CLADRIBINE

Introduction dans BIAM : 3/3/1995
Dernière mise à jour : 30/3/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    [2-chloro-9-(2-désoxy-bêta-D-ribofuranosyl)-9H-purin-6-yl]amine

    Ensemble des dénominations

    BAN : CLADRIBINE
    CAS : 4291-63-8
    DCF : CLADRIBINE
    DCIR : CLADRIBINE
    USAN : CLADRIBINE
    autre dénomination : CHLORODEOXYADENOSINE
    autre dénomination : CldAdo
    autre dénomination : 2-chloro-2'deoxyadénosine
    autre dénomination : 2-CHLORO-2-DESOXYADENOSINE
    autre dénomination : 2-CdA
    bordereau : 2974
    code expérimentation : NSC-105014-F
    code expérimentation : RWJ-26251
    code expérimentation : RWJ-26251-000
    dci : cladribine
    rINN : CLADRIBINE

    Classes Chimiques


    Regime : liste I
    Remarque sur le regime : J.O. du 17/05/1995

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTINEOPLASIQUE (principale certaine)

    2. IMMUNOSUPPRESSEUR (principale certaine)

    3. ANTIMETABOLITE (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      La cladribine pénètre dans la cellule par un système de transport actif puis est phosphorylée sous l'effet de la déoxycytidine kinase présente à forte concentration dans les cellules lymphoïdes. La résistance de la cladribine à l'adénosine désaminase conduit à l'obtention de concentrations intracellulaires toxiques du nucléotide qui en s'incorporant dans l'ADN bloquerait l'élongation de la chaîne d'ADN. Par ailleurs, la dégradation de l'ADN des lymphocytes par des phénomènes d'apoptose serait favorisée. Son action toxique s'exerce à la fois sur les lymphocytes au repos et en cours de multiplication.

    Effets Recherchés

    1. ANTICANCEREUX (principal)

    2. IMMUNOSUPPRESSEUR (accessoire)

    Indications Thérapeutiques

    1. LEUCEMIE A TRICHOLEUCOCYTES (principale)
      Onze rémissions sur douze, pas de rechute à quinze mois :
      - N Engl J Med 1990:322:1117-1121.
      Autre publication :
      - Lancet 1992;340:952-956.
      Etude de 861 patients avec 50% de rémission complète, mais les effets secondaires sont importants:
      - J Clin Oncol 1998;16:3007-3015.

    2. LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE (principale)
      - N Engl J Med 1992;327:1056-1061.

    3. LYMPHOME NON HODGKINIEN (principale)
      Principalement les lymphomes de bas grade.
      Taux de réponse globale: 43-50%.
      Taux de réponse complète: 8 -20%.
      - Drugs 1992;46:872-894.
      Etude chez 28 malades atteints de formes réfractaires ou récidivantes: une rémission serait observée dans 1/3 des cas:
      - Cancer 1998;83:2370-2376.

    4. LEUCEMIE AIGUE (principale)
      Leucémie non lymphocytaire principalement, et acutisations de leucémie myélocytaire chronique.

    5. MALADIE DE WALDENSTROM (principale)
      - Ann Intern Med 1993;118:195-198.

    6. LYMPHOME CUTANE (principale)
      A cellules T.
      Taux de réponse globale: 33-47%.

    7. ANEMIE HEMOLYTIQUE AUTOIMMUNE (à confirmer)

    8. THROMBOPENIE AUTOIMMUNE (à confirmer)

    9. SCLEROSE EN PLAQUES (à confirmer)
      - Lancet 1994;344:537.
      Pourrait améliorer les images IRM sans toutefois apporter de bénéfice clinique :
      - Neurology 2000;54:1145-1155.
      Une étude d'IRM sur 159 malades ne confirme pas l'action favorable sur l'évolution de l'atrophie cérébrale :
      - Neurology 2000;55:1714-1718.

    Effets secondaires

    1. NEUTROPENIE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTES DOSES

    2. THROMBOPENIE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTES DOSES

      24 à 30%:
      - Drugs 1993;46:872-894.

    3. ANEMIE (CERTAIN RARE)

    4. EOSINOPHILIE (A CONFIRMER )
      Un cas :
      - Br J Haematol 1996;92:426-428.
      - Br J Haematol 1996;94:709-712.

    5. FIEVRE (CERTAIN RARE)
      Condition d'apparition favorisante : traitement des leucémies à tricholeucocytes.

    6. MACROCYTOSE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ADMINISTRATION REPETEE

    7. INSUFFISANCE RENALE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTE DOSE

    8. NAUSEE (CERTAIN RARE)

    9. VOMISSEMENT (CERTAIN RARE)

    10. ALOPECIE (CERTAIN RARE)

    11. SYNDROME DE LYELL (CERTAIN TRES RARE)

    12. THROMBOPHLEBITE LOCALE (CERTAIN TRES RARE)
      Au point d'injection.

    13. NEUROPATHIE PERIPHERIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Sensitive.

    14. DOULEUR MUSCULAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    15. CONFUSION MENTALE (CERTAIN TRES RARE)

    16. TROUBLE DE LA VISION (CERTAIN TRES RARE)

    17. SYNDROME DE LYSE TUMORALE (CERTAIN RARE)

    18. DERMATOSE BULLEUSE (CERTAIN )
      Dermatose acantholytique: 2 cas transitoires:
      - Acta Dermato Venereologica 1997;77:412-413.

    19. HEMOPATHIE MALIGNE (A CONFIRMER )
      Trois cas observés chez 22 malades suivis en moyenne pendant 2,8 ans et traités pour lymphome non hodgkinien :
      - Cancer 1998;82:957-964.

    Effets sur la descendance

    1. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      Information manquante.

    2. ALLAITEMENT
      Information manquante.

    3. HYPERSENSIBILITE A CETTE SUBSTANCE

    Voies d'administration

    - 1 - INTRAVEINEUSE en perfusion continue
    - 2 - SOUS-CUTANEE
    - 3 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Doses usuelles :
    Adultes : quatre-vingt-dix microgrammes par kilogramme de poids corporel et par jour pendant 7 jours en perfusion veineuse continue.
    En cas de besoin, la cure peut être renouvelée un mois après.
    Surveillance hématologique 4 à 8 semaines après le traitement.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - REPARTITION 20 % lien protéines plasmatiques
    - 2 - DEMI VIE 35 minute(s) alpha
    - 3 - DEMI VIE 6.70 heure(s) bêta

    Absorption
    Après perfusion de 90 microgrammes/kg/j pendant 7 jours, les concentrations plasmatiques sont voisines de 5,7 nanogrammes/ml.
    Biodisponibilité par voie orale voisine de 55%.
    Répartition
    Liaison aux protéines plasmatiques : 20%.
    Franchit la barrière hémato-encéphalique.
    Présent à forte concentration sous forme phosphorylée à l'intérieur des cellules.
    Demi-Vie
    Les demi-vies moyennes alpha et bêta sont respectivement de 35 minutes et de 6,7 heures.

    Bibliographie

    - N Engl J Med 1992;327:1056-1061.
    - Lancet 1992;340:952-956.
    - Drugs 1993;46:872-894.
    - Ann Med Interne 1994;120:784-791.
    - N Engl J Med 1994;330:691-697.
    - Dossier CNHIM 2001;22:142

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil