VALPROIQUE ACIDE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 11/4/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    acide 2-propylpentanoïque

    Ensemble des dénominations

    BAN : VALPROIC ACID
    CAS : 99-66-1
    DCF : ACIDE VALPROIQUE
    DCIR : ACIDE VALPROIQUE
    USAN : VALPROIC ACID
    autre dénomination : ACIDE DI-N-PROPYL ACETIQUE
    autre dénomination : ACIDE VALPROIQUE
    code expérimentation : ABBOTT-44089
    dci : acide valproïque
    rINN : VALPROIC ACID
    sel ou dérivé : VALPROATE SODIQUE

    Molécule(s) de base : ACIDE VALPROIQUE

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTICONVULSIVANT (principale certaine)

    2. HEPATOPROTECTEUR (secondaire certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Augmentation du taux de GABA cérébral par inhibition de la GABA alpha cétoglutarate transaminase.
      L'aéctivité antiépileptique serait la conséquence d'une potentialisation des effets inhibiteurs du GABA et/ou du blocage des canaux sodiques voltage-dépendants.
      Provoquerait une réduction des taux cérébraux d'aspartate:
      - Pharmacol Rev 1990;42:224-286.

    Effets Recherchés

    1. ANTIEPILEPTIQUE (principal)

    2. ANTICOMITIAL(GRAND MAL) (principal)

    3. ANTICOMITIAL(PETIT MAL) (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. EPILEPSIE (principale)
      Epilepsies petit mal, grand mal, myoclonique, partielle

    2. EPILEPSIE(PETIT MAL) (principale)
      MEDICATION DE PREMIERE INTENTION DANS LES FORMES ASSOCIANT ABSENCE ET CRISES TONICOCLONIQUES

    3. EPILEPSIE(GRAND MAL) (principale)

    4. EPILEPSIE MYOCLONIQUE (principale)

    5. EPILEPSIE PARTIELLE (principale)

    6. CRISE CONVULSIVE (à confirmer)
      Le valproate ne présentetrait pas d'intérêten prophylaxie des crises convulsives chez les patients porteurs de tumeurs cérébrales :
      - Neurology 1996;46:985-991.

    7. ETAT DE MAL EPILEPTIQUE (à confirmer)
      Utilisation par voie IV chez 2 patients atteints de myoclonies :
      - Neurology 2000;54:1201.

    8. CONVULSION POST-TRAUMATIQUE(PREVENTION) (information négative)
      Absence d'activité :
      - Neurology 2000;54:895-902.

    9. DYSKINESIE TARDIVE (secondaire)
      DRUG AND THERAPEUTICS BULLETIN 1978,16(14)

    10. MYOCLONIE POST-ANOXIQUE (à confirmer)
      - N Engl J Med 1978;299: 313.

    11. CONVULSION FEBRILE DE L'ENFANT(PREVENTION) (à confirmer)
      VINGT A TRENTE MILLIGRAMMES PAR KILO ET PAR JOUR .
      BRIT.MED.J.80,280:353

    12. SYNDROME DE SEVRAGE DE L'ALCOOL (à confirmer)
      AUST N Z J PSYCH 1980, 14: 213

    13. MIGRAINE(TRAITEMENT DE FOND) (à confirmer)
      Indication reconnue aux USA.
      Traitement préventif des migraines sévères :
      - Acta Neurol Scand 1988;78:346-348.
      Diminue la fréquence et la sévérité des crise :
      - Acta Neurol Scand 2000;102:354-358.

    14. MIGRAINE(TRAITEMENT DE LA CRISE) (à confirmer)
      Par voie IV. Peut remplacer la DHE lorsque celle-ci est contrindiquée ou mal tolérée :
      - Headache 2000;40:720-723.

    15. ACCES MANIAQUE (à confirmer)
      Serait actif dans les cas de manie réfractaire au lithium :
      - Arch Intern Med 1991;48:62-68.

    16. TROUBLE BIPOLAIRE (à confirmer)
      Constituerait une alternative au lithum et à la carbamazépine en cas d'échec ou d'intolérance :
      - Drugs 1996;51:367-382.
      En cas d'échec du lithium ou de la carbamazépine, agirait en particulier en traitement aigu des épisodes manniaques; une surveillance hématologique et hépatique toutes les 2 à 4 semaines durant les 6 premiers mois puis tous les 3 à 6 mois s'impose :
      - CNS Drugs 1996;6:130-147.
      Dans la psychose maniacodépressive de l'enfant, constituerait le traitement de deuxième intention derrière le lithium :
      - CNS Drugs 1999;12:437-450.

    Effets secondaires

    1. TROUBLE DE LA COAGULATION (CERTAIN )
      Pourraient être la conséquence d'une réduction du facteur de Willebrand :
      - Lancet 1