PROPICILLINE POTASSIQUE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 13/1/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    sel potassique de l'acide [2S-(2alpha,5alpha,6bêta)]-3,3-diméthyl-7-oxo-6-[(1-oxo-2-phénoxybutyl)amino]-4-thia-1-azabicyclo[3.2.0]heptane-2-carboxylique

    Ensemble des dénominations

    BANM : PROPICILLIN POTASSIUM
    CAS : 1245-44-9
    autre dénomination : PHENOXYPROPYLPENICILLINE POTASSIQUE
    autre dénomination : PROPICILLINE POTASSIUM
    bordereau : 2098
    code expérimentation : BRL 284
    code expérimentation : PA 248
    rINNM : PROPICILLIN POTASSIUM
    sel ou dérivé : AZLOCILLINE SODIQUE
    sel ou dérivé : MEZLOCILLINE SODIQUE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : PROPICILLINE
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTIBIOTIQUE (principale certaine)

    2. ANTIBACTERIEN (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Interruption du processus de transpeptidation qui lie les peptidoglycans de la paroi bactérienne.
      Les bêta lactamines se lient et inactivent des cibles enzymatiques situées sur la paroi interne de la membrane bactérienne: les protéines de liaison des pénicillines : transpeptidases, carboxypeptidases, endopeptidases.
      L'inactivation des protéines PBP, A, 1BS, 2 et 3 provoque la mort cellulaire.
      Les bêta lactamines inactivent également des inhibiteurs endogènes des autolysines bactériennes.
      - Pharmacol and Therapeutics 1985;27:1-35.
      Détruit par les pénicillinases.
      Résistance extrachromosomique enzymatique, intrinsèque, lente à échelons multiples.

    Effets Recherchés

    1. ANTIBIOTIQUE (principal)
      Groupe II des pénicillines selon la classification de Lambert O'Grady.

    2. ANTIBACTERIEN (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. SEPTICEMIE (principale)
      A germes sensibles.

    2. ENDOCARDITE A STREPTOCOQUES (principale)

    3. ANGINE A STREPTOCOQUES (principale)

    4. INFECTION DENTAIRE (principale)
      A streptocoques.

    5. INFECTION CUTANEE (principale)
      A streptocoques.

    6. INFECTION BRONCHOPULMONAIRE (principale)
      A germes sensibles.

    7. MENINGITE A GERMES SENSIBLES (principale)
      A germes sensibles.

    8. INFECTION DES VOIES BILIAIRES (principale)
      A streptocoques.

    9. INFECTION URINAIRE (principale)
      A streptocoques.

    10. PORTAGE PHARYNGE DE MENINGOCOQUES (principale)

    11. GONOCOCCIE (principale)

    12. GONOCOCCEMIE (principale)

    13. ANGINE DIPHTERIQUE (principale)

    14. PORTAGE PHARYNGE DE BACILLES DIPHTERIQUES (principale)

    15. CHARBON (principale)

    16. INFECTION UTERINE (principale)
      A clostridium perfringens, fusobacterium.

    17. INFECTION INTESTINALE (principale)
      A Clostridium perfringens, Fusobacterium.

    18. GANGRENE GAZEUSE (principale)

    19. INFECTION MAXILLOFACIALE (principale)

    20. LEPTOSPIROSE (principale)

    Effets secondaires

    1. REACTION D'HYPERSENSIBILITE (CERTAIN RARE)

    2. URTICAIRE (CERTAIN RARE)

    3. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN RARE)
      A type d'érythème généralisé.

    4. ERYTHEME POLYMORPHE (CERTAIN TRES RARE)

    5. ERYTHEME NOUEUX (CERTAIN TRES RARE)

    6. DERMATITE EXFOLIATRICE (CERTAIN TRES RARE)

    7. SYNDROME DE LYELL (CERTAIN TRES RARE)

    8. SYNDROME DE STEVENS-JOHNSON (CERTAIN TRES RARE)

    9. ERYTHRODERMIE (CERTAIN TRES RARE)

    10. PRURIT (CERTAIN TRES RARE)

    11. OEDEME ANGIONEUROTIQUE (CERTAIN RARE)

    12. CHOC ANAPHYLACTIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    13. REACTION D'HERXHEIMER (CERTAIN TRES RARE)

    14. BRONCHOSPASME (CERTAIN TRES RARE)

    15. COLLAPSUS CARDIOVASCULAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    16. MORT SUBITE (CERTAIN TRES RARE)

    17. FIEVRE (CERTAIN RARE)

    18. EOSINOPHILIE (CERTAIN RARE)

    19. SYNDROME DE LOEFFLER (CERTAIN TRES RARE)
      Tableau clinique de pneumopathie aiguë fébrile, il nécessite l'arrêt du traitement étant donné le risque de fibrose pulmonaire :
      - Drugs 1977;13:422.

    20. DOULEUR ARTICULAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    21. DOULEUR MUSCULAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    22. ADENOPATHIE (CERTAIN TRES RARE)

    23. PROTEINURIE (CERTAIN TRES RARE)

    24. CYLINDRURIE (CERTAIN TRES RARE)

    25. GLOSSITE (CERTAIN TRES RARE)

    26. STOMATITE (CERTAIN TRES RARE)

    27. DIARRHEE (CERTAIN TRES RARE)

    28. ENTEROCOLITE DYSENTERIFORME (CERTAIN TRES RARE)

    29. DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    30. CANDIDOSE MUQUEUSE (CERTAIN RARE)

    31. CRISE CONVULSIVE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTE DOSE

    32. TROUBLE NEUROLOGIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      DOSES TRES ELEVEES

    33. TROUBLE PSYCHIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      DOSES TRES ELEVEES

    34. NEPHROPATHIE INTERSTITIELLE AIGUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTE DOSE

    35. ANEMIE HEMOLYTIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      DOSES SUPERIEURES A 10.000.000U

    36. AGREGATION PLAQUETTAIRE(DIMINUTION) (CERTAIN TRES RARE)

    37. TEMPS DE SAIGNEMENT(ALLONGEMENT) (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTE DOSE

    38. APLASIE MEDULLAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    39. POLYNEVRITE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

    40. NEUROPATHIE PERIPHERIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

    41. PUSTULOSE EXANTHEMATEUSE AIGUE GENERALISEE (A CONFIRMER )
      Un cas, après cinq jours de traitement :
      - Contact Dermatitis 1995;33:204-205.

    42. CRAMPE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      ENFANT
      NOUVEAU-NE
      VOIE INTRAMUSCULAIRE

    43. SYNDROME LUPIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Par hypersensibilité.

    44. SYNDROME HEMORRAGIQUE (A CONFIRMER )

    45. GLYCEMIE(DIMINUTION) (A CONFIRMER )

    46. VERTIGE (A CONFIRMER )

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. ASTHME

    2. TERRAIN ALLERGIQUE

    Contre-Indications

    1. INTOLERANCE A LA PENICILLINE

    2. VOIE INTRARACHIDIENNE

    3. LUPUS INDUIT

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie orale:
    - chez l'adulte:
    Un gramme et demi à trois grammes par jour.
    - chez l'enfant:
    Sept cents milligrammes à un gramme et demi par jour.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - ELIMINATION voie rénale
    - 2 - ELIMINATION voie biliaire

    Absorption
    60% de la dose ingérée est résorbée par le tractus gastro-intestinal.
    Répartition
    Liaison aux protéines plasmatiques:90%.
    Demi-Vie
    Environ 30 mns.
    Elimination
    Voie rénale .
    Voie bilaire.

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil