CHLORPROPAMIDE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 29/5/1998
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    (CHLORO-4 BENZENESULFONYL)-1 PROPYL-3 UREE

    Ensemble des dénominations

    DCF : CHLORPROPAMIDE
    DCIR : CHLORPROPAMIDE
    autre dénomination : P-607
    bordereau : 2

    Classes Chimiques


    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. HYPOGLYCEMIANT (principale certaine)

    2. SULFAMIDE HYPOGLYCEMIANT (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Augmente la libération d'insuline par le pancréas.
      En provoquant la fermeture au niveau des cellules bêta pancréatiques d'un canal potassique ATP dépendant, le glimépiride induit une dépolarisation membranaire et l'ouverture de canaux calciques. L'entrée de calcium dans la cellule déclenche la libération d'insuline par exocytose.
      Pourrait également posséder une activité hypoglycémiante extrapancréatique, indépendante de la libération d'insuline et impliquant notamment une augmentation de la capture de glucose au niveau des cellules musculaires et adipeuses.

    2. secondaire
      Inhibition de la secrétion de glucagon (à confirmer).
      Stimule la secrétion de somatostatine.

    Effets Recherchés

    1. HYPOGLYCEMIANT (principal)
      L'effet maximal est atteint en 2 à 4 heures après administration orale, et dure 60 heures.
      Cent milligrammes de chlorpropamide équivalent à cinq milligrammes de glibenclamide, ou un gramme de tolbutamide.

    2. ANTIDIABETIQUE (principal)

    3. ANTIDIURETIQUE (accessoire)
      Chez les sujets atteints de diabète insipide, la diurèse est réduite de 10 à 80%.

    Indications Thérapeutiques

    1. DIABETE NON INSULINODEPENDANT (principale)

    2. DIABETE INSIPIDE (secondaire)
      Chez les sujets sans insuffisance hypophysaire.

    Effets secondaires

    1. GLYCEMIE(DIMINUTION) (CERTAIN TRES RARE)

    2. ANOREXIE (CERTAIN TRES RARE)

    3. NAUSEE (CERTAIN TRES RARE)

    4. VOMISSEMENT (CERTAIN TRES RARE)

    5. DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    6. DIARRHEE (CERTAIN TRES RARE)

    7. LEUCOPENIE (CERTAIN TRES RARE)

    8. NEUTROPENIE (CERTAIN TRES RARE)

    9. AGRANULOCYTOSE (CERTAIN TRES RARE)

    10. APLASIE MEDULLAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    11. ANEMIE MEGALOBLASTIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    12. ANEMIE HEMOLYTIQUE (CERTAIN )
      D'origine immuno-allergique ou en rapport avec un déficit en G6PD.

    13. ANEMIE APLASTIQUE (CERTAIN )

    14. FIBRINOLYSE(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    15. BOUFFEE VASOMOTRICE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      ALCOOL

      Diabète non insulino-dépendant, habituellement du sujet âgé :
      - Presse Med 1984;13:1249.
      - Eur J Clin Pharmacol 1984;26:723.

    16. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN TRES RARE)

    17. ERYTHRODERMIE (CERTAIN TRES RARE)