CYPROTERONE ACETATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 29/11/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    CHLORO-6 HYDROXY-17ALPHA METHYLENE-1ALPHA,2ALPHA PREGNADIENE- 4,6 DIONE-3,20 ACETATE

    Ensemble des dénominations

    autre dénomination : ACETATE DE CYPROTERONE
    autre dénomination : SH 714
    bordereau : 2464

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : CYPROTERONE
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTIANDROGENIQUE (principale certaine)

    2. PROGESTATIF (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Le mécanisme reste à confirmer: inhiberait par compétition la testostérone au niveau des récepteurs.
      La composante progestagène permettrait d'éviter l'élévation du taux plasmatique de testostérone dûe à l'élévation du taux des gonadotrophines.

    Effets Recherchés

    1. ANTIANDROGENE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. CASTRATION CHIMIQUE (principale)

    2. PARAPHILIE (principale)
      Ensemble des déviations sexuelles chez l'homme.

    3. CANCER DE LA PROSTATE (principale)
      Controverse, l'association acétate de cyprotérone-castration chirurgicale ou médicale (leuproréline) n'améliorerait pas la survie par rapport à la castration seule :
      - Lancet 1995;346:265-269.

    4. ACNE (secondaire)
      En association avec l'éthinylestradiol :
      - Pharmacol Ther 1985;24:533-534.

    Effets secondaires

    1. STERILITE MASCULINE (CERTAIN FREQUENT)
      Réversible à l'arrêt du traitement.

    2. GYNECOMASTIE (CERTAIN FREQUENT)
      En général réversible à l'arrêt du traitement.
      Un cas non réversible à l'arrêt du traitement , nécessitant une mastectomie bilatérale chez un homme traité également par la clozapine et la clomipramine:
      - Breast 1997;6:306.

    3. GALACTORRHEE (CERTAIN FREQUENT)
      Réversible à l'arrêt du traitement.

    4. DEPRESSION (CERTAIN RARE)
      Réversible à l'arrêt du traitement.

    5. CEPHALEE (CERTAIN RARE)
      Réversible à l'arrêt du traitement.

    6. ANEMIE (CERTAIN RARE)
      Réversible à l'arrêt du traitement.

    7. NAUSEE (CERTAIN RARE)
      Réversible à l'arrêt du traitement.

    8. VOMISSEMENT (CERTAIN RARE)
      Réversible à l'arrêt du traitement.

    9. DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN RARE)
      Réversible à l'arrêt du traitement.

    10. INSTABILITE TENSIONNELLE (CERTAIN RARE)
      Réversible à l'arrêt du traitement.

    11. SOMNOLENCE (CERTAIN FREQUENT)
      Réversible à l'arrêt du traitement.

    12. HYPERTENSION ARTERIELLE (CERTAIN )
      Condition(s) Exclusive(s) :
      FORTES DOSES

      - Scand J Urol Nephrol 1978;12:115-118.

    13. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)
      Un cas décrit et trois cas dans la littérature :
      - Gut 1990;31:556-557.

    14. HEPATITE MIXTE (CERTAIN TRES RARE)
      Un cas après trois mois de traitement :
      - Rev Med Int 1992;13:245.

    15. HEPATITE FULMINANTE (CERTAIN TRES RARE)
      - Gastroenterol Clin Biol 1991;15:772-773.
      Un nouveau cas décrit, cinq autres cités :
      - Therapie 1994;48:153.
      Deux cas fatals chez des sujets âgés :
      - Ann Pharmacother 1995;29:634.
      Un cas fatal :
      - Gastroenterol Clin Biol 1996;20:915-916.
      Deux cas fatals chez des sujets âgés :
      - Dig Dis Sci 1999;44:1362-1363.

    16. HEPATITE CYTOLYTIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Onze cas recueillis par les CRPV :
      - Concours Med 1993;115:3294-3298.

    17. THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE (A CONFIRMER )
      Un cas après 5 mois de traitement :
      - Lancet 1990;336:509.

    18. ENCEPHALOPATHIE HEPATIQUE (A CONFIRMER )
      Un cas chez un sujet âgé :
      - Gut 1990;31:556-557.

    19. CANCER DU FOIE (A CONFIRMER )
      Carcinome hépatocellulaire, un cas :
      - Am J Clin Oncol 1994;17:390-392.
      Trois cas décrits de carcinomes hépatocellulaires :
      - Lancet 1994;344:1567-1568.
      La cyprotérone possèderait une hépatotoxicité et pourrait être à l'origine de rares cas de cancer du foie (notion contestée par certains auteurs) :
      - Reactions 1995;534:2.
      Un cas décrit de carcinome hépatocellulaire:
      - Presse Méd 2000:29:1983

    20. ACUITE VISUELLE(DIMINUTION) (A CONFIRMER )
      Un cas rapporté :
      - Br Med J 1992;305:159.

    21. PNEUMONIE (A CONFIRMER )
      Un cas après 4 mois de traitement chez une femme jeune.
      Réversible à l'arrêt du traitement, reprise lors de la réintroduction.
      - Southern Med J 1997;90:1048-1049.

    22. ERUPTION CUTANEE (A CONFIRMER )
      Un cas d'éruption fixe après 2 mois de traitement:
      - Allergy 1998;53:813.

    Effets sur la descendance

    1. FEMINISATION D'UN FOETUS MASCULIN
      Risque majeur.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. DIABETE

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      En raison du risque de féminisation d'un foetus de sexe masculin, produit formellement contre-indiqué chez la femme enceinte. Il est nécessaire de s'assurer de l'absence de grossesse avant de commencer un traitement.

    2. ALLAITEMENT
      Passe dans le lait maternel.

    3. TUBERCULOSE
      En raison des propriétés antianaboliques et asthéniantes.

    4. SYNDROME DEPRESSIF

    5. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE SEVERE

    6. ANTECEDENTS THROMBOEMBOLIQUES

    7. PORPHYRIE

    8. ENFANT

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie orale chez l'adulte:
    * Castration chimique:
    Cent à deux cents milligrammes par jour.
    La réduction de posologie sera très progressive (de vingt à cinquante milligrammes par intervelles de 3 à 4 semaines).

    * carcinome prostatique:
    Jusqu'à quatre cents milligrammes par jour.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - DEMI VIE 42 heure(s)
    - 2 - ELIMINATION voie rénale
    - 3 - ELIMINATION voie fécale

    Absorption
    10 à 30% de la dose administrée sont résorbés par le tractus gastro-intestinal.
    Répartition
    Importante fixation au niveau du tissu adipeux.
    Demi-Vie
    42 h
    De 36 à 48 h.
    Elimination
    Voie rénale.
    Voie fécale.

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :

    Principe actif présent en association dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil