BENETHAMINE PENICILLINE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 13/1/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    benzyl (phényléthyl) ammonium (6R)-6-(2-phenylacétamino)-penicillanate

    Ensemble des dénominations

    BAN : BENETHAMINE PENICILLIN
    CAS : 751-84-8
    DCF : PENICILLINE BENETHAMINE
    DCIR : BENETHAMINE PENICILLINE
    autre dénomination : BENETHAMINE BENZYLPENICILLINATE
    autre dénomination : BENETHAMINE BENZYLPENICILLINE
    autre dénomination : PENICILLINATE DE BENETHAMINE
    bordereau : 849
    bordereau : 850
    rINN : BENETHAMINE PENICILLIN
    sel ou dérivé : AZLOCILLINE SODIQUE
    sel ou dérivé : MEZLOCILLINE SODIQUE

    Classes Chimiques


    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTIBIOTIQUE (principale certaine)

    2. ANTIBACTERIEN (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Action bactéricide pour des concentrations voisines des concentrations bactériostatiques.
      Inhibiteur e la synthèse de la paroi bactérienne par inhibition des réactions de transpeptidation fermant les ponts polyglycine du mucopeptide pariétal.
      Agit surtout sur les cellules jeunes, en voie de multiplication active.
      Détruit par la pénicillinase.
      Résistance extra-chromosomique , enzymatique, lente à échelons multiples.

    Effets Recherchés

    1. ANTIBIOTIQUE (principal)

    2. ANTIBACTERIEN (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. INFECTION ORL (principale)
      A germes sensibles.

    2. INFECTION DENTAIRE (principale)
      A germes sensibles.

    3. INFECTION CUTANEE (principale)
      A germes sensibles.

    4. INFECTION BRONCHOPULMONAIRE (principale)
      A germes sensibles.

    5. INFECTION DES VOIES BILIAIRES (principale)
      Notamment infection vésiculaireà germes sensibles.

    6. INFECTION URINAIRE (principale)
      A germes sensibles.

    7. PORTAGE PHARYNGE DE MENINGOCOQUES (principale)

    8. GONOCOCCIE (principale)

    9. ANGINE DIPHTERIQUE (principale)

    10. PORTAGE PHARYNGE DE BACILLES DIPHTERIQUES (principale)

    11. INFECTION MAXILLOFACIALE A ACTINOMYCES (principale)

    12. LEPTOSPIROSE (principale)

    Effets secondaires

    1. REACTION ALLERGIQUE CUTANEE (CERTAIN RARE)

    2. ERUPTION URTICARIENNE (CERTAIN RARE)

    3. ERYTHEME GENERALISE (CERTAIN RARE)

    4. ERYTHRODERMIE (CERTAIN TRES RARE)

    5. PRURIT (CERTAIN TRES RARE)

    6. OEDEME ANGIONEUROTIQUE (CERTAIN RARE)

    7. CHOC ANAPHYLACTIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    8. REACTION D'HERXHEIMER (CERTAIN TRES RARE)

    9. BRONCHOSPASME (CERTAIN TRES RARE)

    10. COLLAPSUS CARDIOVASCULAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    11. MORT SUBITE (CERTAIN TRES RARE)

    12. FIEVRE (CERTAIN RARE)

    13. EOSINOPHILIE (CERTAIN TRES RARE)

    14. SYNDROME DE LOEFFLER (CERTAIN TRES RARE)
      Tableau clinique de pneumopathie aiguë fébrile, il nécessite l'arrêt du traitement étant donné le risque de fibrose pulmonaire :
      - Drugs 1977;13:422.

    15. DOULEUR ARTICULAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    16. DOULEUR MUSCULAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    17. ADENOPATHIE (CERTAIN TRES RARE)

    18. PROTEINURIE (CERTAIN TRES RARE)

    19. CYLINDRURIE (CERTAIN TRES RARE)

    20. GLOSSITE (CERTAIN TRES RARE)

    21. STOMATITE (CERTAIN TRES RARE)

    22. DIARRHEE (CERTAIN TRES RARE)

    23. ENTEROCOLITE DYSENTERIFORME (CERTAIN TRES RARE)

    24. CANDIDOSE MUQUEUSE (CERTAIN RARE)

    25. DOULEUR AU POINT D'INJECTION (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      VOIE INTRAMUSCULAIRE

    26. NECROSE ARTERIELLE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Exclusive(s) :
      INJECTION INTRAARTERIELLE

    27. AGREGATION PLAQUETTAIRE(DIMINUTION) (CERTAIN TRES RARE)

    28. APLASIE MEDULLAIRE (CERTAIN TRES RARE)

    29. SYNDROME DE HOIGNE (CERTAIN RARE)

    30. SYNDROME LUPIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Par hypersensibilité.

    31. SYNDROME HEMORRAGIQUE (A CONFIRMER )

    32. GLYCEMIE(DIMINUTION) (A CONFIRMER )

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. ASTHME

    2. TERRAIN ALLERGIQUE

    3. ALLERGIE AUX CEPHALOSPORINES
      De 1ère et 2ème génération, risque faible avec la 3ème génération.
      - Arch Int Med 1992;152:930-937.

    4. ALLERGIE A UNE AMINOPENICILLINE

    Contre-Indications

    1. ALLERGIE A LA PENICILLINE G

    2. LUPUS INDUIT

    Voies d'administration

    - 1 - INTRAMUSCULAIRE

    Posologie et mode d'administration

    N'est commercialisé en France que sous forme d'association:

    Cent milligrammes sont équivalents à environ cent mille unités de pénicilline G.
    Associé à la pénicilline G pour obtenir immédiatement des concentrations sanguines efficaces.

    L'apparition de manifestations allergiques impose l'arrêt immédiat du traitement, et l'usage éventuel de corticoïdes injectables et /ou d'antihistaminiques.
    Dans les formes graves de réactions allergiques, hospitalisation d'urgence en service de réanimation, avec ventilation, massage cardiaque, remplissage vasculaire sous contrôle de la pression veineuse.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - REPARTITION 50 % lien protéines plasmatiques
    - 2 - REPARTITION lait
    - 3 - ELIMINATION voie rénale
    - 4 - ELIMINATION voie biliaire

    Absorption
    Après intramusculaire profonde, libération lente de pénicilline G : concentration sanguine efficace après 3 heures, et durant 3 ou 4 jours.
    Répartition
    Liaison aux protéines plasmatiques : 50%
    Traverse la barrière placentaire.
    Passe dans le lait.
    Ne traverse pas la barrière méningée, sauf en cas d'inflammation des méninges : on retrouve alors 5% du taux sérique dans le LCR.
    Diffusion rapide dans tous les tissus.
    Métabolisme
    Mécanisme hépatique : la pénicilline est transformée en acide pénicilloïque sous l'action de la pénicillinase.
    Elimination
    *Voie Rénale : 60 à 90% de la dose administrée sont excrétés dans les 24 heures; 10% par filtration glomérulaire, 90% par sécrétion tubulaire.
    Elimination sous forme d'acide penicilloïque et d'acide phénacéturique.
    Le probénécide inhibe la sécrétion tubulaire.
    *Voie bilaire : faible élimination par les fécès due à l'excrétion bilaire.

    Bibliographie

    - Drugs 1993;45:866-894.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil