TRIMETAPHAN CAMSILATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 19/1/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    (+)-DIBENZYL-4,6 OXO-5 THIA-1 DIAZA-4,6 TRICYCLO(6.3.0.03,7) UNDECANIUM(+)-OXO-2 BORNANE-10 SULFONATE

    Ensemble des dénominations

    BAN : TRIMETAPHAN CAMSYLATE
    CAS : 68-91-7
    DCIR : TRIMETAPHAN CAMSILATE
    autre dénomination : METHIOPLEGIUM
    autre dénomination : TRIMETAPHAN CAMPHORSULPHONATE
    autre dénomination : TRIMETAPHAN CAMPHOSULFATE
    autre dénomination : TRIMETAPHAN CAMSYLATE
    bordereau : 193
    code expérimentation : NU 2222
    code expérimentation : R0-2-2222
    rINN : TRIMETAPHAN CAMSILATE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : TRIMETAPHAN

    Proprietés Pharmacologiques

    1. GANGLIOPLEGIQUE (principale certaine)

    2. ANTIHYPERTENSEUR (principale certaine)

    3. VASODILATATEUR (principale certaine)

    4. HISTAMINOLIBERATEUR (secondaire certaine)

    5. INHIBITEUR DE LA CHOLINESTERASE (secondaire certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      S'oppose à la dépolarisation de la membrane postsynaptique par compétition avec l'acétylcholine au niveau des récepteurs.
      L'action sur chaque organe est fonction de la prédominance du tonus sympathique ou parasympathique, d'où, chez l'homme, tachycardie habituelle, chute du tonus sympathique entrainant une vasodilatation des vaisseaux avecdiminution du retour veineux et diminution du débit cardiaque.
      Effet hypotenseur: importance du changement de posture: en cas d'orthostatisme, accumulation sanguine dans les parties déclives de l'organisme, d'où chute tensionnelle importante.
      Augmente le débit cardiaque chez l'insuffisant cardiaque, car la chute du retour veineux diminue les pressions auriculaires et pulmonaires.
      Diminution de la pression pulmoniare d'autant plus nette que les pressions étaient initialement élevées.
      Diminution du débit sanguin coronaire et du travail cardiaque.
      Pas de modification du contenu en oxygène du sang veineux coronaire.
      Diminution de la secrétion de rénine, et s'oppose à l'augmentation consécutive à une chute tensionnelle.

    2. secondaire
      Action vasodilatatrice directe (histaminolibérateur); renforce l'action hypotensive.

    Effets Recherchés

    1. HYPOTENSEUR (principal)

    2. ANTIHYPERTENSEUR (accessoire)

    Indications Thérapeutiques

    1. HYPOTENSION CONTROLEE (principale)

    2. DISSECTION AORTIQUE (secondaire)
      JAMA. 1977, 237 : 1570.
      NEW ENGL. J. MED. 1976, 294 : 1403.

    3. CRISE HYPERTENSIVE (secondaire)
      EN RAISON DE LA BRIEVETE DE SON ACTION, DE SES EFFETS SECONDAIRES (COMMUN A TOUS LES GANGLIOPLEGIQUES) ET DE L'EXISTENCE D'AUTRES SUBSTANCES EFFICACES ET MIEUX TOLEREES, LE TRIMETAPHAN N'EST PLUS GUERE UTILISE DANS LES CRISES HYPERTENSIVES.

    Effets secondaires

    1. HYPOTENSION ORTHOSTATIQUE (CERTAIN FREQUENT)

    2. TACHYCARDIE (CERTAIN FREQUENT)

    3. MYDRIASE (CERTAIN FREQUENT)
      Se traduit par une mydriase passive paralytique qui perturbe la surveillance des signes oculaires lors d'une anesthésie.

    4. FLOU VISUEL (CERTAIN FREQUENT)
      Lié à une perte partielle de l'accomodation.

    5. HYPERTENSION OCULAIRE (CERTAIN RARE)

    6. HYPERHEMIE CONJONCTIVALE (CERTAIN RARE)

    7. ANOREXIE (CERTAIN TRES RARE)

    8. NAUSEE (CERTAIN RARE)

    9. VOMISSEMENT (CERTAIN RARE)

    10. CONSTIPATION (CERTAIN FREQUENT)

    11. DIARRHEE (CERTAIN TRES RARE)

    12. ILEUS PARALYTIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

    13. SECHERESSE DE LA BOUCHE (CERTAIN FREQUENT)

    14. RETENTION D'URINE (CERTAIN FREQUENT)

    15. IMPUISSANCE (CERTAIN RARE)

    16. FAIBLESSE MUSCULAIRE (CERTAIN RARE)

    17. BLOC NEUROMUSCULAIRE (CERTAIN )
      Potentialisation des curares non dépolarisants.

    18. SOMNOLENCE (CERTAIN RARE)

    19. RETENTION HYDROSODEE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

    20. KALIEMIE(DIMINUTION) (CERTAIN TRES RARE)
      - J Lab Clin Med 1976;87:999.

    21. CONGESTION NASALE (CERTAIN FREQUENT)

    22. APNEE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      PERFUSION TROP RAPIDE

      Pour des doses supérieures à 5 milligrammes par minute :
      - Arch Intern Med 1976;136:816.

    23. ACCOUTUMANCE (CERTAIN TRES RARE)
      La possibilité de tachyphylaxie a été rapportée après 24 à 48 heures de traitement. Elle est rare.

    24. HYPERTENSION INTRACRANIENNE (CERTAIN TRES RARE)
      - Br J Anaesth 1977;48:419.

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE RESPIRATOIRE
      NON COMPENSEE.

    2. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE

    3. INSUFFISANCE RENALE

    4. MALADIE D'ADDISON

    5. DIABETE INSULINODEPENDANT

    6. ATHEROSCLEROSE

    7. TERRAIN ALLERGIQUE
      EN RAISON DE LA LIBERATION D'HISTAMINE.

    8. INSUFFISANCE CORONARIENNE

    9. INSUFFISANCE CIRCULATOIRE CEREBRALE

    10. ADENOME PROSTATIQUE

    11. GLAUCOME

    12. SUJET AGE
      Risque d'accident vasculaire cérébral.

    Contre-Indications

    1. HYPOVOLEMIE

    2. ANEMIE

    3. GROSSESSE

    4. CHOC

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par perfusion intraveineuse lente (injecteur électrique) d'une solution à un milligramme par millilitre:
    UN à quatre milligrammes par minute; il semble préférable de commencer par un milligramme par minute, et d'augmenter ensuite les doses par paliers de 2 à 3 mn, jusqu'à obtention de l'effet désiré : hypotension artérielle contrôlée en anesthésiologie.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - ELIMINATION voie rénale

    Absorption
    Très mal résorbé par le tractus gastro-intestinal, nécessite d'utiliser la voie parentérale.
    Répartition
    Diffuse dans les espaces extracellulaires.
    Passe la barrière placentaire.
    Ne passe pas la barrière hémato-encéphalique
    Début d'action rapide : 4 à 5 minutes.
    Arrêt de l'action queleques minutes après l'arrêt de la perfusion.
    Métabolisme
    Pourrait être en partie dégradée par systèmes pseudocholinestérasiques.
    Elimination
    *Voie rénale : élimination par filtration glomérulaire et sécrétion au niveau du tubule proximal.

    Bibliographie

    - Ganglion blocking and ganglion stimulating Agents; Pergamon Press 1967.

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil