)

    4. ULCERE GASTRIQUE (secondaire)

    5. ULCERE DUODENAL (secondaire)

    6. GASTRITE (secondaire)

    7. COLOPATHIE FONCTIONNELLE (principale)
      Traitement symptomatique des manifestations des colopathies fonctionnelles.

    8. VOMISSEMENT (principale)

    9. SYNDROME DE GILLES DE LA TOURETTE (à confirmer)
      -Clin Neuropharmacol 1990;13:229-235

    10. TROUBLE DU COMPORTEMENT DE L'ENFANT (principale)

    Effets secondaires

    1. HYPOTENSION ARTERIELLE (CERTAIN TRES RARE)

    2. HYPERTENSION ARTERIELLE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      PHEOCHROMOCYTOME
      VOIE INTRAVEINEUSE

    3. ELECTROCARDIOGRAMME(ANOMALIE) (CERTAIN TRES RARE)
      A type de troubles diffus de la repolarisation. Elargissement et aplatissement de l'onde T.

    4. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN TRES RARE)
      Réaction d'hypersensibilité.

    5. PRURIT (CERTAIN TRES RARE)

    6. POIDS(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)
      Modérée, le plus souvent inférieure à deux kilos.

    7. SECHERESSE DE LA BOUCHE (CERTAIN RARE)

    8. NAUSEE (CERTAIN TRES RARE)

    9. VOMISSEMENT (CERTAIN TRES RARE)

    10. DIARRHEE (CERTAIN TRES RARE)

    11. CONSTIPATION (CERTAIN TRES RARE)

    12. TOXICITE HEPATIQUE (A CONFIRMER )
      Un cas de cirrhose biliaire primitive probablement révélée par le sulpiride :
      - Am J Gastroenterol 1999;94:3660-3661.

    13. GYNECOMASTIE (CERTAIN RARE)

    14. GALACTORRHEE (CERTAIN RARE)

    15. AMENORRHEE (CERTAIN RARE)

    16. PROLACTINEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)

    17. TROUBLE DE LA LIBIDO (CERTAIN TRES RARE)
      Augmentation ou diminution du désir sexuel.

    18. IMPUISSANCE (CERTAIN RARE)

    19. HYPERHIDROSE (CERTAIN RARE)

    20. SYNDROME EXTRAPYRAMIDAL (CERTAIN FREQUENT)

    21. HYPERTONIE MUSCULAIRE (CERTAIN RARE)

    22. DYSTONIE AIGUE (CERTAIN FREQUENT)
      A type de torticolis spasmodique, trismus, crises oculogyres, protrusion linguale.

    23. AKATHISIE (CERTAIN RARE)
      Un cas, dans une forme tardive :
      - Clin Neuropharmacol 1994;17:481-483.

    24. SYNDROME PARKINSONIEN (CERTAIN RARE)

    25. TREMBLEMENT (CERTAIN FREQUENT)

    26. ANXIETE (CERTAIN RARE)

    27. EXCITATION PSYCHOMOTRICE (CERTAIN RARE)

    28. INSOMNIE (CERTAIN RARE)

    29. SOMNOLENCE (CERTAIN RARE)

    30. VERTIGE (CERTAIN RARE)

    31. CEPHALEE (CERTAIN TRES RARE)

    32. FLOU VISUEL (CERTAIN TRES RARE)

    33. SYNDROME MALIN DES NEUROLEPTIQUES (A CONFIRMER )
      Quatre cas rapportés lors de l'association à d'autre neuroleptiques :
      - Lille Med 1977;12:450-455.
      - Ann Intern Med 1982;133:549-552.
      Un cas avec le sulpiride seul :
      - J Neurol Neurosurg Psychiatry 1988;51:1109-1110.

    34. DYSKINESIE TARDIVE (A CONFIRMER )
      Cinq cas rapportés :
      - Ann Med Psychol 1976;1:736-746.
      - Actual Psych 1981;11:87-92.
      Un cas après cinq ans de traitement chez un patient atteint d'un syndrome de Gilles de la Tourette :
      - J Psychopharmacol 1993;7:290-292.

    35. LEUCOCYTOSE (A CONFIRMER )
      Un cas, à deux reprises chez le même sujet à la suite d'une augmentation de posologie :
      - Biol Psychiatry 1994;35:963.

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE RENALE
      Adapter la posologie en raison de l'augmentation de la demi-vie:
      - Clin Pharmacokinet 1989;17,5:367-373.

    2. ANESTHESIE GENERALE

    3. ASSOCIATION A L'ALCOOL

    4. CONDUCTEUR DE VEHICULE

    5. UTILISATEUR DE MACHINE

    6. ALLAITEMENT
      Passage très faible (1 pour 1000) de la dose journalière.

    7. GROSSESSE

    8. SUJET AGE

    9. MALADIE DE PARKINSON

    Contre-Indications

    1. PHEOCHROMOCYTOME

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE
    - 2 - INTRAMUSCULAIRE

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie orale :
    - chez l'adulte:
    Cinquante à trois cents milligrammes par jour.
    - chez l'enfant:
    Cinq à dix milligrammes par kilo et par jour.

    Dose usuelle par voie intramusculaire dans les indications psychiatriques chez l'adulte:
    Quatre à huit cents milligrammes par jour:
    Dose maximale: mille deux cents à mille six cents milligrammes par jour;
    Chez l'insuffisant rénal, adapter la posologie en raison de l'augmentation de la demi-vie.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 8 heure(s)
    - 2 - ELIMINATION voie rénale

    Absorption
    Résorbé par le tractus gastro-intestinal en 4 heures et demi.
    La prise de nourriture diminue le taux de résorption.
    - Int J Clin Pharmacol Ther Tox 1990;28:440-442.
    Répartition
    Taux plasmatique maximal 2 à 3 heures après administration per os.
    Liaison aux protéines plasmatiques: 40%.
    Biodisponibilité de 25 à 35%.
    Demi-Vie
    8 heures;
    Fortement allongée en cas d'insuffisance rénale: nécessite dans ce cas l'adaptation de la posologie.
    Métabolisme
    Ne semble pas métabolisé.
    Elimination
    Voie rénale:
    30 à 40 % de la dose administrée sont éliminés par les urines de 24 heures, essentiellement sous forme inchangée.
    - Arch Int Pharmacodyn 1978;232:79-91.

    Bibliographie

    - Acta Psychiatr Scand 1984;69:Suppl311. (SYMPOSIUM).*
    - Sem Hop Paris 1985;61:1280-1380. (SYMPOSIUM)
    - Ann Pharmacother 1995;29:152-160. (REVUE GENERALE, 55 références)

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil