BUSULFAN

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 30/3/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    1,4-bis(méthanesulfonyloxy)butane

    Ensemble des dénominations

    BAN : BUSULPHAN
    CAS : 55-98-1
    DCF : BUSULFAN
    DCIR : BUSULFAN
    autre dénomination : BUSULPHAN
    autre dénomination : MYELOSAN
    autre dénomination : TETRAMETHYLENE DIMESYLATE
    bordereau : 873
    code expérimentation : CB-2041
    code expérimentation : GT-41
    code expérimentation : NSC-750
    code expérimentation : WR-19508
    rINN : BUSULFAN

    Classes Chimiques


    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. ANTINEOPLASIQUE (principale certaine)

    2. AGENT ALKYLANT (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Forme après libération d'un méthane sulfonate, un dérivé réactif pouvant se combiner avec des groupements nucléophiles (SH, NH2, COOH, OH, phosphates) .
      Etablit ainsi au niveau des nucléoprotéines, des ponts stables empêchant la réplication de l'ADN , d'où effet cytostatique par blocage de la mitose.

    Effets Recherchés

    1. ANTICANCEREUX (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. LEUCEMIE MYELOIDE CHRONIQUE (principale)
      Traitements symptomatiques permettant une diminution des signes cliniques et biologiques :
      - Thérapie 1961;16:751-754.
      - Cancer 1983;50:1683.

    2. MALADIE DE VAQUEZ (secondaire)
      - New Engl J Med 1978;298:279.

    3. THROMBOCYTEMIE (secondaire)

    4. MYELOME MULTIPLE (secondaire)

    5. GLIOME MALIN CEREBRAL (information négative)
      Etude pilote de l'association busulfan-thiotépa à fortes doses après radiothérapie chez 36 malades : pas d'effet décelé :
      - Cancer 2000;88:685-692.

    Effets secondaires

    1. ALOPECIE (CERTAIN TRES RARE)

    2. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN TRES RARE)

    3. COLORATION DE LA PEAU (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

      Pigmentation cutanée brune diffuse, isolée ou incluse dans un syndrome pseudo-addisonien :
      - Sem Hop Paris 1962;38:3553-3556.

    4. MELANODERMIE (CERTAIN FREQUENT)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

    5. ANHIDROSE (CERTAIN RARE)

    6. SECHERESSE DE LA BOUCHE (CERTAIN RARE)

    7. NAUSEE (CERTAIN TRES RARE)

    8. VOMISSEMENT (CERTAIN TRES RARE)

    9. TOXICITE HEPATIQUE (CERTAIN TRES RARE)

    10. ICTERE (CERTAIN TRES RARE)

    11. BILIRUBINEMIE CONJUGUEE(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    12. BSP(RETENTION) (CERTAIN TRES RARE)

    13. PHOSPHATASES ALCALINES(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    14. HEPATITE CHOLESTATIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Toxicité indépendante de la dose.

    15. AMENORRHEE (CERTAIN FREQUENT)

    16. GYNECOMASTIE (CERTAIN RARE)

    17. AZOOSPERMIE (CERTAIN RARE)

    18. IMPUISSANCE (CERTAIN RARE)

    19. SYNDROME PSEUDOADDISONIEN (CERTAIN RARE)

    20. LEUCOPENIE (CERTAIN FREQUENT)
      Survient vers le dixième jour du traitement, et se poursuit 2 semaines après l'arrêt.

    21. ANEMIE (CERTAIN FREQUENT)

    22. THROMBOPENIE (CERTAIN FREQUENT)

    23. APLASIE MEDULLAIRE (CERTAIN FREQUENT)
      Peut apparaître plus de deux mois après l'arrêt du traitement, elle commence par une atteinte de la lignée blanche.
      La récupération est lente (1 mois à 2 ans) :
      - Sem Hop Paris 1969;45:964-970.

    24. SECHERESSE DE L'OEIL (CERTAIN RARE)

    25. CATARACTE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

      - Cancer 1982;49:1949-2002.
      Cataracte sous-capsulaire postérieure :
      - Br Med J 1972;1:218.
      - JAMA 1977;238:1951.

    26. PNEUMONIE (CERTAIN RARE)
      L'apparition d'une fièvre, d'une toux et d'une dyspnée doit faire immédiatement arrêter le traitement et pratiquer un examen cytologique de l'expectoration à la recherche de cellules dysplasiques.

    27. FIBROSE PULMONAIRE (CERTAIN )
      Condition(s) Favorisante(s) :
      TRAITEMENT PROLONGE

      - Acta Med Scand 1972;192:129.
      - Thorax 1968;23:187.
      - Ann Intern Med 1966;64:154.
      Fibrose interstitielle diffuse se manifestant par une insuffisance respiratoire progressive et irréversible.
      L'atteinte pulmonaire doit être recherchée par un examen cytologique de l'expectoration (lavage-brossage alvéolaire).
      Lésion histologique :
      Hyperplasie des pneumocytes type II :
      - Haematologica 1980;65469-474.
      Dégénérescence des pneumocytes type I, un cas fatal :
      - Z Klin Med 1989;44:1595.

    28. CRISE CONVULSIVE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTES DOSES

      Un cas :
      - Ann Intern Med 1989;111:543-544.
      Autres références :
      - Lancet 1984;2:1463.
      - Ann Intern Med 1987;106:173.
      - Lancet 1995;346:1238.

    Effets sur la descendance

    1. RETINOPATHIE DEGENERATIVE
      Dégénérescence rétinienne chez un nouveau-né dont la mère recevait du busulfan pendant le dernier trimestre de la grossesse :
      - Klin Monatsbl Augenh 1977;170:818.

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE

    2. MYELOFIBROSE

    3. INSUFFISANCE RENALE SEVERE

    4. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE SEVERE

    5. APLASIE MEDULLAIRE

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Doses usuelles par voie orale :
    Adultes : cent à deux cents microgrammes par kilo et par jour (0,1 à 0,2 mg/kg/j) en traitement d'induction de la leucémie myéloïde chronique.
    .
    Le traitement sera associé à une hyperhydratation préalable et à un traitement hypouricémiant.
    Du fait de son effet retardé, le traitement sera arrêté dès que le nombre de leucocytes est de 10.000 par mm3.
    .
    Surveillance du traitement :
    - surveillance clinique, arrêt du traitement en cas d'apparition d'une pneumopathie.
    - surveillance hématologique.
    - surveiller l'uricémie.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - ELIMINATION 16 à 46 % voie rénale

    Absorption
    Bonne résorption par tube digestif.
    Répartition
    Après administration intraveineuse, disparait du sang en 3 minutes.
    Métabolisme
    Voir mécanisme d'action.
    Elimination
    (VOIE RENALE)
    16 à 46% de la dose administrée sont éliminés sous forme d'acide méthanesulfonique.

    Bibliographie

    - Br Med J 1970;4:261.
    - Arzneimittelforschung 1966;16:45.
    - Ann Pharmacother 1994;28:1055-1062. (REVUE, 50 références)*
    - Dossier CNHIM 2001;22:114

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil