LEVODOPA

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 17/4/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    (-)-(DIHYDROXY-3,4 PHENYL)-3 L-ALANINE .ACIDE(-)-L-AMINO-2(DIHYDROXY-3,4 PHENYL)-3 PROPIONIQUE

    Ensemble des dénominations

    BAN : LEVODOPA
    CAS : 59-92-7
    DCF : LEVODOPA
    DCIR : LEVODOPA
    USAN : LEVODOPA
    autre dénomination : ACIDE (DIHYDROXY-3,4 PHENYL) PROPANOIQUE
    autre dénomination : DIHYDROXY-3,4 PHENYL-3 ALANINE
    autre dénomination : DIHYDROXYPHENYL-L-ALANINE
    autre dénomination : L-DOPA
    autre dénomination : RO-05-4759
    autre dénomination : L-DIHYDROXYPHENYLALANINE
    bordereau : 201
    dci : lévodopa
    rINN : LEVODOPA

    Classes Chimiques


    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTIPARKINSONIEN (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Précurseur de la dopamine; franchit la barrière hémato-encéphalique et provoque donc une élévation de la dopamine cérébrale; favorise la récupération des impulsions principalement inhibitrices venant du locus niger agissant sur le corps strié et le globus pallidus: provoque une diminution de l'akinésie, de la rigidité musculaire, des tremblements.

    2. secondaire
      La compétition avec l'adrénaline expliquerait l'hypotension orthostatique.

    Effets Recherchés

    1. ANTIPARKINSONIEN (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. MALADIE DE PARKINSON (principale)
      Certaines formes galéniques ('dispersibles') seraient plus efficaces contre les périodes 'off' de l'après-midi :
      - Clin Neuropharmacol 1994;17,Suppl3:S21-S25.
      Dans les formes familiales, une étude suggère que le traitement ralentit l'évolution et prolonge la survie :
      - Lancet 1999;353:1850-1851.
      Autre référence:
      - Neurolgy 2000:55 (suppl.4):S2-S7 et S8-S12

    2. SYNDROME PARKINSONIEN (principale)
      Sauf celui dû aux neuroleptiques.

    3. DOULEUR POST-ZOSTERIENNE (à confirmer)
      L'administration précoce réduirait les algies post-zostériennes :
      - JAMA 1981;246:132.

    4. INSUFFISANCE CARDIAQUE (à confirmer)
      Formes sévères
      Amélioration hémodynamique chez 10 sujets :
      - N Engl J Med 1984;310:1357-1362.

    5. NARCOLEPSIE (à confirmer)
      Réduirait chez certains sujets le nombre d'épisodes d'endormissement :
      - Neurology 1991;41:1267-1269.

    6. IMPATIENCES (secondaire)
      Revue de cette indication, principalement chez les hémodialysés:
      - Ann Pharmacother 1999;33:86-92.
      Constituerait un traitement de première intention :
      - CNS Drugs 1999;12:9-20.

    7. SYNDROME DE GILLES DE LA TOURETTE (à confirmer)
      Réduit la sévérité des tics. Etude pilote chez 6 malades:
      - Mov Dis 2000;13:1194-1198

    Effets secondaires

    1. POIDS(AUGMENTATION) (CERTAIN FREQUENT)

    2. NAUSEE (CERTAIN FREQUENT)

    3. VOMISSEMENT (CERTAIN FREQUENT)

    4. ANOREXIE (CERTAIN FREQUENT)

    5. DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN FREQUENT)

    6. HYPOTENSION ORTHOSTATIQUE (CERTAIN FREQUENT)

    7. HYPERTENSION ARTERIELLE (CERTAIN RARE)
      De type paroxystique.

    8. HYPERSUDATION (CERTAIN TRES RARE)

    9. BOUFFEE DE CHALEUR (CERTAIN RARE)

    10. TACHYCARDIE (CERTAIN RARE)

    11. EXTRASYSTOLE (CERTAIN RARE)

    12. EXTRASYSTOLE VENTRICULAIRE (CERTAIN RARE)

    13. TACHYCARDIE PAROXYSTIQUE (CERTAIN RARE)

    14. FIBRILLATION VENTRICULAIRE (CERTAIN RARE)

    15. ANXIETE (CERTAIN FREQUENT)

    16. MOUVEMENT ANORMAL (CERTAIN FREQUENT)
      50% des