TRIPTORELINE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 30/5/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    PYROGLU-HIST-TRP-SER-TYR-DTRP-LEU-ARG-PRO-GLY

    Ensemble des dénominations


    CAS : 57773-63-4 DCI : TRIPTORELINE
    USAN : TRIPTORELIN
    autre dénomination : D-TRP-6-LHRH
    autre dénomination : DETRYPTORELINE
    autre dénomination : DTRP6-LHRH
    autre dénomination : GONADORELINE 6-D-TRP
    bordereau : 2768
    code expérimentation : AY-25650
    code expérimentation : BN-52014
    code expérimentation : CL-118532
    rINN : TRIPTORELIN
    sel ou dérivé : BUSERELINE ACETATE

    Classes Chimiques


    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANALOGUE DE LA LH-RH (principale certaine)

    2. INHIBITEUR DES SECRETIONS GONADOTROPES (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Décapeptide de synthèse analogue à la LH-RH .
      Après une phase de stimulation, entraine une inhibition de la secrétion de LH et de FSH , et par conséquent des fonctions testiculaires, conduisant à des taux de testostérone de castration en 2 à 4 semaines.
      Cette inhibition de la secrétion gonadotrope est dûe à une réduction du nombre de récepteurs hypophysaires en réponse à leur stimulation initiale.

    Effets Recherchés

    1. INHIBITION DES SECRETIONS GONADIQUES (principal)
      Un traitement prolongé entraîne une inhibition des sécrétions testiculaires et ovariennes

    Indications Thérapeutiques

    1. CANCER DE LA PROSTATE (principale)
      - Presse Med 1984;13:1443-1445.
      - Presse Med 1985;14,40:2045-2048.

    2. PARAPHILIE (secondaire)
      Dans les déviations sexuelles sévères ayant résisté à la cyproterone

    3. CANCER DE L'OVAIRE (à confirmer)
      En cas de forme évoluée, l'association de la triptoréline au traitement par la chirurgie et la chimiothérapie n'améliorerait pas les résultats (essai randomisé) :
      - Cancer 1996;78:1452-1460.

    4. PUBERTE PRECOCE (principale)
      N.ENGL.J.MED.1981,305:1546-1550

    5. ENDOMETRIOSE (principale)

    6. OVULATION(STIMULATION) (principale)
      Dans le cadre des protocoles de fécondation in vitro et de transfert d'embryons(fivete): gonadotrophine et triptoréline.

    7. CANCER DU SEIN METASTASE (à confirmer)
      - Lancet 1995;345:868.

    Effets secondaires

    1. DOULEUR AU POINT D'INJECTION (CERTAIN RARE)

    2. FIEVRE (CERTAIN RARE)

    3. HYPERSUDATION (CERTAIN RARE)
      A type de sueurs froides ou de sueurs nocturnes.

    4. DYSURIE(AGGRAVATION) (CERTAIN )
      Condition(s) Exclusive(s) :
      DEBUT DE TRAITEMENT
      CANCER DE LA PROSTATE

      Exacerbation transitoire des symptômes du cancer de la prostate, lié à la stimulation initiale de l'axe hypophysogonadique, elle peut être prévenue par l'association d'un anti-androgène en début de traitement.

    5. DOULEUR OSSEUSE(AGGRAVATION) (CERTAIN )
      Condition(s) Exclusive(s) :
      CANCER DE LA PROSTATE
      DEBUT DE TRAITEMENT

    6. HEMORRAGIE GENITALE (CERTAIN )
      Survient dans un tiers des cas lors du traitement des pubertés précoces. Il est nécessaire d'associer un traitement freinateur en début de traitement.

    7. BOUFFEE VASOMOTRICE (CERTAIN FREQUENT)

    8. HYPERTENSION ARTERIELLE (CERTAIN TRES RARE)
      Transitoire.

    9. NAUSEE (CERTAIN TRES RARE)

    10. DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN )

    11. CEPHALEE (CERTAIN TRES RARE)

    12. VERTIGE (CERTAIN RARE)

    13. PSYCHOSE (A CONFIRMER )
      Un cas après une deuxième injection-dépôt chez une femme :
      - Brit J Psychiatry 1999:175:290-291.

    14. SOMNOLENCE (CERTAIN TRES RARE)

    15. FAIBLESSE MUSCULAIRE (CERTAIN RARE)

    16. DYSPNEE (CERTAIN RARE)

    17. LIBIDO(DIMINUTION) (CERTAIN FREQUENT)

    18. IMPUISSANCE (CERTAIN FREQUENT)

    Précautions d'emploi

    1. CANCER DE LA PROSTATE
      IL EST NECESSAIRE DE VERIFIER PERIODIQUEMENT LA TESTOSTERONEMIE QUI NE DOIT PAS ETRE SUPERIEURE A UN NANOGRAMME PAR MILLILITRE.

    2. SPORTIFS
      Substance interdite :
      - Journal Officiel du 7 Mars 2000.

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      Il est impératif de vérifier l'absence de grossesse avant tout traitement pour endométriose.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 11 heure(s)

    Absorption
    Résorbé après administration par voie sous-cutanée ou intramusculaire.
    Demi-Vie
    11 h
    8 à 15 h, variable selon les sujets.

    Bibliographie

    - N Engl J Med 1981;305:663-667 ET 1546-1550.
    - Presse Med 1984 ;13:1443-1445.
    - Pathol Biol 1984;32:906-908.
    - Presse med 1985;14:2045.
    - Lancet 1985;2:1201.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil