MEDROXYPROGESTERONE ACETATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 11/10/1999
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    acétate de 17alpha-hydroxy-6 alpha-méthylprégn-4-ène-3,20-dione

    Ensemble des dénominations

    BANM : MEDROXYPROGESTERONE ACETATE
    CAS : 71-58-9
    DCIMr : ACETATE DE MEDROXYPROGESTERONE
    autre dénomination : ACETATE DE MEDROXYPROGESTERONE
    autre dénomination : MEDROXYPROGESTERONE ACETYLATE
    autre dénomination : METHYLACETOXYPROGESTERONE
    autre dénomination : METIPREGNONE
    bordereau : 761
    code expérimentation : NSC-26386
    code expérimentation : RP 10199
    dcim : acétate de médroxyprogestérone
    rINNM : MEDROXYPROGESTERONE ACETATE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : MEDROXYPROGESTERONE
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. PROGESTATIF (principale certaine)

    2. INHIBITEUR DE L'OVULATION (secondaire certaine)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTES DOSES

    3. ANTIGONADOTROPE (secondaire certaine)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTES DOSES

    4. CONTRACEPTIF (secondaire certaine)

    5. ANTI-ESTROGENE (secondaire certaine)
      Modéré.

    6. ANDROGENE (secondaire certaine)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTES DOSES

      Androgène faible.

    7. ANTIANDROGENIQUE (secondaire certaine)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTES DOSES

    8. HYPERTHERMISANT (secondaire certaine)
      Augmente la température centrale d'environ cinq dixièmes de degré.

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Prépare la muqueuse utérine à la nidation (dentelle utérine), indispensable au maintien de la gestation.
      Durant la première partie du cycle, le médroxyprogestérone inhibe l'ovulation en empêchant la libération de LH.
      Diminue les contractions utérines et celles des trompes.

    2. secondaire
      Pas d'action androgène secondaire par voie orale.

    Effets Recherchés

    1. PROGESTATIF (principal)

    2. ANTIGONADOTROPE (accessoire)

    3. ANTICONCEPTIONNEL (accessoire)
      Sous forme injectable à action retard.

    Indications Thérapeutiques

    1. INSUFFISANCE LUTEALE (principale)

    2. METRORRAGIE (principale)
      Métrorragies fonctionnelles, métrorragies des fibromes.

    3. SYNDROME PREMENSTRUEL (principale)

    4. DYSMENORRHEE (principale)

    5. ENDOMETRIOSE (principale)

    6. CANCER DU SEIN (principale)
      Traitement adjuvant ou complémentaire de la chirurgie ou de la radiothérapie et des autres traitements.

    7. CANCER DE L'ENDOMETRE (secondaire)
      Traitement adjuvant ou complémentaire de la chirurgie ou de la radiothérapie et des autres traitements.
      Efficacité modérée en monothérapie dans les formes avancées ou récidivantes; l'éfficacité serait plus nette pour les faibles doses (200 mg/jour) que pour les fortes (1 000 mg/jour) :
      - J Clin Oncol 1999;17:1736-1744.

    8. CONTRACEPTION (secondaire)
      - Drugs 1993;45:857-865.

    9. PUBERTE PRECOCE (secondaire)
      Puberté précoce idiopathique.

    10. CANCER DE LA PROSTATE (secondaire)
      Dans les formes metastasées:
      - Urology 1978;12:537-541.

    11. OSTEOPOROSE(PREVENTION) (secondaire)
      Prévention de l'ostéoporose préménopausique pour des posologies de dix milligrammes par jours, dix jours par mois :
      - Am J Med 1994;96:521-530.

    12. APNEE DU SOMMEIL (à confirmer)
      Traitement à réserver aux patients hypercapniques qui refusent les autres traitements :
      - Ann Pharmacother 1997;31:776-778.

    Effets secondaires

    1. FIEVRE (CERTAIN )
      De survenue précoce.
      Huit cas de fièvre prolongée rapportés à la pharmacovigilance suédoise :
      - Bull from SADRAC 1992;4,61.

    2. FRISSON (CERTAIN RARE)
      De survenue précoce.

    3. POIDS(AUGMENTATION) (CERTAIN FREQUENT)

    4. DOULEUR AU POINT D'INJECTION (CERTAIN RARE)

    5. ASTHENIE (CERTAIN RARE)

    6. GLYCEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES
      TRAITEMENT PROLONGE
      DIABETE

      - Sem Hop Paris 1994;70:100-107.
      Hyperinsulinisme réversible à l'arrêt du traitement :
      - JAMA 1972;221:211.

    7. PORPHYRIE AIGUE INTERMITTENTE(AGGRAVATION) (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ASSOCIATION AUX OESTROGENES

    8. TROUBLE MENSTRUEL (CERTAIN FREQUENT)
      A type d'irrégularités du cycle menstruel, de métrorragies ou d'aménorrhées, par atrophie de l'endomètre.

    9. METRORRAGIE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DEBUT DE TRAITEMENT

    10. AMENORRHEE (CERTAIN FREQUENT)
      Peut se prolonger un à deux ans après la dernière injection du fait de l'élimination extrêmement longue du produit.

    11. SECHERESSE DU VAGIN (CERTAIN RARE)

    12. LEUCORRHEE (CERTAIN RARE)

    13. ACCIDENT THROMBOEMBOLIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ANTECEDENTS THROMBOEMBOLIQUES
      ASSOCIATION AUX OESTROGENES
      DIABETE
      HYPERTENSION ARTERIELLE
      OBESITE
      TABAGISME

    14. PHLEBITE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ANTECEDENTS THROMBOEMBOLIQUES
      ASSOCIATION AUX OESTROGENES
      OBESITE
      VARICES

    15. EMBOLIE PULMONAIRE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ANTECEDENTS THROMBOEMBOLIQUES
      ASSOCIATION AUX OESTROGENES
      OBESITE

    16. HYPERTENSION ARTERIELLE (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES
      TRAITEMENT PROLONGE

      En général modérée, réversible en 3 à 6 mois après l'arrêt du traitement.
      Pourrait s'expliquer par une action glucocorticoïde-like :
      - Nouv Presse Med 1980;9:35-38.

    17. INSUFFISANCE VEINEUSE(AGGRAVATION) (CERTAIN RARE)

    18. SOMNOLENCE (CERTAIN RARE)

    19. IRRITABILITE (CERTAIN RARE)

    20. INSOMNIE (CERTAIN RARE)

    21. CEPHALEE (CERTAIN RARE)

    22. VERTIGE (CERTAIN RARE)

    23. ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      TABAGISME
      HYPERTENSION ARTERIELLE
      ASSOCIATION AUX OESTROGENES

      Par analogie aux autres progestatifs.

    24. DEPRESSION (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ANTECEDENTS DE DEPRESSION

    25. NAUSEE (CERTAIN RARE)

    26. VOMISSEMENT (CERTAIN RARE)

    27. DOULEUR ABDOMINALE (CERTAIN RARE)

    28. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN RARE)

    29. ACNE (CERTAIN RARE)

    30. URTICAIRE (CERTAIN RARE)

    31. PRURIT (CERTAIN RARE)

    32. TROUBLE DE LA PIGMENTATION (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      EXPOSITION SOLAIRE

      A type de chloasma.

    33. CHLOASMA (CERTAIN RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      EXPOSITION SOLAIRE

    34. HEPATITE CHOLESTATIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ASSOCIATION AUX OESTROGENES

    35. ICTERE CHOLESTATIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      ASSOCIATION AUX OESTROGENES

    36. BILIRUBINEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    37. PHOSPHATASES ALCALINES(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    38. REACTION D'HYPERSENSIBILITE (CERTAIN TRES RARE)
      A type d'éruption cutanée, d'oedème de Quincke.

    39. OEDEME ANGIONEUROTIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    40. LIBIDO(DIMINUTION) (CERTAIN RARE)

    41. GALACTORRHEE (CERTAIN TRES RARE)
      Quelques cas rapportés pourraient s'expliquer par une action hypothalamo-hypophysaire.

    42. SYNDROME DE CUSHING (CERTAIN )
      - Ann Intern Med 1989;111:758-759.

    43. ENTEROCOLITE NECROSANTE (A CONFIRMER )
      Un cas rapporté :
      - Am J Dig Dis 1972;17:275-277.

    44. SURDITE (A CONFIRMER )
      Un cas rapporté :
      - J Laryngol Otol 1971;85:281.

    45. CANCER DU SEIN (A CONFIRMER )
      Controversé :
      - Lancet 1991;338: 833-838.
      Une méta-analyse ne montre pas d'augmentation du risque chez les femmes recevant des dépots de médroxyprogestérone acétate comme contraceptif :
      - JAMA 1995;273:799-804.

    46. ANEMIE SIDEROBLASTIQUE (A CONFIRMER )
      Un cas :
      - Br J Haematol 1994;87:859-862.

    47. OSTEOPOROSE (A CONFIRMER )
      Mise en évidence chez 13 femmes préménopausées, après un traitement de 20 mois par 50 milligrammes par jour de médroxyprogestérone, d'une réduction de la densité osseuse de 5,9 %, partiellement réversible à l'arrêt du traitement :
      - J Clin Endocrinol Metab 1996;81:1014-1017.
      Diminution de la densité osseuse chez 200 femmes utilisant une contraception par implant de medroxyprogesterone pendant au moins 2 ans; cet effet pourrait être plus marqué chez les grosses fumeuses:
      - Obstet Gynecol 1998;92:569-573.
      Diminution de la densité osseuse chez 183 femmes recevant une contraception par dépôts de médroxyprogestérone:
      - Obstet Gynecol 1999;93:233-238.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. DIABETE
      RIisque d'aggravation du diabète.

    2. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE

    3. HYPERTENSION ARTERIELLE

    4. VARICES

    5. DEPRESSION

    6. ALLAITEMENT

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      En raison du risque de virilisation d'un foetus de sexe féminin.

    2. EMBOLIE PULMONAIRE(ANTECEDENT)

    3. MALADIE THROMBOEMBOLIQUE
      Artérielle ou veineuse.

    4. ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL(ANTECEDENT)

    5. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE SEVERE

    6. MALADIE HEPATIQUE PREEXISTANTE
      Récente ou chronique. Antécédent d'ictère gravidique.

    7. HYPERTENSION ARTERIELLE SEVERE

    8. HYPERSENSIBILITE A CETTE SUBSTANCE

    9. PORPHYRIE

    10. PORPHYRIE AIGUE INTERMITTENTE

    11. PORPHYRIE CUTANEE

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE
    - 2 - INTRAMUSCULAIRE

    Posologie et mode d'administration

    Doses usuelles chez l'adulte :
    * Voie orale :
    Insuffisance lutéale : vingt à quarante milligrammes par jour du quinzième au vingt-quatrième jour du cycle.
    Cancer du sein : cinq cents à mille milligrammes par jour à répartir en deux prises.
    Prévention de l'ostéoporose : vingt milligrammes par jour.
    Prévention de l'ostéoporose préménopausique : dix milligrammes par jours, dix jours par mois :
    - Am J Med 1994;96:521-530.
    * Voie intramuscualire :
    Endométriose : cent cinquante à deux cent cinquante milligrammes par mois en une seule injection intramusculaire profonde.
    Contraception : une injection intramusculaire de cent cinquante milligrammes tous les trimestres.
    Cancer du sein : cinq cents milligrammes par jour en traitement d'attaque pendant quatre semaines, puis cinq cents milligrammes deux fois par semaine en traitement d'entretien.
    Cancer de l'endomètre : cinq cents à mille milligrammes par jour.

    Doses usuelles chez l'enfant :
    Puberté précoce idiopathique : une injection de cent cinquante à deux cent cinquante milligrammes tous les huit ou quinze jours.

    Surveillance du traitement : un examen médical est nécessaire avant et périodiquement en cours de traitement. Les contrôles porteront essentiellent sur le poids, la tension artérielle, l'état veineux, les seins, l'utérus, les frottis vaginaux et la glycémie.
    La survenue de troubles visuels, d'accidents thromboemboliques, de céphalées importantes impose l'arrêt du traitement.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 4 heure(s)

    Absorption
    Bonne résorption par le tube digestif.
    Durée d'action après une intramusculaire : 2 à 4 semaines.
    Répartition
    Ne passe pas dans le lait.
    Demi-Vie
    La demi-vie est de quatre heures après administration par voie intraveineuse

    Bibliographie

    - Therapie 1968;23:201.
    - Inpharma 1979;211:20.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :

    Principe actif présent en association dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil