ISOPROPAMIDE IODURE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 18/12/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    (CARBAMOYL-3 DIPHENYL-3,3 PROPYL)DIISOPROPYL METHYL AMMONIUM IODURE

    Ensemble des dénominations

    BAN : ISOPROPAMIDE IODIDE
    CAS : 71-81-8
    DCF : IODURE D'ISOPROPAMIDE
    DCIR : IODURE D'ISOPROPAMIDE
    autre dénomination : IODURE D'ISOPROPAMIDE
    bordereau : 602
    code expérimentation : R 55
    code expérimentation : R 79
    code expérimentation : SKF 4740
    dci : iodure d'isopropamide
    rINN : ISOPROPAMIDE IODIDE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : ISOPROPAMIDE
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. PARASYMPATHOLYTIQUE (principale certaine)

    2. ANTISECRETOIRE (principale certaine)

    3. SPASMOLYTIQUE (secondaire certaine)

    4. MYDRIATIQUE (secondaire certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Amonium quaternaire parasympatholytique possédant toutes les actions périphériques de l'atropine (tachycardie, bronchodilatation, mydriase, cycloplégie), mais l'action sur le tube digestif est prépondérante et l'emporte sur toutes les autres actions:
      Au niveau gastrique: diminution des secrétions pepsiques et chlorhydrique.
      Diminution de la motilité du tube digestif, diminution des secrétions salivaires, sudorales, bronchiques, gastriques, pancréatiques.
      Dépourvu d'effet sur le système nerveux central, l'amonium quaternaire ne franchit pas la barrière hématoencaphalique.

    Effets Recherchés

    1. PARASYMPATHOLYTIQUE (principal)

    2. ANTISECRETOIRE (principal)

    3. SPASMOLYTIQUE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. ULCERE GASTRIQUE (principale)

    2. ULCERE DUODENAL (principale)

    3. OESOPHAGITE (principale)

    4. GASTRITE (principale)

    5. DUODENITE (principale)

    6. ENTERITE (principale)

    7. COLITE SPASMODIQUE (principale)

    8. VOMISSEMENT (principale)

    9. ENURESIE (secondaire)

    10. RADIOLOGIE DIGESTIVE(ADJUVANT) (secondaire)
      Modification du comportement digestif

    Effets secondaires

    1. DYSURIE (CERTAIN RARE)

    2. RETENTION AIGUE D'URINE (CERTAIN RARE)

    3. SECHERESSE DE LA BOUCHE (CERTAIN FREQUENT)

    4. MYDRIASE (CERTAIN TRES RARE)

    5. TACHYCARDIE (CERTAIN FREQUENT)

    6. CONSTIPATION (CERTAIN FREQUENT)

    7. EXCITATION PSYCHOMOTRICE (CERTAIN TRES RARE)

    8. SOMNOLENCE (CERTAIN TRES RARE)

    9. TROUBLE DE L'ACCOMMODATION (CERTAIN TRES RARE)

    10. NAUSEE (CERTAIN TRES RARE)

    11. BOURDONNEMENT D'OREILLE (CERTAIN TRES RARE)

    12. REACTION ALLERGIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    13. GLAUCOME AIGU(CRISE DE) (CERTAIN )
      Très fréquent chez les sujets anatomiquement prédisposés à la fermeture de l'angle iridocornéen.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE CORONARIENNE

    2. TACHYCARDIE

    3. ILEUS PARALYTIQUE

    Contre-Indications

    1. ADENOME PROSTATIQUE

    2. INTOLERANCE A L'IODE

    3. GLAUCOME A ANGLE FERME

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle chez l'adulte:
    - par voie orale:
    Dix huit à vingt sept milligrammes par jour en 3 prises.
    - par voie intramusculaire:
    Un à neuf milligrammes par jour en 3 injections.
    - en radiologie:
    Six milligrammes en 1 injection 30 minutes avant l'examen.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil