CYCLOTERIAM comprimés (arrêt de commercialisation)

Donnez-nous votre avis

CYCLOTERIAM comprimés (arrêt de commercialisation)

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 9/3/2001

  • Identification de la spécialité
  • Présentation et Conditionnement
  • Composition
  • Propriétés Thérapeutiques
  • Indications Thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Précautions d’emploi
  • Contre-Indications
  • Surdosage
  • Voies d’administration
  • Posologie et mode d’administration

    Identification de la spécialité



    Forme : COMPRIMES SECABLES

    Etat : arrêt de commercialisation

    Laboratoire : ROUSSEL DIAMANT

    Produit(s) : CYCLOTERIAM

    Evénements :

    1. octroi d’AMM 7/7/1975
    2. mise sur le marché 2/2/1976
    3. publication JO de l’AMM 4/6/1976
    4. arrêt de commercialisation 15/2/2001


    Présentation et Conditionnement


    Numéro AMM : 318608-6

    1
    plaquette(s) thermoformée(s)
    30
    unité(s)
    jaune

    Evénements :

    1. agrément collectivités 23/12/1975
    2. inscription SS 23/12/1975


    Lieu de délivrance : officine et hôpitaux

    Etat actuel : arrêt de commercialisation

    Conservation (dans son conditionnement) : 36
    mois

    Régime : liste II

    Réglementation des prix :
    remboursé
    65 %

    Composition


    Expression de la composition : PAR UNITE DE PRISE

    Principes actifs

    Principes non-actifs


    Propriétés Thérapeutiques

    1. DIURETIQUES ASSOCIES (THIAZIDE OU APP. ET EPARGNEUR K) (principale)
      Bibliographie : Classe ATC : C03E-A09.
      – Cyclothiazide :
      Salidiurétique thiazidique, agit principalement au niveau du segment cortical de dilution. Il se caractérise par l’étalement dans le temps de son action, puisque, après une prise unique, l’effet diurétique se prolonge 18 à 24 heures.
      – Triamtérène :
      Diurétique distal (`pseudo-antialdostérone`), modérément natriurétique, épargnant du potassium, qui agit en inhibant la fonction d’échange ionique du tube contourné distal et réduit ainsi l’excrétion du potassium tout en augmentant l’excrétion du sodium, du chlore et des bicarbonates.
      Cette action est indépendante de la présence ou non d’aldostérone. Ainsi, du fait de son action salidiurétique, le triamtérène a un effet anti-oedémateux et, en administration prolongée, une action antihypertensive.
      Délai d’action : l’effet diurétique apparaît le plus souvent dès la 1ère heure. Il est maximal entre la 2ème et la 4ème heure.
      Durée d’action : de l’ordre de 6 à 8 heures, se prolongeant éventuellement jusqu’à la 12ème heure , parfois jusqu’à la 24ème heure.
      La proportion optimale de cyclothiazide et de triamtérène (respectivement 1 pour 50) a été déterminée chez l’animal puis chez l’homme pour obtenir une action additive sur la diurèse aqueuse et l’élimination du sodium mais antagoniste sur celle du potassium ; il en résulte un effet anti-oedémateux et antihypertenseur renforcé avec maintien d’une kaliémie normale dans la majorité des cas.
      L’effet prolongé des 2 constituants autorise la prise unique.


    Indications Thérapeutiques


    1. – Hypertension artérielle.
      – Etats oedémateux de l’insuffisance cardiaque (en particulier en cas de traitement digitalique) .
      – Pour l’utilisation chez la femme enceinte, voir précaution d’emploi.


    Effets secondaires

    1. TROUBLE DIGESTIF

    2. ERUPTION CUTANEE

    3. DESHYDRATATION

    4. VOLEMIE(DIMINUTION)

    5. NATREMIE(DIMINUTION)

    6. HYPOTENSION ORTHOSTATIQUE
      Justifie l’arrêt du médicament ou la réduction de la posologie.

    7. URICEMIE(AUGMENTATION)

    8. GLYCEMIE(AUGMENTATION)

    9. HYPERSENSIBILITE

    10. REACTION CUTANEE

    11. FORMULE SANGUINE(ANOMALIE) (EXCEPTIONNEL)

    12. THROMBOPENIE (EXCEPTIONNEL)

    13. KALIEMIE(DIMINUTION)

    14. KALIEMIE(AUGMENTATION)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DIABETE
      INSUFFISANCE RENALE

      En cas d’insuffisance hépatique, risque d’acidose hyperkaliémique chez les cirrhotiques. Chez ceux ci, l’administration de triamtérène est déconseillé si la natrémie est inférieure à 125 meq/l. En outre et bien qu’exceptionnels quelques cas d’anémie macrocytaire ou de pancytopénie aiguë ont été observés chez ces malades.

    15. COLORATION DE L’URINE
      Possibilité de coloration bleuâtre des urines par un des métabolites du triamtérène.

    16. ENCEPHALOPATHIE HEPATIQUE
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DYSFONCTIONNEMENT HEPATIQUE

      Le traitement doit être interrompu.

    17. LITHIASE URINAIRE (EXCEPTIONNEL)
      Contenant du triamtérène.


    Précautions d’emploi

    1. INSUFFISANCE HEPATIQUE
      En cas d’atteinte hépatique, les diurétiques thiazidiques peuvent induire une encéphalopathie hépatique.

      En cas de survenue d’une telle encéphalopathie, le diurétique doit être immédiatement interrompu.

    2. GROSSESSE
      Les résultats des études réalisées chez l’animal n’ont pas mis en évidence d’effet tératogène. Dans l’espèce humaine, le risque n’est pas connu, d’autre part, chez la femme enceinte l’administration de diurétiques thiazidiques ne se justifie pas dans le traitement des oedèmes et rétentions hydrosodées gravidiques ni dans l’hypertension artérielle gravidique. Elle peut entraîner une ischémie foeto-placentaire, avec risque d’hypotrophie foetale. Par prudence, la même conduite est conseillée avec le triamtérène.

    3. ALLAITEMENT
      Le cyclothiazide passe dans le lait maternel.

    4. SURVEILLANCE BIOLOGIQUE
      Surveiller au début du traitement natrémie et kaliémie en cours de traitement la kaliémie chez les sujets traités par les digitaliques, les antiarythmiques proche de la quinidine, les corticoïdes, les laxatifs.

    5. CIRRHOSE
      – Surveiller natrémie, kaliémie et fonction rénale.

      – L’administration de triamtérène est déconseillée si la natrémie < 125 meq/l.
      – En cas d’insuffisance hépatique, risque d’acidose hyperkaliémique chez les cirrhotiques.

    6. INSUFFISANCE RENALE
      Les diurétiques thiazidiques ne sont pleinement efficaces que lorsque la fonction rénale est normale ou peu altérée (créatinémie plasmatique inférieure à des valeurs de l’ordre de 25 mg/l soit 220 mcmoles/l) .

    7. DIABETE
      – Contrôler la glycémie.

      – L’hyperglycémie, favorise le risque d’hyperkaliémie, l’épreuve d’hyperglycémie provoquée est déconseillée.

    8. GOUTTE
      Contrôler l’uricémie.

    9. ASSOCIATION AUX ANTIHYPERTENSEURS
      Réduire éventuellement la posologie en cas d’association à un autre antihypertenseur.

    10. SPORTIFS


    Contre-Indications

    1. INSUFFISANCE RENALE

    2. HYPERKALIEMIE

    3. ENCEPHALOPATHIE HEPATIQUE

    4. HYPERSENSIBILITE AUX SULFAMIDES


    Surdosage

    Traitement

    A fortes doses, surtout en cas de régime désodé strict, les diurétiques thiazidiques peuvent provoquer une déplétion hydrosodée excessive avec asthénie, oligo-anurie, signes de deshydratation extra-cellulaire, élévation de l’azotémie.
    Conduite à tenir :
    arrêt du traitement, correction des désordres hydro-électrolytiques (apport de sel) .

    Voies d’administration


    – 1 – ORALE


    Posologie & mode d’administration



    Posologie Usuelle :
    – Pour l’hypertension :
    * cure initiale :
    un demi comprimé par jour pendant deux à trois semaines;
    * traitement d’entretien :
    en fonction de l’abaissement tensionnel obtenu : un demi ou un comprimé par jour.
    Régime :
    La puissance de
    l’effet natriurétique du Cycloteriam permet le plus souvent de maintenir chez l’hypertendu un régime modérément salé ; pas de régime désodé strict, mais éviter les excès.
    Il est important en outre, de recommander un apport hydrique suffisant en
    particulier chez les sujets âgés, afin d’éviter la survenue d’une déshydratation, toujours possible lors d’un traitement diurétique sur un tel terrain.
    – Dans les oedèmes au cours de l’insuffisance cardiaque :
    * traitement d’attaque : un demi à deux
    comprimés par jour, selon le contexte clinique.
    * traitement d’entretien : un demi comprimé par jour, un jour sur deux
    Régime :
    Désodé strict puis après disparition des oedèmes, restriction hydrosodée simple.
    .
    .
    Mode d’Emploi :
    – A ingérer le matin
    ;
    – Assurer un apport hydrique suffisant en particulier chez les sujets âgés.


    Retour à la page d’accueil

Similar Posts