FLUPHENAZINE DECANOATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 11/12/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    décanoate de 2-{4-[3-(2-trifluorométhylphénothiazin-10-yl)propyl]piperazin-1-yl}éthyl

    Ensemble des dénominations

    BANM : FLUPHENAZINE DECANOATE
    CAS : 5002-47-1
    DCIM : DECANOATE DE FLUPHENAZINE
    autre dénomination : DECANOATE DE FLUPHENAZINE
    bordereau : 1529
    rINNM : FLUPHENAZINE DECANOATE
    sel ou dérivé : FLUPHENAZINE DICHLORHYDRATE
    sel ou dérivé : FLUPHENAZINE ENANTATE

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : FLUPHENAZINE
    Regime : liste I

    Proprietés Pharmacologiques

    1. PSYCHOLEPTIQUE (principale certaine)

    2. NEUROLEPTIQUE (principale certaine)

    3. ANTIDELIRANT (principale certaine)

    4. ANTIHALLUCINATOIRE (principale certaine)

    5. ANTIEMETIQUE (secondaire certaine)

    6. ADRENOLYTIQUE (secondaire certaine)

    7. HYPOTHERMISANT (secondaire certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Identique à la fluphenazine dichlorhydrate, soit:
      Pas d'action corticale directe.
      Hypothermiant par dépression de l'hypothalamus (mécanisme adrénolytique).
      Indifférence émotionelle: action sur le système limbique;
      Syndrome extrapyramidal: inhibition des neurones dopaminergiques centraux à effets inhibiteurs (au niveau des noyaux gris centraux).
      Action sur la formation réticulée: diminution de l'influence activatrice sur la cortex: sedation de nature antiadrénergique, révélation des effets inhibiteurs normaux d'origine sinocarotidienne et vagale.
      Myorelaxant par inhibition de l'action régulatrice de la formation réticulée descendante et depression des réflexes polysynaptiques.
      La salification par le décanoate entraine une action très prolongée voisine de 3 semaines.

    Effets Recherchés

    1. NEUROLEPTIQUE (principal)

    2. NEUROLEPTIQUE RETARD (principal)

    3. ANTIDELIRANT (principal)

    4. ANTIHALLUCINATOIRE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. DELIRE CHRONIQUE (principale)

    2. SCHIZOPHRENIE (principale)

    3. HALLUCINATION (principale)

    4. ACCES MANIAQUE (principale)

    Effets secondaires

    1. SYNDROME MALIN DES NEUROLEPTIQUES (CERTAIN )
      Serait 2 à 3 fois plus fréquent en cas d'utilisation des formes retard. Serait 10 fois plus fréquent lors de l'utilisation des formes retard sans prise conjointe d'antiparkinsonien :
      - Am J Psychiatry 1990;147:1149-1155.
      Un cas lors du sevrage :
      - Br J Psychiatry 1994;164:120-122.

    2. GYNECOMASTIE (CERTAIN )
      - Concours Med 1989;111:1171-1176.

    3. GALACTORRHEE (CERTAIN )

    4. ANEJACULATION (CERTAIN TRES RARE)

    5. IMPUISSANCE (CERTAIN TRES RARE)

    6. PRIAPISME (CERTAIN TRES RARE)

    7. ANORGASMIE (CERTAIN TRES RARE)
      Chez la femme
      -J Sex Marital Ther 1988;14:202-207

    8. SOMNOLENCE (CERTAIN )

    9. INSOMNIE (CERTAIN )

    10. SEDATION (CERTAIN )

    11. INDIFFERENCE (CERTAIN )

    12. EXCITATION PSYCHOMOTRICE (CERTAIN )

    13. ANXIETE (CERTAIN )

    14. FLUSH (CERTAIN )
      Congestion du visage

    15. HYPERSUDATION (CERTAIN )

    16. NAUSEE (CERTAIN )

    17. DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN )

    18. HYPOTENSION ARTERIELLE (CERTAIN )

    19. VERTIGE (CERTAIN )

    20. ASTHENIE (CERTAIN )

    21. SYNDROME EXTRAPYRAMIDAL (CERTAIN )

    22. AKATHISIE (CERTAIN RARE)
      - J R Soc Med 1985;78:748.

    23. LEUCOPENIE (CERTAIN )

    24. AGRANULOCYTOSE (CERTAIN )

    25. THROMBOPENIE (CERTAIN )
      - Pharmacotherapy 1984;4:227.

    26. ERUPTION CUTANEE (CERTAIN )

    27. SIALORRHEE (CERTAIN )

    28. FIEVRE (CERTAIN )

    29. SYNDROME PALEUR-HYPERTHERMIE (CERTAIN )
      Condition(s) Favorisante(s) :
      FORTE DOSE

      Egalement lors de l'augmentation trop rapide de la posologie.

    30. INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE (CERTAIN )

    31. MORT SUBITE (CERTAIN )

    32. PORPHYRIE CUTANEE(AGGRAVATION) (CERTAIN )

    33. GLAUCOME AIGU(CRISE DE) (CERTAIN )
      Très fréquent chez les sujets anatomiquement prédisposés à la fermeture de l'angle iridocornéen.

    34. DYSKINESIE TARDIVE (CERTAIN RARE)
      Survenant à l'arrêt d'un traitement au long cours.

    35. ICTERE (CERTAIN TRES RARE)

    36. PRURIT (CERTAIN TRES RARE)

    37. BILIRUBINEMIE CONJUGUEE(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    38. BSP(RETENTION) (CERTAIN FREQUENT)

    39. PHOSPHATASES ALCALINES(AUGMENTATION) (CERTAIN FREQUENT)

    40. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN TRES RARE)

    41. HEPATITE CHOLESTATIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Hypersensibilité probable :
      - Pharmacotherapie 1984;4:227.

    42. HEPATITE MIXTE (CERTAIN TRES RARE)
      Cytolyse généralement modérée.

    43. SECRETION INAPPROPRIEE D'ADH (A CONFIRMER )
      - Ann Intern Med 1975;82:811-812.

    Effets sur la descendance

    1. DETRESSE RESPIRATOIRE NEONATALE
      Détresse respiratoire néonatale associée à une rhinorrhée chez un enfant dont la mère avait été traitée par fluphénazine (sel non précisé) pour schizophrénie :
      - Ann Pharmacother 1996;30:35-37.

    2. RHINORRHEE
      Détresse respiratoire néonatale associée à une rhinorrhée chez un enfant dont la mère avait été traitée par fluphénazine (sel non précisé) pour schizophrénie :
      - Ann Pharmacother 1996;30:35-37.

    Précautions d'emploi

    1. CACHEXIE

    2. MALADIE D'ADDISON

    3. ATHEROSCLEROSE SEVERE

    4. HEPATITE

    5. INSUFFISANCE CARDIAQUE SEVERE

    6. INSUFFISANCE RENALE SEVERE

    7. EPILEPSIE(PETIT MAL)

    8. ANESTHESIE GENERALE

    9. ALLAITEMENT
      Bien qu'aucun accident n'ait été décrit.

    Contre-Indications

    1. INTOXICATION BARBITURIQUE

    2. INTOXICATION ETHYLIQUE

    3. GLAUCOME A ANGLE FERME

    4. GROSSESSE
      Détresse respiratoire néonatale associée à une rhinorrhée chez un enfant dont la mère avait été traitée par fluphénazine (sel non précisé) pour schizophrénie :
      - Ann Pharmacother 1996;30:35-37.

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie intramusculaire:
    VIngt cinq à deux cents milligrammes (dose maximum) par injection généralement espacées de 3 semaines.
    Tester la sensibilité du patient à la fluphénazine par une administration orale avant la première injection.
    Mise en route du traitment en milieu hospitalier, posologie et rythme d'administration en fonction de la tolérance et des résultats cliniques.
    Il est nécessaire d'associer un antiparkinsonien pour éviter les syndromes extrapyramidaux et le syndrome malin des neuroleptiques.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - REPARTITION lait

    Absorption
    Administration par voie IM.
    Répartition
    Durée d'action voisin de 3 semaines.
    Passe dans le lait.
    Elimination

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil