PERHEXILINE MALEATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 2/8/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    maléate de 2-(2,2-dicyclohexyléthyl)pipéridine

    Ensemble des dénominations

    BANM : PERHEXILINE MALEATE
    CAS : 6724-53-4
    DCIMr : MALEATE DE PERHEXILINE
    USAN : PERHEXILINE MALEATE
    autre dénomination : MALEATE DE PERHEXILINE
    bordereau : 1599
    code expérimentation : WSM-3978G
    dcim : maléate de perhexilline
    rINNM : PERHEXILINE MALEATE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : PERHEXILINE

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTI-ANGOREUX (principale certaine)

    2. INHIBITEUR CALCIQUE (principale certaine)

    3. ANTIARYTHMIQUE (secondaire certaine)
      QUINIDINELIKE, AGISSANT UNIQUEMENT A L'ETAGE VENTRICULAIRE.
      CLIN.PHARM.THER.1975,18,5:623

    4. DIURETIQUE (secondaire certaine)
      FAIBLE. DRUGS. 1983, 2 : 214.

    5. SUBSTRAT DU CYTOCHROME P 450 3A4 (principale certaine)

    6. SUBSTRAT DU CYP 3A4 (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Réduit l'augmentation de la consommation en oxygène lors d'augmentation du travial myocardique.
      Réduit la tachycardie induite par l'effort.
      Coronarodilatation.

    2. secondaire
      Effet diurétique modéré.

    Effets Recherchés

    1. ANTIANGOREUX (principal)

    2. CORONARODILATATEUR (principal)

    3. ANTIARYTHMIQUE (accessoire)

    Indications Thérapeutiques

    1. ANGOR (principale)
      Angor d'effort ou instable non maélioré par des traitements antérieurs (bêtabloquants, dérivés nitrés retard et inhibiteurs calciques).

    Effets secondaires

    1. CEPHALEE (CERTAIN RARE)

    2. VERTIGE (CERTAIN FREQUENT)

    3. SYNDROME VESTIBULAIRE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SUJET AGE
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE

      Avec instabilité à la marche.

    4. MALAISE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      SUJET AGE

    5. SYNCOPE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      SUJET AGE

    6. HYPOTENSION ORTHOSTATIQUE (CERTAIN RARE)

    7. PALPITATION (CERTAIN RARE)
      - Nouv Presse Med 1975;4:2663.

    8. ELECTROCARDIOGRAMME(ANOMALIE) (CERTAIN FREQUENT)
      Modification du segment ST, allongement de QT, onde U.

    9. ANOREXIE (CERTAIN RARE)

    10. NAUSEE (CERTAIN FREQUENT)

    11. VOMISSEMENT (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      POSOLOGIE ELEVEE

    12. DOULEUR ABDOMINALE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      POSOLOGIE ELEVEE

    13. CONSTIPATION (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      POSOLOGIE ELEVEE

    14. POIDS(DIMINUTION) (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SUJET AGE
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT PROLONGE

      Modérée dans la plupart des cas mais peut annoncer des atteintes plus sévères, hépatiques et neurologiques.

    15. ASTHENIE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      SUJET AGE
      TRAITEMENT PROLONGE

    16. ANXIETE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      SUJET AGE
      TRAITEMENT PROLONGE

    17. INSOMNIE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      SUJET AGE
      TRAITEMENT PROLONGE

    18. TREMBLEMENT (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      SUJET AGE
      TRAITEMENT PROLONGE

    19. PARESTHESIE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SUJET AGE
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT PROLONGE

      Peuvent annoncer, de façon inconstante, la neuropathie.

    20. BOUFFEE DE CHALEUR (CERTAIN RARE)

    21. HYPERSUDATION (CERTAIN RARE)

    22. LIBIDO(DIMINUTION) (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT PROLONGE

      - S Afr Med J 1974;48:904.

    23. IMPUISSANCE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT PROLONGE

      - Drugs 1983;2:215.

    24. POLYRADICULONEVRITE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT PROLONGE

      Par démyélinisation segmentaire dû à un défaut génétique d'oxydation du médicament mis en évidence par le test à la débrisoquine.
      Elle peut être associée à un oedème papillaire, une hypertension intracrânienne, une perte de la vision, des lésions hépatiques et une hypoglycémie.
      Elle régresse à l'arrêt du traitement.
      Références :
      - Br Med J 1982;284:295.
      - Sem Hop Paris 1980;56:1857.
      - J Neurol Sci 1980;46:303.
      - JAMA 1980;73:275.

    25. SYNDROME EXTRAPYRAMIDAL (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SUJET AGE
      SEXE FEMININ
      SUJET MAIGRE
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT PROLONGE
      POSOLOGIE NON PROGRESSIVE

      Réversible à l'arrêt du traitement :
      - J Am Geriatr Soc 1981;29:259.

    26. TROUBLE URINAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    27. POLLAKIURIE (CERTAIN TRES RARE)

    28. DYSURIE (CERTAIN TRES RARE)

    29. POLYURIE (CERTAIN TRES RARE)

    30. NEUROPATHIE PERIPHERIQUE (CERTAIN )
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SUJET AGE
      SEXE FEMININ
      SUJET MAIGRE
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT PROLONGE

      Souvent latente : deux fois sur trois, elle ne s'exprime que par un ralentissement de la vitesse de conduction nerveuse :
      - Neurology 1979;29:739.
      - Br Med J 1978;1:1321.
      Elle peut également se manifester par une polyradiculonévrite sensitivomotrice.

    31. SYNDROME CEREBELLEUX (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      SEXE FEMININ
      SUJET AGE
      SUJET MAIGRE
      TRAITEMENT PROLONGE

    32. HYPERTENSION INTRACRANIENNE (CERTAIN TRES RARE)
      - Br J Ophthalmol 1984;68:553.

    33. LIQUIDE CEPHALORACHIDIEN(MODIFICATION) (CERTAIN RARE)
      Avec hyperalbuminorrachie, dissociation albuminocytologique :
      - Neurol Kineap 1979;29:739-743.

    34. OEDEME PAPILLAIRE (CERTAIN RARE)
      Avec perte de la vision :
      - Am Heart J 1980;100:270.

    35. TROUBLE DE LA VISION (CERTAIN TRES RARE)

    36. DYSCHROMATOPSIE (CERTAIN TRES RARE)

    37. DIPLOPIE (CERTAIN TRES RARE)

    38. SURDITE (CERTAIN )
      Par atteinte cochléaire :
      - S Afr Med J 1977;51:189.

    39. TOXICITE HEPATIQUE (CERTAIN RARE)
      A amené son retrait du marché dans de nombreux pays

    40. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SUJET AGE
      SEXE FEMININ
      SUJET MAIGRE
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT PROLONGE

      D'évolution parfois rapide et mortelle :
      - Pathol 1983;15:201.

    41. HEPATOMEGALIE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SUJET AGE
      SEXE FEMININ
      SUJET MAIGRE
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT PROLONGE

      - Digestion 1980;20:145.

    42. HEPATITE CYTOLYTIQUE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SUJET AGE
      SEXE FEMININ
      SUJET MAIGRE
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT PROLONGE

      Lésions ressemblant à celles de l'hépatite alcoolique avec nécrose focale, localisation périportale :
      - Gut 1979;20:186.
      - Digestion 1980;20:145.
      - Lancet 1982;1:507.
      - Therapie 1981;36:289.

    43. CIRRHOSE HEPATIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SUJET AGE
      SEXE FEMININ
      SUJET MAIGRE
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      TRAITEMENT PROLONGE

      - Lancet 1982;1:507.

    44. ICTERE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ATHEROSCLEROSE
      POSOLOGIE ELEVEE
      SEXE FEMININ
      SUJET AGE
      SUJET MAIGRE
      TRAITEMENT PROLONGE

    45. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN FREQUENT)
      Chez 20 à 30 % des sujets :
      - Digestion 1980;20:145.

    46. BSP(RETENTION) (CERTAIN FREQUENT)
      Rapportée chez 70 % des sujets :
      - Digestion 1980;20:145-150.

    47. PHOSPHATASES ALCALINES(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)

    48. BILIRUBINEMIE CONJUGUEE(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)

    49. GLYCEMIE(DIMINUTION) (CERTAIN RARE)
      En général modérée, parfois sévère et fatale, son mécanisme n'est pas élucidé :
      - Lancet 1977;2:1028.
      - Nouv Presse Med 1977;6:2859.

    50. HYPERTRIGLYCERIDEMIE (CERTAIN TRES RARE)

    51. MYOPATHIE PROXIMALE (CERTAIN TRES RARE)
      Non douloureuse :
      - Sem Hop Paris 1983;59:58.

    52. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN RARE)

    53. URTICAIRE (CERTAIN RARE)

    54. PRURIT (CERTAIN RARE)

    55. TORSADE DE POINTES (A CONFIRMER )
      - Aust N Z J Med 1990;20:218-219.

    56. TROUBLE DU COMPORTEMENT (A CONFIRMER )

    57. CRISE CONVULSIVE (A CONFIRMER )

    58. APHONIE (A CONFIRMER )
      Par atonie des cordes vocales :
      - Acta Otorhinolaryngol Belg 1981;35: 215.

    59. INSUFFISANCE RENALE (A CONFIRMER )
      - Digestion 1978;17:419.

    60. PANCREATITE AIGUE (A CONFIRMER )
      - Lyon Med 1978;239:97.

    Effets sur la descendance

    1. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    Précautions d'emploi

    1. DIABETE

    2. DYSLIPIDEMIE

    3. TROUBLE DE LA CONDUCTION
      INTRAVENTRICULAIRES.

    4. CONDUCTEUR DE VEHICULE

    5. GROSSESSE

    6. ALLAITEMENT

    Contre-Indications

    1. MALADIE HEPATIQUE PREEXISTANTE

    2. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE

    3. INSUFFISANCE RENALE

    4. INFARCTUS DU MYOCARDE RECENT

    5. ALLERGIE A CETTE SUBSTANCE

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    *Dose usuelle par voie orale : débuter par cent milligrammes par jour en 2 prises à 12 heures d'intervalle, puis augmenter progressivement par paliers de 2 à 4 semaines jusqu'à deux cents à trois cents milligrammes par jour en 2 prises.
    *Dose maximale : quatre cents milligrammes par jour avec risque accru d'apparition des effets secondaires, surtout si traitement prolongé.
    *Dose d'entretien : réduction progressive après amélioration jusqu'à une dose variant entre cinquante et trois cents milligrammes par jour en 2 prises selon les résultats.
    Surveillance obligatoire du traitement : clinique, neurologique et ophtalmologique avec contrôle régulier du poids, contrôle de laboratoire (ECG, bilirubinémie, transaminases, glycémie et créatininémie).
    Compte tenu des différences importantes de métabolisme (demi-vie d'élimination) et du risque accru d'effets secondaires sévères lorsque la pexidémie résiduelle est supérieure à 2 microgrammes/ml, la pexidémie paraît souhaitable.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - REPARTITION 90 % lien protéines plasmatiques
    - 2 - DEMI VIE 2 à 6 jour(s)
    - 3 - ELIMINATION voie rénale
    - 4 - ELIMINATION voie fécale

    Absorption
    Importante résorption par le tractus gastro-intestinal après administration par voie orale (plus de 80% de la dose ingérée).
    Répartition
    Liaison aux protéines plasmatiques : 90%.
    Les concentrations thérapeutiques seraient comprises entre 0,15 et 0,6 microgrammes/ml :
    - Ther Drug Monit 1996;18:635-639.
    Demi-Vie
    La demi-vie d'élimination varie de 2 à 6 jours et peut aller jusqu'à 30 jours.
    Métabolisme
    Subit une mono et une dihydroxylation.
    Elimination
    *Voie rénale : élimination très lente (plusieurs jours), principalement sous forme métabolisée.
    *Voie fécale.

    Bibliographie

    - Chest 1989;96:393-399. (INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES)
    - Facts and Comparisons Drug Newletters 1993;12:18-19. (TOXICOLOGIE) *

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil