KETANSERINE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 2/7/1999
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    (((FLUORO-4 BENZOYL)-4 PIPERIDINO)-2 ETHYL)-3 1H,3H-QUINAZOLINEDIONE- 2,4

    Ensemble des dénominations

    DCIR : KETANSERINE
    autre dénomination : R 41468
    bordereau : 2690

    Classes Chimiques


    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. VASODILATATEUR (principale certaine)

    2. ANTISEROTONINE (principale certaine)

    3. ADRENOLYTIQUE ALPHA (principale certaine)

    4. ANTIHYPERTENSEUR (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Antagoniste pur des récepteurs sérotoninergiques de type 2 (S2 ou 5 HT2), présents notamment au niveau des vaisseaux (artères ou veines), des bronches et des plaquettes.
      Possède également une certaine activité antagoniste au niveau des récepteurs alpha-1 adrénergiques, histaminiques H1 et, avec une moindre affinité pour les récepteurs dopaminergiques.
      L'origine de l'activité antihypertensive pourrait être attribuée au blocage des récepteurs 5 HT2 vasculaires et adrénolytiques alpha 1 , mais ce mécanisme est contesté.
      - Clin Pharm Ther 1991;49:377-384.
      Réduction de la sécrétion gastrique basale sans effet sur la sécrétion stimulée par la pentagastrine.

    Effets Recherchés

    1. VASODILATATEUR (principal)

    2. ANTIHYPERTENSEUR (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. SYNDROME DE RAYNAUD (principale)
      L'activité de la kétansérine a été démontrée dans cette indication lors d'une étude multicentrique (222 sujets, doses de 20 mg puis 40 mg 3 fois par jour) :
      - Am J Med 1989;87:264-268.
      - Angiology 1989;40:633-638.

    2. HYPERTENSION ARTERIELLE (principale)
      - Hypertension 1986;8:167-173.
      - Clin Pharmacol Ther 1986;40:56-63.
      - J Cardiovasc Pharmacol 1987;9:120-124.
      - Am J Hypertens 1988;1:317S-323S.
      - J Clin Pharmacol 1988;1008-1016.
      - J Clin Pharmacol 1988;1017-1022.

    3. HYPERTENSION ARTERIELLE DES DIABETIQUES (principale)
      Diabète non insulinodépendant
      La kétansérine presenterait l'avantage de ne pas exercer d'effets défavorables sur la glycémie:
      -.Int J Clin Pharmacol ther Tox.1990,28,218-222.

    4. SYNDROME CARCINOIDE (secondaire)
      Effet symptomatique :
      - Cardiovasc Drugs Ther 1990;40:53-58.
      - Presse Med 1995;24:897-899.

    5. TOXEMIE GRAVIDIQUE (à confirmer)
      Réduit la pression arterielle et la fréquence des contractions utérines :
      -Am.J Obstet.Gynecol.1986;155:260-263.
      En association à l'aspirine, réduit la fréquence de la pré-éclampsie chez des femmes atteintes d'HTA modérée; étude randomisée:
      - Lancet 1997;350:1267-1271.

    6. ULCERE CUTANE (secondaire)
      En application locale à 2 pour 100, la kétansérine favoriserait la cicatrisation :
      - J Am Acad Dermatol 1989;21,85-90.

    Effets secondaires

    1. ASTHENIE (CERTAIN RARE)

    2. POIDS(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)

    3. BOUFFEE VASOMOTRICE (CERTAIN RARE)

    4. HYPOTENSION ARTERIELLE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      HYPOVOLEMIE
      VOIE INTRAVEINEUSE

    5. QT(ALLONGEMENT) (CERTAIN TRES RARE)
      A plus de trente millisecondes, ne serait toutefois pas corrélé avec l'apparition de troubles du rythme :
      - Am J Cardiol 1989;63:826-832.

    6. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN TRES RARE)
      Réaction d'hypersensibilité.

    7. PRURIT (CERTAIN RARE)

    8. SECHERESSE DE LA BOUCHE (CERTAIN RARE)

    9. NAUSEE (CERTAIN TRES RARE)

    10. CONSTIPATION (CERTAIN TRES RARE)

    11. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)
      Une augmentation modérée et transitoire de SGOT et SGPT a été observée en début de traitement.

    12. PHOSPHATASES ALCALINES(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    13. SOMNOLENCE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      VOIE INTRAVEINEUSE

      Survenant une ou deux heures après l'injection.

    14. VERTIGE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      VOIE INTRAVEINEUSE

      Survenant une ou deux heures après l'injection.

    15. CEPHALEE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      VOIE INTRAVEINEUSE

    16. TORSADE DE POINTES (A CONFIRMER )
      Un cas, chez le sujet âgé :
      - Acta Cardiol 1989;44:429-30.

    Effets sur la descendance

    1. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    2. NON TERATOGENE CHEZ L'ANIMAL
      Etude chez le rat, le lapin.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      Information manquante.

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle chez l'adulte:
    - par voie orale:
    Soixante à cent vingt milligrammes par jour en plusieurs prises.
    dose maximale: cent soixante milligrammes par jour en plusieurs prises; éviter de prendre une dose supérieure à vingt milligrammes par prise.
    - par voie intraveineuse:
    Cinq à trente milligrammes par 24 h; les perfusions seront faites sous contrôle de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 15 heure(s)
    - 2 - ELIMINATION voie rénale
    - 3 - ELIMINATION voie fécale

    Absorption
    Bonne résorption par voie intramusculaire:
    Le pic plasmatique , de 50 nanogrammes par ml, est atteint 15 mns après une injection de 5 mg.
    Par voie orale, la biodisponibilité est voisine de 50%; existence d'un important effet de premier passage hépatique.
    Le pic plasmatique est compris entre 100 et 130 nanogrammes par ml après une prise orale de 40 mg.

    Répartition
    Liaison aux protéines plasmatiques voisine de 60%.
    Existence d'une liaison aux hématies: 27%.
    Ne semble franchir que très peu la barrière hématoencéphalique.
    Demi-Vie
    15 heures.
    Métabolisme
    Métabolisé principalement en acide 1,4-dihydro-2,4-dioxo-3(2H) quinazolinacérique, kétansérine-OL, hydoxykétansérine-OL, et hydroxykétansérine.
    Elimination
    Voie rénale:
    68% de la dose est éliminé par les urines en 24 jours, principalement sous forme métabolisée.
    Voie fécale:
    25% de la dose est éliminé par les fécès.

    Bibliographie

    - Br Med J 1982;285:1069.
    - J Cardiovasc Pharmacol 1985,7 Suppl 7:148-153.
    - Drugs 1986;31:149-163.
    - Drug development research 1986;6:263-300.
    - Eur J Clin Pharmacol 1987;33:413-426.(PHARMACOCINETIQUE).
    - Drugs 1988;36,Suppl1:1-151.
    - Inpharma 1985;502:19.
    - Inpharma 1990;763:22-23.
    - Drugs 1990;40:903-949.
    - Clin Pharmacokinet 1991;20:263-279.

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil