MEXILETINE CHLORHYDRATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 25/9/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    chlorhydrate de 1-méthyl-2-(2,6-xylyloxy)éthylamine

    Ensemble des dénominations

    BANM : MEXILETINE HYDROCHLORIDE
    CAS : 5370-01-4
    DCIMr : CHLORHYDRATE DE MEXILETINE
    USAN : MEXILETINE HYDROCHLORIDE
    autre dénomination : CHLORHYDRATE DE MEXILETINE
    bordereau : 2456
    code expérimentation : Ko-1173
    dcim : chlorhydrate de mexilétine
    rINNM : MEXILETINE HYDROCHLORIDE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : MEXILETINE

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTIARYTHMIQUE (principale certaine)

    2. ANTIARYTHMIQUE CLASSE Ib (principale certaine)

    3. ANESTHESIQUE LOCAL (principale certaine)

    4. SUBSTRAT DU CYTOCHROME P450 1A2 (principale certaine)

    5. SUBSTRAT DU CYP1A2 (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Analogue structural de la lignocaïne mais possédant une activité anti-arythmisante lors de l'administration per os.
      Classe Ib de Vaughan Williams.
      Réduit la vitesse maximale de dépolarisation de la phase 0.
      Ne modifie pas le potentiel de repos.
      Réduit l'amplitude et prolonge la durée du potentiel d'action.
      Diminue la vitesse de conduction.
      - Br J Pharmacol 1972;44:1.

    Effets Recherchés

    1. ANTIARYTHMISANT (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. ARYTHMIE VENTRICULAIRE (principale)
      Arythmie ventriculaire réfractaire:
      - J Am Coll Cardiol 1985;6:780-784.

    2. TACHYCARDIE VENTRICULAIRE (principale)

    3. EXTRASYSTOLE VENTRICULAIRE (principale)

    4. NEUROPATHIE DIABETIQUE (à confirmer)
      Réduction des douleurs avec une posologie de 10 mg par kilo par voie orale (étude en double aveugle) :
      - Lancet 1988;1:9-11.
      Efficacité contestée :
      - Ann Pharmacother 1997;31:29-34.
      Autre référence:
      - Drugs 1998;56:691-707.

    Effets secondaires

    1. ATAXIE (CERTAIN RARE)

    2. TREMBLEMENT (CERTAIN FREQUENT)
      - Drugs 1990;40:374-411.

    3. PARESTHESIE (CERTAIN RARE)

    4. NAUSEE (CERTAIN FREQUENT)
      - Drugs 1990;40:374-411.

    5. VOMISSEMENT (CERTAIN RARE)
      - Drugs 1990;40:374-411.

    6. CONSTIPATION (CERTAIN FREQUENT)
      - Drugs 1990;40:374-411.

    7. HOQUET (CERTAIN RARE)

    8. DYSARTHRIE (CERTAIN RARE)

    9. VERTIGE (CERTAIN RARE)

    10. SOMNOLENCE (CERTAIN RARE)

    11. CONFUSION MENTALE (CERTAIN RARE)

    12. HALLUCINATION VISUELLE (CERTAIN TRES RARE)
      Deux cas rapportés chez des sujets âgés :
      - N Z Med J 1988;101:29.

    13. NYSTAGMUS (CERTAIN RARE)

    14. DIPLOPIE (CERTAIN RARE)

    15. BRADYCARDIE (CERTAIN RARE)

    16. HYPOTENSION ARTERIELLE (CERTAIN RARE)

    17. FIBRILLATION AURICULAIRE (CERTAIN RARE)

    18. PALPITATION (CERTAIN RARE)

    19. BLOC AURICULOVENTRICULAIRE (CERTAIN RARE)

    20. ULCERATION OESOPHAGIENNE (A CONFIRMER )
      Un cas :
      - Am J Gastroenterol 1990;85:629-630.

    21. THROMBOPENIE (A CONFIRMER )
      D'origine périphérique, pÃrobablement immunologique.
      Un cas :
      - Ann Intern Med 1984;100:162.
      Deux cas :
      - Drugs 1990;40:374:411.

    22. TOXICITE HEPATIQUE (A CONFIRMER )
      - Therapie 1983;38:695-700.

    23. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (A CONFIRMER )
      - Therapie 1983;38:695-700.

    24. HEPATITE CYTOLYTIQUE (A CONFIRMER )
      - Therapie 1983;38: 695-700.

    25. DERMATITE DE CONTACT (A CONFIRMER )
      Un cas :
      - Contact Dermatitis 1991,25:70-72.

    26. FIBROSE PULMONAIRE (A CONFIRMER )
      Un cas fatal :
      - DICP Ann Pharmacother 1991;25:1329-1331.

    27. HYPERSENSIBILITE (A CONFIRMER )
      Réaction d'hypersensibilité: un cas avec une éruption cutanée morbilliforme et prurigineuse généralisée, hyperéosinophilie, hyperlymphocytose, et anomalies biologiques hépatiques.
      - Pain 1997;73:97-99.

    Précautions d'emploi

    1. SYNDROME PARKINSONIEN

    2. TROUBLES DE LA CONDUCTION INTRAVENTRICULAIRE

    3. CIRRHOSE
      Allongement de la demi-vie nécessitant d'adapter la posologie:
      - Eur J Clin Pharmacol 1986;30:83-88.

    Contre-Indications

    1. BRADYCARDIE SEVERE
      Ou bradyarythmie extrème non appareillée.

    2. BLOC AURICULOVENTRICULAIRE DE HAUT DEGRE
      BAV complet .

    3. INSUFFISANCE CARDIAQUE SEVERE

    4. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE
      Obtention de taux plasmatiques anormalement élevés chez les cirrhotiques.
      - Eur Heart J 1983;4:810.

    5. INSUFFISANCE RENALE

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE
    - 2 - INTRAVEINEUSE(EN PERFUSION)

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie orale chez l'adulte:
    Six cents à huit cents milligrammes par jour, soient deux cents milligrammes toutes les 6 à 8 heures .
    Traitement d'attaque:
    Deux cents milligrammes, renouvelés une heure après, puis première prise du traitement d'entretien 6 heures après.

    Dose usuelle en relais de la voie intraveineuse:
    Deux cents milligrammes 30 à 60 mns avant l'arrêt de la perfusion.

    Dose usuelle par voie intraveineuse chez l'adulte:
    Débuter par cent à deux cent cinquante milligrammes en 5 à 10 mns, puis deux cent cinquante milligrammes en 2 heures, puis un milligramme par minute.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 18 heure(s)
    - 2 - ELIMINATION voie rénale

    Absorption
    Résorbé par le tractus gastro-intestinal: la vitesse de résorption intestinale est ralentie et le pic plasmatique est réduit au cours de la phase aigüe de l'infarctus du myocarde.
    Ce phénomène est probablement lié à l'utilisation d'analgésiques centraux.
    La biodisponibilité n'est pas modifiée.
    - Eur J Clin Pharmacol 1983;25:773.
    Chez le sujet âgé, la vitesse de résorption n'est pas ralentie.
    - J Clin Pharmacol 1989;29:311-315.
    Répartition
    Taux plasmatique maximum 1 à 2 heures après administration per os.
    Liaison aux protéines plasmatiques de l'ordre de 70%.
    Concentration plasmatique active voisine de 2 microgrammes par ml.
    Signes de toxicité pour des taux plasmatiques très variables : 1 à 5 microgrammes par ml.
    Le taux salivaire serait directement lié au taux plasmatique.
    Demi-Vie
    18 heures.
    Comprise entre 11 et 26 heures.
    La demi-vie est allongée d'environ 2 heures au cours de la phase aigüe de l'infarctus du myocarde.
    - Eur J Clin Pharmacol 1983;25:773.
    Fortement allongée en cas de cirrhose: 28 heures.
    - Eur J Clin Pharmacol 1986;30:83-88.
    La demi-vie ne serait pas midifiée chez le sujet âgé.
    - Jr Clin Pharmacol 1989; 29:311-315.
    Elimination
    Voie rénale.
    Sous forme métabolisée.

    Bibliographie

    - Pharmacotherapy 1986;6:1-9 (REVUE)*.
    - New Eng J Med 1987;316:29-34.
    - Therapie 1987;42:3-7 (PHARMACOCINETIQUE CHEZ LE SUJET SAIN).
    - Inpharma 1986;541:19.
    - Drugs 1990;40:374-411.
    - Drugs 1998;56:691-707. (Neuropathie diabétique)

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil