AUROTHIOMALATE SODIQUE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 6/7/1999
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Pharmaco-Dépendance
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    sel disodique de l'acide 2-[or (I) mercapto]succinique

    Ensemble des dénominations


    CAS : 12244-57-4 DCIR : AUROTHIOMALATE DE SODIUM
    autre dénomination : AUROTHIOMALATE DISODIQUE
    autre dénomination : GOLD SODIUM THIOMALATE
    autre dénomination : SODIUM AUROTHIOMALATE
    bordereau : 2418
    rINN : SODIUM AUROTHIOMALATE
    sel ou dérivé : AUROTHIOPROPANOL-SULFONATE DE SODIUM

    Classes Chimiques


    Mécanismes d'action

    1. principal
      Le mécanisme d'action reste à confirmer: action au niveau de la synthèse du collagène par inhibition de la glucosamine 6 phosphate synthétase.
      Possibilité d'inhibition de la synthèse d'enzymes lysosomiaux et/ou de modifications au niveau des macrophages et des polynucléaires.

    Effets Recherchés

    1. SEL D'OR (principal)

    2. ANTIINFLAMMATOIRE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. POLYARTHRITE RHUMATOIDE (principale)
      Traitement de fond.

    2. POLYARTHRITE CHRONIQUE DE L'ENFANT (principale)

    Effets secondaires

    1. STOMATITE (CERTAIN RARE)

    2. GOUT METALLIQUE (CERTAIN RARE)

    3. PRURIT (CERTAIN RARE)
      - Presse Med 1996;25:1555-1558.

    4. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN )
      - Presse Med 1996;25:1555-1558.

    5. ECZEMA (CERTAIN )
      - Presse Med 1996;25:1555-1558.

    6. PITYRIASIS ROSE (CERTAIN )
      - Presse Med 1996;25:1555-1558.

    7. DERMATITE EXFOLIATRICE (CERTAIN TRES RARE)

    8. ERUPTION LICHENOIDE (CERTAIN )
      - Presse Med 1996;25:1555-1558.

    9. ERUPTION PSORIASIFORME (CERTAIN TRES RARE)

    10. PHOTOSENSIBILISATION (CERTAIN TRES RARE)

    11. GLOSSITE (CERTAIN RARE)

    12. CHEILITE (CERTAIN RARE)

    13. EOSINOPHILIE (CERTAIN RARE)

    14. AGRANULOCYTOSE (CERTAIN TRES RARE)

    15. GRANULOPENIE (CERTAIN RARE)

    16. THROMBOPENIE (CERTAIN TRES RARE)
      La thrombopénie peut apparaître brutalement ou après un long traitement.

    17. APLASIE MEDULLAIRE (CERTAIN )

    18. ANEMIE APLASTIQUE (CERTAIN )
      Il existe une relation effet-dose. Réversible à l'arrêt du traitement.

    19. PROTEINURIE (CERTAIN RARE)
      Plus fréquente dans les polyarthrites rhumatoïdes séro-négatives.
      La découverte d'une protéinurie au cours du traitement impose son arrêt à moins qu'une autre cause puisse être formellement impliquée.

    20. SYNDROME NEPHROTIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    21. GLOMERULONEPHRITE EXTRAMEMBRANEUSE (CERTAIN TRES RARE)
      Réaction d'hypersensibilité de type 3.

    22. REACTION VASOMOTRICE (CERTAIN TRES RARE)
      Survient dans les minutes qui suivent la prise.

    23. ICTERE (CERTAIN TRES RARE)

    24. BILIRUBINEMIE CONJUGUEE(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    25. BSP(RETENTION) (CERTAIN TRES RARE)

    26. PHOSPHATASES ALCALINES(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    27. HEPATITE CHOLESTATIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Peut-être par hypersensibilité.

    28. COLITE HEMORRAGIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      La colite fulminante hémorragique touche les femmes d'âge moyen et est mortelle dans la moitié des cas.
      Un cas :
      - Br J Rheum 1989;28:272-273.

    29. THESAURISMOSE (CERTAIN )
      Un cas de thésaurismose aurique (chrysopexie) avec localisation cutanée, chez un sujet traité par de faibles doses mais exposé au soleil :
      - J Am Acad Dermatol 1996;34:349-351.

    30. DEPOT CORNEEN (CERTAIN )

    31. FIBROSE PULMONAIRE (CERTAIN )
      - N Engl J Med 1976;294:919.

    32. INFILTRAT PULMONAIRE (CERTAIN )
      Quatre cas :
      - Arthritis Rhumatism 1980;23:347 et 351.

    33. PERIARTERITE NOUEUSE (A CONFIRMER )

    34. VASCULARITE (A CONFIRMER )

    35. ERYTHEME NOUEUX (A CONFIRMER )

    36. ERYTHEME (A CONFIRMER )
      Erythème centrifuge. Deux cas après 6 mois et 5 ans d'utilisation par voie IM, réversibles deux mois après l'interruption du traitement :
      - J Am Acad Dermatol 1992;27:284-287.

    37. SURDITE (A CONFIRMER )
      Un cas à la suite d'une lésion bilatérale du tympan :
      - Br J Dermatol 1997;136:479-480.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Contre-Indications

    1. NEPHROPATHIE

    2. HEPATOPATHIE

    3. ANEMIE SEVERE

    4. DIATHESE HEMORRAGIQUE

    5. HYPERTENSION ARTERIELLE SEVERE

    6. INSUFFISANCE CARDIAQUE

    7. URTICAIRE

    8. ECZEMA

    9. COLITE

    10. GROSSESSE

    11. SYNDROME DE LYELL
      Condition(s) Exclusive(s) :
      APLASIE MEDULLAIRE (ANTECEDENTS)

      Antécédent de syndrome similaire.

    Voies d'administration

    - 1 - INTRAMUSCULAIRE

    Posologie et mode d'administration

    Non commercialisé en France:
    Dose usuelle par voie intramusculaire (injections à réaliser sur le sujet allongé, rester allongé quelques temps après) chez l'adulte:
    Débuter par dix milligrammes par semaine la première semaine, puis vingt cinq milligrammes par semaine la deuxièmeet la troisième semaine, puis cinquante milligrammes par semiane pendant 15 à 20 semaines.
    Surveillance rénale, cutanée, hématologique et hépatique.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - ELIMINATION voie rénale

    Absorption
    Administration intramusculaire.
    Taux sérique maximal 3 à 6 heures après IM.
    Répartition
    Importante liaison aux protéines plasmatiques.
    Forte concentration au niveau des reins, du foie et de la rate.
    Elimination
    Voie rénale.
    5% en 24h, 10% en 1 semaine.
    Des traces d'or peuvent être retrouvées dans les urines pendant 1 an.

    Bibliographie

    - Med J Aust 1984;74.
    - Schttenkirchner et Muller: Modern Aspects of Gold Therapy, vol 8 de la série 'Rheumatology' 1983; Karger Ed.

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil