MIOCAMYCINE

Introduction dans BIAM : 27/9/1994
Dernière mise à jour : 15/3/1999
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    9,3''-diacétylmidécamycine

    Ensemble des dénominations


    CAS : 55881-07-7
    autre dénomination : DIACETYL MIDECAMYCINE
    autre dénomination : MIDECAMYCINE DIACETATE
    autre dénomination : MIOKAMYCIN
    autre dénomination : MOM
    autre dénomination : PONSINOMYCINE autre dénomination : DIACETATE DE MIDECAMYCINE
    bordereau : 3019

    Classes Chimiques


    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTIBIOTIQUE (principale certaine)

    2. ANTIBIOTIQUE ANTIBACTERIEN (principale certaine)
      Antibiotique de la classe des macrolides.
      Spectre antibactérien:
      * Espèces habituellement sensibles :
      streptocoques, staphylocoques méticilline-sensibles, Rhinosporidium equi,
      Branhamella catarrhalis, Bordetella pertussis, Helicobacter pylori, Campylobacter jejuni, Corynebacterium diphteriae, Moraxella,
      Mycoplasma pneumoniae, Coxiella, Chlamydia, Legionella, Treponema pallidum, Borrelia burgdorferi, leptospires, Propionibacterium acnes,
      Actinomyces, Eubacterium, Porphyromonas, Mobiluncus, Mycoplasma hominis.

      * Espèces modérément sensibles :
      Neisseria gonorrhoeae, Vibrio, Ureaplasma urealyticum.

      * Espèces résistantes :
      staphylocoques méticilline-résistants, Enterobacter, Pseudomonas,- Acinetobacter, Nocardia, Fusobacterium, Bacteroides fragilis, Hemophilus influenzae, Hemophilus parainfluenzae.

      * Espèces inconstamment sensibles :
      Streptococcus pneumoniae, entérocoques, Campylobacter coli ,
      Peptostreptococcus, Clostridium perfringens.

      En France, 30 à 40% des pneumocoques sont résistants à l'ensemble des macrolides, voire plus de 50% pour les pneumocoques de sensibilité diminuée à la pénicilline.

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Inhibe la synthèse protéique bactérienne en se fixant sur la sous-unité 50 S des ribosomes. Présente une activité sur des germes exprimant une résistance de type inductible vis-à-vis de l'érythromycine.

    Effets Recherchés

    1. ANTIBIOTIQUE (principal)

    2. ANTIBIOTIQUE ANTIBACTERIEN

    Indications Thérapeutiques

    1. INFECTION A GERMES SENSIBLES (principale)
      * Espèces habituellement sensibles :
      - streptocoques,
      - staphylocoques méticilline-sensibles,
      - Rhinosporidium equi,
      - Branhamella catarrhalis,
      - Bordetella pertussis,
      - Helicobacter pylori,
      - Campylobacter jejuni,
      - Corynebacterium diphteriae,
      - Moraxella,
      - Mycoplasma pneumoniae,
      - Coxiella,
      - Chlamydia,
      - Legionella,
      - Treponema pallidum,
      - Borrelia burgdorferi,
      - leptospires,
      - Propionibacterium acnes,
      - Actinomyces,
      - Eubacterium,
      - Porphyromonas,
      - Mobiluncus,
      - Mycoplasma hominis.

    2. INFECTION ORL (principale)

    3. ANGINE (principale)

    4. SINUSITE AIGUE (principale)

    5. INFECTION BRONCHOPULMONAIRE (principale)

    6. URETRITE (principale)
      A Chlamydia ou mycoplasmes.

    7. CERVICITE (principale)
      A Chlamydia ou mycoplasmes.

    Effets secondaires

    1. NAUSEE (CERTAIN RARE)

    2. VOMISSEMENT (CERTAIN RARE)

    3. DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN RARE)

    4. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN TRES RARE)

    5. EOSINOPHILIE (CERTAIN TRES RARE)

    6. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    7. DIARRHEE (CERTAIN RARE)

    Effets sur la descendance

    1. NON TERATOGENE CHEZ L'ANIMAL

    2. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE
      Réduire la posologie.

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      Information manquante.

    2. ALLAITEMENT
      Information manquante.

    3. HYPERSENSIBILITE A CETTE SUBSTANCE

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie orale :
    - Adulte : seize cents milligrammes par jour en 2 prises au cours des repas pendant en moyenne 10 jours.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - REPARTITION 47 % lien protéines plasmatiques
    - 2 - DEMI VIE 1 à 2 heure(s)
    - 3 - ELIMINATION voie fécale
    - 4 - ELIMINATION voie rénale

    Absorption
    Rapidement résorbée par le tractus gastro-intestinal. La résorption à partir de comprimés n'est pas modifiée par la prise d'aliments. Elle serait accrue par la prise d'aliments lors de l'utilisation sous forme de sirop.
    Répartition
    Importante diffusion tissulaire.
    Obtention de fortes concentrations dans le tissu et les sécrétions pulmonaires.
    Liaison aux protéines plasmatqiues : 47%.
    Demi-Vie
    La demi-vie est en moyenne de 1 heure. Elle est comprise entre 1 et 2 heures pour les différents métabolites. Elle est allongée en cas d'insuffisance hépatique.
    Métabolisme
    Rapidement métabolisée par le foie en divers métabolites possédant une activité bactérienne.
    Elimination
    *Voie fécale : principale voie d'élimination.
    *Voie rénale : moins de 5% de la dose administrée sont éliminés dans les urines.

    Bibliographie

    - Drugs 1993;46:720-745.
    - Brochure produit MOSIL, Laboratoire MENARINI (CREATION).

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr


    Retour à la page d'accueil