MITOTANE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 10/7/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    dichloro-1,1(chloro-2 phényl)-2(chloro-4 phényl)-2 éthane

    Ensemble des dénominations


    CAS : 53-19-0 DCI : MITOTANE
    USAN : MITOTANE
    autre dénomination : O-PIPRINE-DDD
    autre dénomination : OP'DDD
    autre dénomination : OPDDD
    bordereau : 876
    code expérimentation : CB-313
    code expérimentation : NSC-38721
    code expérimentation : WR-13045
    rINN : MITOTANE

    Classes Chimiques


    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTINEOPLASIQUE (principale certaine)

    2. ANTIMETABOLITE (principale certaine)

    3. INHIBITEUR DE LA STEROIDOGENESE SURRENALIENNE (principale certaine)

    4. HYPOURICEMIANT (secondaire certaine)
      - Am J Med Sci 1979;278,2:145.

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Inhibition de la glucose-6-phosphate-déshydrogénase au niveau du cortex surrénalien, entraînant une inhibition de la biosynthèse des corticostéroïdes. Action cytotoxique sans destruction cellulaire.
      Inhibition du métabolisme périphérique des stéroïdes au niveau des systèmes enzymatiques.

    Effets Recherchés

    1. ANTICANCEREUX (principal)

    2. ANTICORTICOTROPE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. CANCER DE LA SURRENALE (principale)
      -N Engl J Med 1990;322:1195-1201
      -N Engl J Med 1990;323:758.
      Etude pilote chez 28 malades en association à étoposide, doxorubicine et cisplatine. Taux global de réponse 53%:
      - Cancer 1998;83:2194-2200.
      Cancer corticosurrénalien. Essai de phase II de la combinaison cisplatine-étoposide-mitotane chez 47 malades atteints de cancers métastasés. Efficacité minime (11% de réponses objectives):
      - Cancer 2000;88:1082-1090

    2. MALADIE DE CUSHING (principale)
      - Clin Endocrinol 1991;34:507-513.
      - N Engl J Med 1979;300:459-464.
      Parfois utilisé en association avec la cobaltothérapie hypothalamo-hypophysaire.
      Peut être utilisé en traitement prolongé :
      - Lancet 1999;354:951.

    Effets secondaires

    1. ANOREXIE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SURDOSAGE

    2. DIARRHEE (CERTAIN FREQUENT)

    3. NAUSEE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      SURDOSAGE

    4. VOMISSEMENT (CERTAIN FREQUENT)

    5. TROUBLE NEUROLOGIQUE (CERTAIN )
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ADMINISTRATION PROLONGEE
      CONCENTRATION ELEVEE

      Troubles visuels, troubles du langage, troubles de la mémoire, ataxie cérébelleuse (roue dentée), hypokinésie. Totalement réversibles à l'arrêt du traitement. Facteurs favorisants : administration prolongée (>=2 ans), et concentrations plasmatiques >15mg/l :
      - J Clin Oncol 1992;10:1504.

    6. SOMNOLENCE (CERTAIN FREQUENT)

    7. CONFUSION MENTALE (CERTAIN )

    8. VERTIGE (CERTAIN RARE)

    9. CEPHALEE (CERTAIN RARE)

    10. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN FREQUENT)
      Rash cutané transitoire.

    11. SIALORRHEE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

      Un sujet sur trois.

    12. AGUEUSIE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

    13. INSUFFISANCE RENALE (CERTAIN FREQUENT)

    14. CYSTITE HEMORRAGIQUE (CERTAIN RARE)

    15. HYPERTENSION ARTERIELLE (CERTAIN )

    16. HYPOTENSION ORTHOSTATIQUE (CERTAIN )

    17. FLOU VISUEL (CERTAIN RARE)

    18. DIPLOPIE (CERTAIN RARE)

    19. RETINOPATHIE (CERTAIN RARE)

    20. INSUFFISANCE SURRENALE (CERTAIN RARE)

    21. URICEMIE(DIMINUTION) (CERTAIN )
      Par élévation de la clearance rénale de l'acide urique :
      - Am J Med Sci 1979;278,2:145.

    22. TROUBLE DE LA COAGULATION (CERTAIN )
      Allongement du temps de saignement. Six cas chez sept sujets traités pour une tumeur surrénalienne :
      - Eur J Cancer 1991;27:638-640.

    23. GYNECOMASTIE (A CONFIRMER )
      - Ann Endocrinol 1972;33:290.

    24. COLORATION DE LA PEAU (A CONFIRMER )
      - Ann Pediatr 1971;18:609.

    25. SYNDROME DE CUSHING (A CONFIRMER )
      - Ann Pediat 1971;18:609.

    26. ACUITE VISUELLE(DIMINUTION) (A CONFIRMER )
      - Presse Med 1980;9:631.

    27. HYPERTENSION INTRACRANIENNE (A CONFIRMER )
      Un cas :
      - Presse Med 1987:16:2131.

    Effets sur la descendance

    1. TERATOGENE CHEZ L'ANIMAL

    2. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE

    2. ALLAITEMENT
      Bien que l'excrétion dans le lait ne soit pas établie.

    3. CONDUCTEUR DE VEHICULE
      Risque de somnolence.

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Disponible à la Pharmacie Centrale des Hôpitaux de Paris (usage hospitalier).
    Doses usuelles par voie buccale chez l'adulte : deux à dix grammes par jour en trois ou quatre prises.
    Augmentation progressive des doses : un gramme le premier jour, huit grammes à partir d'une semaine, puis dix grammes par jour à partir du vingtième jour.
    La dose maximale est à ajuster en fonction de la tolérance. Le traitement est à débuter à l'hôpital.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 8 à 159 jour(s)
    - 2 - ELIMINATION voie biliaire
    - 3 - ELIMINATION voie rénale

    Absorption
    Bonne résorption (>40%) par le tube digestif.
    Répartition
    Diffuse dans tous les tissus, principalement dans les tissus à forte teneur en graisses.
    Pic plasmatique entre 3 et 5 heures après une dose unique.
    Demi-Vie
    8 à 159 jours.
    Métabolisme
    Métabolisme hépatique et rénal donnant un métabolite hydrosoluble retrouvé en partie dans le liquide céphalo-rachidien. Subit une hydroxylation et une oxydation.
    Elimination
    (VOIE BILIAIRE)
    Excrétion biliaire lente, sous forme de métabolites.
    (VOIE RENALE)
    Excrétion urinaire lente, sous forme de métabolites.

    Bibliographie

    - Am J Pharm 1970;142:231.
    - Am J Med 1966;41:581.
    - Sciences 1962;136:47.
    - Eur J Clin Pharmacol 1985;29:483-487.*
    - Dossier du CNIMH 1992;13:101-109. 50 références.

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil