FLUPENTIXOL DECANOATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 29/5/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Posologie & mode d'administration
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    décanoate de 2-{4-[3-(2-trifluorométhylthioxanthèn-9-ylidène)propyl]piperazin-1-yl}éthyl

    Ensemble des dénominations

    BANM : FLUPENTHIXOL DECANOATE
    CAS : 30909-51-4
    DCIM : DECANOATE DE FLUPENTIXOL
    autre dénomination : DECANOATE DE FLUPENTIXOL
    autre dénomination : FLUPENTHIXOL DECANOATE
    autre dénomination : FLUPENTIXOL CAPRATE
    autre dénomination : cis-FLUPENTIXOL DECANOATE
    bordereau : 2252
    rINNM : FLUPENTIXOL DECANOATE
    sel ou dérivé : FLUPENTIXOL DICHLORHYDRATE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : FLUPENTIXOL
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. NEUROLEPTIQUE (principale certaine)

    2. ANTIDELIRANT (principale certaine)

    3. ANTIHALLUCINATOIRE (principale certaine)

    4. ADRENOLYTIQUE (secondaire certaine)

    5. ANTICHOLINERGIQUE CENTRAL (secondaire certaine)

    6. ANTIHISTAMINIQUE (secondaire certaine)

    7. TRANQUILLISANT (secondaire certaine)

    Effets Recherchés

    1. NEUROLEPTIQUE (principal)

    2. ANXIOLYTIQUE (principal)

    3. ANTIDELIRANT (principal)

    4. ANTIHALLUCINATOIRE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. PSYCHOSE (principale)

    2. ANXIETE (principale)
      au cours de la schizophrénie.

    3. TROUBLE CARACTERIEL (principale)

    4. TROUBLE DU COMPORTEMENT (principale)

    5. SEVRAGE DE LA COCAINE (à confirmer)
      Le flupentixol (sel non précisé) pourrait induire une aversion pour la cocaïne :
      - N Engl J Med 1996;334:1340-1341.

    Effets secondaires

    1. SOMNOLENCE (CERTAIN FREQUENT)

    2. SECHERESSE DE LA BOUCHE (CERTAIN RARE)

    3. VERTIGE (CERTAIN RARE)

    4. CEPHALEE (CERTAIN TRES RARE)

    5. CONSTIPATION (CERTAIN RARE)

    6. DIARRHEE (CERTAIN TRES RARE)

    7. ASTHENIE (CERTAIN TRES RARE)

    8. HYPOTHERMIE (CERTAIN TRES RARE)

    9. TACHYCARDIE (CERTAIN FREQUENT)

    10. HYPOTENSION ORTHOSTATIQUE (CERTAIN RARE)

    11. ICTERE (CERTAIN TRES RARE)

    12. SYNDROME EXTRAPYRAMIDAL (CERTAIN RARE)

    13. ANEMIE (CERTAIN TRES RARE)

    14. LEUCOPENIE (CERTAIN TRES RARE)

    15. AGRANULOCYTOSE (CERTAIN TRES RARE)

    16. POIDS(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    17. AMENORRHEE (CERTAIN TRES RARE)

    18. HIRSUTISME (CERTAIN TRES RARE)

    19. GALACTORRHEE (CERTAIN TRES RARE)

    20. COLORATION DE LA PEAU (CERTAIN TRES RARE)

    21. TROUBLE OCULAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    22. RETINOPATHIE (CERTAIN TRES RARE)

    23. COLORATION DE LA CORNEE (CERTAIN TRES RARE)

    24. COLORATION DE LA CONJONCTIVE (CERTAIN TRES RARE)

    25. COLORATION DU CRISTALLIN (CERTAIN TRES RARE)

    26. CATARACTE (CERTAIN TRES RARE)

    27. REACTION ALLERGIQUE CUTANEE (CERTAIN TRES RARE)

    28. PHOTOSENSIBILISATION (CERTAIN TRES RARE)

    29. DYSKINESIE TARDIVE (CERTAIN RARE)
      Survenant à l'arrêt d'un traitement au long cours.
      Un cas de dyskinésie laryngée sous flupentixol à l'origine d'une dyspnée par obstruction :
      - Movement Disorders 1993;8:217-219.

    30. MOUVEMENT ANORMAL (A CONFIRMER )
      Mouvements continus du cou, du tronc et des membres, persistant à l'arrêt du traitement pendant six mois, puis dystonie du tronc et du cou :
      - Br Med J 1981;282:1756.

    31. HEPATITE AIGUE (A CONFIRMER )
      Sel non précisé:
      - Gastroenterol Clin biol 1999;23:152-153.

    32. HEPATITE MIXTE (A CONFIRMER )
      Un cas d'hépatite mixte aigüe:
      - Gastroenterol Clin Biol 1999;23:152-153.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. ANESTHESIE GENERALE

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie intramusculaire:
    - chez l'adulte:
    Quarante à cent. vingt milligrammes toutes les 1 à 4 semaines.
    Chez les sujets hospitalisés en bonne condition physique, la posologie peut être progressivement portée à deux cetns milligrammes.
    Chez les sujets âgés, les insuffisants rénaux et les épileptiques: dix à vingt milligrammes tous les 15 jours.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil