INTERFERON BETA 1B

Introduction dans BIAM : 18/7/1995
Dernière mise à jour : 22/3/2001
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    Protéine diffusible, antérieurement connue sous le nom d'interféron fibroblastoïde, produite selon l'information codée par une espèce de gène interféron

    Ensemble des dénominations


    CAS : 145155-23-3 USAN : INTERFERON BETA-1B
    autre dénomination : IFN-û 1B
    bordereau : 3004
    code expérimentation : SH-Y-579A

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : INTERFERON BETA
    Regime : liste I
    Remarque sur le regime : JO 28/10/1997

    Proprietés Pharmacologiques

    1. IMMUNOMODULATEUR (principale certaine)

    2. ANTIVIRAL (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Le mécanisme de l'action bénéfique dans la sclérose en plaques reste à préciser. Pourrait être due à un ralentissement de la croissance des lymphocytes, qui par le biais de la formation de divers composés (comme l'interféron gamma et des protéines de croissance) détruisant les gaines de myéline.
      Pourrait également être lié à la réduction de l'expression de la NO synthase inductible par les cellules gliales :
      - Ann Neurol 1998;43:384-387.
      Une augmentation de la synthèse et de la secrétion de TGF bêta (Transforming Growth Factor) pourrait contribuer à l'activité antiinflammatoire dans le traitement de la sclérose en plaques:
      - J Neuroimmunol 1998;91:73-81.
      L'inhibition sélective de l'expression de la NO synthétase inductible par les astrocytes pourrait contribuer à son activité anti-inflammatoire et cytoprotectrice au cours de la sclérose en plaques:
      - Ann Neurol 1998;43:384-387.
      L'activité favorable dans la sclérose en plaques serait corrélée avec une baisse de la métalloprotéase 9 sérique (métalloprotéase dégradant la matrix exprimée autour des plaques) :
      - Neurology 1999;53,1402-1408.

    Effets Recherchés

    1. IMMUNOMODULATEUR (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. SCLEROSE EN PLAQUES (principale)
      Indication approuvée par la FDA.
      Diminution de l'incidence des poussées et des nouvelles atteintes.
      - Drugs 1992;44:946-962.
      - Neurology 1993;43:641-643.
      - Med Hyg 1993;51:1809.
      - Lancet 1994;344:1057-1060.
      Etudes multicentriques :
      - Neurology 1993;43:655-661.
      - Neurology 1993;43:662-667.
      Méta-analyse rassemblant 372 sujets :
      - Ann Pharmacother 1994;28:610-616.
      L'activité de l'interféron bêta-1-B est certaine mais modeste sur la fréquence des poussées et l'augmentation du volume lésé à l'IRM :
      - Neurology 1993:43:655-661.
      Autres références :
      - BMJ 1996;313:1159.
      - BMJ 1996;313;1195-1196.
      Revue de cette indication:
      - Presse Med 1997;26:1700-1702.
      Etude randomisée chez plus de 700 patients: ralentissement significatif de l'évolution :
      - Lancet 1998;352:1486-1487 (editorial) et 1491-1497 et 1498-1504.
      Le développement d'anticorps neutralisant l'interferon réduirait l'activité au cours du traitement :
      - Neurology 1999;52:1239-1243.
      Mais ces anticorps disparaîtraient lors de traitements prolongés :
      - Neurology 1999;52:1277-1278.
      Autre reférence :
      - CNS Drugs 1999;11:289-306.
      Etude sur 718 patients montrant en IRM une réduction de la progression des lésions existantes et une réduction de l'apparition des nouvelles lésions :
      - Ann Neurol 1999;46:850-859.
      Autre référence :
      - Drugs 2000;59:401-410.

    2. ENCEPHALITE VIRALE (à confirmer)
      - Infection 1992;20:207-212.

    3. SYNDROME DE GUILLAIN-BARRE (à confirmer)
      En association aux immunoglobulines IV :
      - Biodrugs 2000;14:1-11.

    4. CONDYLOME ACUMINE (à confirmer)
      Condylome acuminé génital
      En injection intra-lésionnelle ou intra-musculaire :
      - Ann Intern Med 1988;108:675-679.

    5. CANCER DU SEIN (à confirmer)
      - Anticancer Res 1992;12:869-872.

    6. INFECTION A PAPOVAVIRUS (à confirmer)
      Infection vulvaire à papillomavirus :
      - J Reprod Med 1993;38:117-120.

    7. GLIOME MALIN (à confirmer)
      - Cancer 1990;65:78-83.

    8. MELANOME METASTASE (à confirmer)
      - Clin Invest Med 1986;9:33-40.

    9. SARCOME DE KAPOSI (à confirmer)
      - Ann Intern Med 1990;112:582-589.

    10. CANCER DE LA VESSIE (à confirmer)
      - Br J Urol 1992;70:169-173.

    11. HEPATITE CHRONIQUE A VIRUS B (à confirmer)
      - Am J Gastroenterol 1993;88:212-216.
      Etude pilote chez des enfants résistants à l'interféron alfa :
      - Pediatrics 1997;99:222-225.
      Etude pilote en association à l'interferon gamma:
      - Hepatogastroenterology 1998;45:2282-2294.

    12. HEPATITE CHRONIQUE A VIRUS C (à confirmer)
      - Lancet 1991;338:914-915.
      Essai randomisé chez 92 malades: l'augmentation des doses permettrait d'obtenir une faible efficacité:
      - Ital J Gastroenterol Hepatol 1998;30:185-188.
      Etude pilote chez 20 malades non répondeurs à l'alfa interféron:
      - Am J Gastroenterol 1998;93:950-953.
      Essai randomisé: administration de 6 MU /jour, soit 1 fois par jour, soit 2 fois/jour : l'administration biquotidienne entrainerait la disparition de la virémie plus fréquemment, mais serait responsable d'une augmentation des effets indésirables:
      - Hepatol Res 1998;12:240-251.
      Etude pilote chez 38 malades :
      - J Viral Hepat 1999:6:315-319.
      Essai randomisé chez des malades ne répondant pas à l' interféron alfa : l'interferon beta serait plus efficace à court terme que l'association interferon alpha-ribavirine:
      - Scand J Gastroenterol 1999;34:928-933.
      Essai randomisé vs placebo chez 61 malades ayant une cirrhose secondaire à une hépatite B. Pas d'amélioration clinique, biochimique ni virologique :
      - Hepatogastroenterol 1999;46:3216-3222.
      Dans l'hépatite chronique à virus C, une administration biquotidienne serait supérieure à l'administration unique:
      - Hepatol Res 2000;18:310-319

    13. HEPATITE AIGUE A VIRUS C (à confirmer)
      Essai randomisé chez 40 malades: pas d'effet décelé:
      - Ital J Gastroenterol Hepatol 1998;30:181-184.

    14. HERPES GENITAL (à confirmer)
      - Lancet 1988;1:150-152.

    15. LEUCEMIE (à confirmer)
      - Eur J Haematol 1987;39:282-287.

    16. SARCOME DES PARTIES MOLLES (à confirmer)
      - Cancer Treat Rep 1986;70:293-294.

    Effets secondaires

    1. DOULEUR AU POINT D'INJECTION (CERTAIN FREQUENT)

    2. SYNDROME PSEUDOGRIPPAL (CERTAIN FREQUENT)
      Sa fréquence pourrait être réduite de moitié par l'association prednisone-paracétamol:
      - Neurology 1998;50:1910-1912.
      Atteindrait jusqu'à 75% des patients. Débute 3 à 6h après l'injection et s'améliore dans les 24h. Pourrait être réduit par l'utilisation de demi -doses durant les 4 à 6 premières semaines et en pratiquant l'injection au coucher. L'administration de corticoïdes ou d'AINS réduit également les symptômes :
      - Neurology 1999;53:1622-1627.

    3. FIEVRE (CERTAIN FREQUENT)

    4. FRISSON (CERTAIN FREQUENT)

    5. ASTHENIE (CERTAIN FREQUENT)

    6. DOULEUR MUSCULAIRE (CERTAIN FREQUENT)

    7. MYASTHENIE (A CONFIRMER )
      Un cas au cours du traitement d'une sclérose en plaques :
      - Neurology 1997;49:1747-1748.

    8. HYPERSUDATION (CERTAIN FREQUENT)

    9. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)
      Rarement grave et très généralement réversible. Nécessite une surveillance mensuelle durant les 3 premiers mois:
      - Neurology 1999;53:1622-1627.

    10. TOUX (CERTAIN FREQUENT)
      Description d'un cas:
      - Presse Med 1999;28:913.

    11. ANEMIE (A CONFIRMER )
      Un cas d'anémie hémolytique à l'origine d'une insuffisance rénale chez un patient âgé 44 jours après avoir débuté le traitement pour une hépatite C:
      - Nephron 1998;80:107-108.

    12. THROMBOPENIE (CERTAIN RARE)

    13. EOSINOPHILIE (A CONFIRMER )
      Un cas au cours du traitement d'une hépatite chronique :
      - Eur J Gastroenterol Hepatol 1997;9:909-911.

    14. LEUCOPENIE (CERTAIN RARE)
      Rarement grave et très généralement réversible. Nécessite une surveillance mensuelle durant les 3 premiers mois :
      - Neurology 1999;53:1622-1627.

    15. LYMPHOPENIE (A CONFIRMER )
      Rarement grave et très généralement réversible. Nécessite une surveillance mensuelle durant les 3 premiers mois :
      - Neurology 1999;53:1622-1627.

    16. NEUTROPENIE (A CONFIRMER )
      Rarement grave et très généralement réversible. Nécessite une surveillance mensuelle durant les 3 premiers mois:
      - Neurology 1999;53:1622-1627.

    17. TROUBLE DE LA VISION (CERTAIN RARE)

    18. DYSPNEE (CERTAIN RARE)

    19. PALPITATION (CERTAIN RARE)

    20. TACHYCARDIE (CERTAIN RARE)

    21. ALOPECIE (CERTAIN TRES RARE)

    22. CALCEMIE(DIMINUTION) (CERTAIN TRES RARE)

    23. NECROSE CUTANEE (CERTAIN TRES RARE)
      Au point d'injection.
      Un cas décrit pour l'interféron bêta-1B, avec régression complète à l'arrêt du traitement :
      - N Engl J Med 1995;332:1584.
      Un cas, au niveau du site d'injection, à la suite d'injections répétées au même endroit :
      - Ann Dermatol Venereol 1995;122:105-107.
      Un cas de nécrose au point d'injection liée à une mauvaise dissolution du composé lyophilisé :
      - J Neurol Neurosurg Psychiatry 1997;62:418.
      Plus fréquente chez la femme :
      - Neurology 1999;53:162-1627.

    24. DEPRESSION (CONTROVERSE RARE)
      Résultas contradictoires :
      - Neurology 1999;53:1622-1627.

    25. RISQUE SUICIDAIRE (CERTAIN TRES RARE)
      Cinq cas de tentative de suicide cités :
      - J Hepatol 1994;21:241-243.

    26. NAUSEE (CERTAIN TRES RARE)

    27. VOMISSEMENT (CERTAIN TRES RARE)

    28. DIARRHEE (CERTAIN TRES RARE)

    29. CREATININEMIE(AUGMENTATION) (A CONFIRMER )

    30. PEMPHIGUS (A CONFIRMER )
      Un cas rapporté de pemphigus vulgaire.

    31. SCLEROSE EN PLAQUES(AGGRAVATION) (CERTAIN )
      Exacerbation initiale des symptômes :
      - Neurology 1993;43:662-667.
      - Lancet 1995;345:580.
      L'aggravation de la spasticité et des paresthésies de même que la diminution de l'acuité visuelle s'observent surtout durant les12 premières semaines et peuvent être traitéès par un AINS associé ou non au baclofène ou bien par une réduction temporaire de la posologie :
      - Neurology 1999;53:1622-1627.

    32. METRORRAGIE (A CONFIRMER )
      Un cas :
      - Ann Pharmacother 1997;31:50-52.

    33. HYPERTHYROIDIE (A CONFIRMER )
      Un cas décrit :
      - Arch Neurol 1997;54:1169-1170.

    34. TROUBLE MENSTRUEL (A CONFIRMER )
      Atteindrait 28% des femmes préménopausiques selon un essai non confirmé :
      - Neurology 1999;53:1622-1627.

    35. SYNDROME DE RAYNAUD (A CONFIRMER )
      Un cas chez une femme atteinte de SEP ; imputabilité probable :
      - Lancet 1998;352:878-879.

    36. DIABETE (A CONFIRMER )
      Un cas décrit après 7 semaines de traitement, régressant à l'arrêt :
      - Intern Med 2000;39:146-149.

    Effets sur la descendance

    1. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    2. NON TERATOGENE CHEZ L'ANIMAL
      Etude chez le singe Rhésus.

    3. AVORTEMENT
      Risque accru chez l'animal.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. SYNDROME DEPRESSIF(ANTECEDENTS)

    2. DIABETE
      Risque d'exacerbation.

    3. NEUTROPENIE
      Risque d'accentuation.

    4. THROMBOPENIE
      Risque d'accentuation.

    5. CONVULSIONS(ANTECEDENTS)

    6. IMMUNODEPRESSION

    7. INSUFFISANCE RENALE SEVERE

    8. INSUFFISANCE HEPATOCELLULAIRE SEVERE

    Contre-Indications

    1. GROSSESSE
      Information manquante.

    2. ALLAITEMENT
      Information manquante.

    3. SYNDROME DEPRESSIF
      Risque de suicide.

    4. HYPERSENSIBILITE A CETTE SUBSTANCE

    Voies d'administration

    - 1 - SOUS-CUTANEE

    Posologie et mode d'administration

    Les posologies sont très variables selon les indications.
    Dose usuelle par voie sous-cutanée dans la sclérose en plaques : huit millions d'unités tous les deux jours.

    Dans l'hépatite chronique à virus C, une administration biquotidienne serait supérieure à l'administration unique:
    - Hepatol Res 2000;18:310-319

    Pharmaco-Cinétique


    Absorption
    Difficilement détectable dans le sang.
    Non résorbé par voie orale.
    La biodisponibilité serait de 50% par voie sous-cutanée.
    Répartition
    Ne franchit que très faiblement la barrière hémato-encéphalique intacte. Le franchissement pourrait être accru en cas de sclérose en plaques.
    Métabolisme
    Probablement rapidement métabolisé.

    Bibliographie

    - Drugs 1992;44:946-962.
    - Lancet 1994;344:1057-1060.
    - CNS Drugs 1999;11:289-306.
    - Neurology 1999;53:1622-1627 (EFFETS SECONDAIRES)

    Spécialités

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil