NORTRIPTYLINE CHLORHYDRATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 14/6/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    5-(alpha-méthylaminopropylidène) dibenzo[a,d] cyclohepta[1,4]diène

    Ensemble des dénominations

    BANM : NORTRIPTYLINE HYDROCHLORIDE
    CAS : 894-71-3
    DCIM : CHLORHYDRATE DE NORTRIPTYLINE
    USAN : NORTRIPTYLINE HYDROCHLORIDE
    autre dénomination : CHLORHYDRATE DE NORTRIPTYLINE
    bordereau : 213
    rINNM : NORTRIPTYLINE HYDROCHLORIDE
    sel ou dérivé : NOXIPTILINE CHLORHYDRATE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : NORTRIPTYLINE
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. PSYCHOANALEPTIQUE (principale certaine)

    2. ANTIDEPRESSEUR (principale certaine)

    3. THYMOANALEPTIQUE (principale certaine)

    4. ANTIDEPRESSEUR TRICYCLIQUE (principale certaine)

    5. ANTICHOLINERGIQUE CENTRAL ET PERIPHERIQUE (secondaire certaine)

    6. SUBSTRAT DU CYTOCHROME P450 2D6 (principale certaine)

    7. SUBSTRAT DU CYP 2D6 (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Inhibiteur de la recapture de la noradrénaline.
      Anticholinergique central et périphérique.

    Effets Recherchés

    1. PSYCHOANALEPTIQUE (principal)

    2. ANTIDEPRESSEUR (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. DEPRESSION (principale)

    2. ENURESIE (secondaire)

    3. NEVRALGIE (secondaire)
      Dans les névralgies post zostériennes, activité identique à celle de l'amitriptyline (près de 70% des répondeurs):
      - Neurology 1998;51:1166-1171.

    4. SEVRAGE DU TABAC (à confirmer)
      Essai randomisé versus placebo: la nortriptyline permettrait d'augmenter les chances de réussite à court terme, et réduirait l'intensité des manifestations du sevrage:
      - Ann Intern Med 1998;158:2035-2039.

    Effets secondaires

    1. GLOSSOPHYTIE (CERTAIN )
      Un cas :
      - Clin Pharm 1990;9:421-422.

    2. GYNECOMASTIE (CERTAIN )
      - Concours Med 1989;111:1171-1176.

    3. SOMNOLENCE (CERTAIN )

    4. EXCITATION PSYCHOMOTRICE (CERTAIN )

    5. ACCES MANIAQUE (CERTAIN )

    6. RAPTUS SUICIDAIRE (CERTAIN )

    7. EUPHORIE (CERTAIN )

    8. SECHERESSE DE LA BOUCHE (CERTAIN )

    9. NAUSEE (CERTAIN )

    10. CONSTIPATION (CERTAIN )

    11. HYPERSUDATION (CERTAIN )

    12. PALPITATION (CERTAIN )

    13. TACHYCARDIE (CERTAIN )

    14. VERTIGE (CERTAIN )

    15. HYPOTENSION ORTHOSTATIQUE (CERTAIN )

    16. CEPHALEE (CERTAIN )

    17. INSOMNIE (CERTAIN )

    18. TREMBLEMENT (CERTAIN )

    19. ACOUPHENE (CERTAIN )
      Condition(s) Exclusive(s) :
      DEPRESSION

      Etude randomisée :
      - Arch Intern Med 1993:2251-2259.

    20. TROUBLE DE LA VISION (CERTAIN )

    21. DYSURIE (CERTAIN )

    22. RETENTION D'URINE (CERTAIN )

    23. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN )

    24. AGRANULOCYTOSE (CERTAIN )

    25. EOSINOPHILIE (CERTAIN )

    26. PHOTOSENSIBILISATION (CERTAIN )

    27. HEPATITE MIXTE (A CONFIRMER )
      Un cas, après 3 mois de traitement :
      - Ther Drug Monit 1996;18:100-102.

    28. HEPATITE CHOLESTATIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    29. ICTERE CHOLESTATIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    30. CRISE CONVULSIVE (CERTAIN TRES RARE)
      Publication sur les convulsions sous antidépresseurs :
      - J Clin Psychiatry 1993;54:289-299.

    31. GLAUCOME AIGU(CRISE DE) (CERTAIN )
      Très fréquent chez les sujets anatomiquement prédisposés à la fermeture de l'angle iridocornéen.

    32. CARIE DENTAIRE (A CONFIRMER )
      Serait liée à la sécheresse buccale :
      - Drug Intell Clin Pharm 1983;17:810.

    33. BLOC DE BRANCHE (A CONFIRMER )
      Bloc de branche gauche. Un cas, en l'absence de surdosage :
      - J Am Geriatr Soc 1991;39:1006-1007.

    Effets sur la descendance

    1. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. ETAT MANIAQUE

    2. GROSSESSE

    3. ANTECEDENTS CARDIOVASCULAIRES
      Infarctus du myocarde ancien, insuffisance cardiaque compensée, athérome important.
      La nortriptyline serait moins bien tolérée que la paroxétine en cas de cardiopathie ischémique: essai randomisé:
      - JAMA 1998;279:287-291.

    4. ADENOME PROSTATIQUE

    5. INSUFFISANCE RENALE

    6. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE

    7. ANESTHESIE GENERALE
      Par le chloroforme ou les barbituriques.

    8. SUJET AGE
      Clairance réduite.
      - N Eng J Med 1982;306:1081.

    9. EPILEPSIE
      Il peut être nécessaire d'adapter la posologie du traitement anticomitial.

    10. CONDUCTEUR DE VEHICULE
      Risque de somnolence.

    11. UTILISATEUR DE MACHINE
      Risque de somnolence.

    12. ASSOCIATION A L'ALCOOL

    Contre-Indications

    1. IMAO
      Respecter un intervalle suffisant (2 semaines) entre la fin d'un traitement par les IMAO et le début d'un traitement par tricycliques.

    2. GLAUCOME A ANGLE FERME

    3. ADENOME PROSTATIQUE
      Avec dysurie : risque de rétention urinaire aiguë.

    4. ALLAITEMENT

    5. INFARCTUS DU MYOCARDE RECENT

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie orale chez l'adulte : vingt à quarante milligrammes par jour, à doses progressives et fractionnées.
    Dose maximale : cent milligrammes par jour.

    Le traitement doit habituellement être prolongé plusieurs mois.
    Nécessité de prévenir le patient et son entourage du risque de somnolence et d'hypotension orthostatique.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 10 à 30 heure(s)
    - 2 - ELIMINATION voie rénale

    Absorption
    Lente par le tube digestif.
    Répartition
    Foie, poumons, cerveau.
    Effet de premier passage hépatique, formation d'un métabolite actif.
    Taux plasmatique actif compris entre 50 et 150 nanogrammes par ml, pour des taux supérieurs l'activité serait moindre :
    - Am J Psych 1980;137:653.
    Les concentrations plasmatiques sont plus faibles chez les fumeurs que chez les non fumeurs :
    - Ther Drug Monitor 1986;8:279-284.
    Demi-Vie
    La demi-vie se situe entre 10 et 30 heures.
    Métabolisme
    Mécanisme hépatique.
    N-déméthylation, hydroxylation et glycuroconjugaison.
    Elimination
    *Voie rénale : sous forme inchangée, ou sous forme de dérivé hydroxylé et sous forme glycuroconjuguée des dérivés hydroxylés et déméthylés.

    Bibliographie

    - Therapie 1965;20:1085.
    - Médicaments organiques de synthèse 1970;3:267.
    - Clin Pharmacol Ther 1969;10.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil