DIHYDROCODEINE TARTRATE

Introduction dans BIAM : 7/4/1992
Dernière mise à jour : 3/8/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    4,5-époxy-3-méthoxy-17-méthylmorphinan-6 ol tartrate

    Ensemble des dénominations

    BANM : DIHYDROCODEINE TARTRATE
    CAS : 5965-13-9
    autre dénomination : DIHYDROCODEINE BITARTRATE
    autre dénomination : DROCODE BITARTRATE
    autre dénomination : HYDROCODEINE BITARTRATE
    bordereau : 2910
    code expérimentation : DF 118
    rINNM : DIHYDROCODEINE TARTRATE
    sel ou dérivé : CODEINE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : DIHYDROCODEINE
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANALGESIQUE (principale certaine)

    2. ANALGESIQUE CENTRAL (principale certaine)
      Opioïde faible (palier 2 de l'O.M.S.).

    3. ANTITUSSIF (principale certaine)

    4. SUBSTRAT DU CYTOCHROME P450 2D6 (principale certaine)

    5. SUBSTRAT DU CYP 2D6 (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Agoniste mu.
      Activité analgésique proche de la codéine, et de puissance voisine du dixième de celle de la morphine.
      Dépresseur respiratoire.
      Dépression cardiovasculaire probablement due à une libération d'histamine.
      Réduction de la motilité gastro-intestinale. Retarde la vidange gastrique. Augmente le tonus du sphincter d'Oddi.

    Effets Recherchés

    1. ANTALGIQUE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. DOULEUR (principale)
      Traitement symptomatique des syndromes douloureux d'intensité moyenne.

    2. DOULEUR DES CANCEREUX (principale)

    3. DOULEUR RHUMATISMALE (principale)

    4. DOULEUR POSTOPERATOIRE (principale)

    Effets secondaires

    1. NAUSEE (CERTAIN FREQUENT)

    2. VOMISSEMENT (CERTAIN FREQUENT)

    3. CONSTIPATION (CERTAIN FREQUENT)

    4. CEPHALEE (CERTAIN RARE)

    5. BRONCHOSPASME (CERTAIN TRES RARE)

    6. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN TRES RARE)

    7. REACTION ALLERGIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    8. VERTIGE (CERTAIN RARE)

    9. SOMNOLENCE (CERTAIN FREQUENT)

    10. DEPRESSION RESPIRATOIRE (CERTAIN TRES RARE)

    11. SYNDROME DE SEVRAGE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE
      DOSES ELEVEES

      Syndrome de sevrage aux opiacés

    12. INSOMNIE (CERTAIN TRES RARE)

    13. SECHERESSE DE LA BOUCHE (CERTAIN TRES RARE)

    14. HYPERSUDATION (CERTAIN TRES RARE)

    15. DOULEUR ABDOMINALE (CERTAIN TRES RARE)

    16. DOULEUR THORACIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Sensation d'oppression thoracique.

    Effets sur la descendance

    1. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    Pharmaco-Dépendance

    1. RISQUE MODERE
      Pharmacodépendance de type morphinique.

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE RENALE

    2. CIRRHOSE

    3. TOXICOMANIE
      Antécédents de toxicomanie.

    4. HYPOTHYROIDIE

    5. SUJET AGE

    6. ENFANT DE MOINS DE 15 ANS

    7. UTILISATEUR DE MACHINE
      Risque de somnolence.

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      Information manquante.

    2. ALLAITEMENT
      Information manquante.

    3. HYPERSENSIBILITE A CETTE SUBSTANCE

    4. INSUFFISANCE RESPIRATOIRE
      Risque de dépression respiratoire.

    5. ENFANT DE MOINS DE 1 AN

    6. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE
      Risque de surdosage.

    7. INSUFFISANCE RENALE SEVERE
      Risque de surdosage.

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Doses usuelles par jour, voie orale, chez l'adulte :
    cent vingts milligrammes par jour en deux prises (doses à ne pas dépasser).

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 4 heure(s)
    - 2 - ELIMINATION voie rénale

    Absorption
    95 à 100% de la dose sont résorbés par le tractus gastro-intestinal.
    Pic plasmatique à 1.6 - 1.8 heures, voisin de 70 microgrammes/l après une prise de 30 mg.
    Existence probable d'un effet de premier passage hépatique important.
    Demi-Vie
    4 heures.
    Métabolisme
    Métabolisme semblable à celui de la codéine.
    Elimination
    Elimination rénale.
    Principale voie d'élimination.

    Bibliographie

    - Brochure Hospitalière Lab SARGET1992. (CREATION)
    - Brochure Médicale Lab SARGET1992. (CREATION)

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr


    Retour à la page d'accueil