SOMATOTROPINE HUMAINE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 24/5/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    Hormone de croissance extraite d'hypophyses humaines

    Ensemble des dénominations

    BAN : GROWTH HORMONE
    CAS : 9002-72-6
    autre dénomination : GH
    autre dénomination : HORMONE DE CROISSANCE
    autre dénomination : PHYONE
    autre dénomination : SOMATOTROPHIN
    autre dénomination : SOMATOTROPHINE
    autre dénomination : STH
    bordereau : 1842

    Classes Chimiques

    Molécule(s) de base : HORMONE DE CROISSANCE

    Proprietés Pharmacologiques

    1. HORMONE DE CROISSANCE (principale certaine)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Provoque la croissance corporelle.
      Stimule la chondrogenèse et l'ostéogenèse des cartilages épiphysaires.
      Stimule la synthèse protéique.
      Activité diabétogène.
      Augmente les acides gras libres.
      Augmente la filtration glomérulaire et l'élimination hydrique.

    Effets Recherchés

    1. HORMONOTHERAPIE SOMATOTROPE (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. NANISME HYPOPHYSAIRE (principale)

    2. RETARD DE CROISSANCE (principale)
      D'origine hypophysaire.
      Chez les enfants, insuffisants rénaux chroniques :
      - Lancet 1991;338:585-590.

    3. SYNDROME DE TURNER (secondaire)

    4. MYOCARDIOPATHIE NON OBSTRUCTIVE (à confirmer)
      Entraînerait une amélioration de l'état hémodynamique, clinique et métabolique du myocarde (étude pilote et éditorial) :
      - N Engl J Med 1996;334:809-814.
      - N Engl J Med 1996;334:856-857.
      Deux cas d'amélioration décrits :
      - Ann Intern Med 1997;126:834.

    Effets secondaires

    1. RESISTANCE A L'INSULINE (A CONFIRMER )

    2. MALADIE DE CREUTZFELDT-JAKOB (CERTAIN TRES RARE)
      Contamination à partir d'hypophyses humaines (hormone extractive)
      Trois cas rapportés aux Etats-Unis ont motivé le retrait de l'autorisation de mise sur le marché par la FDA :
      - JAMA 1985;254:475-476.
      Autres publications :
      - Med Letter (France) 1985;7:73-74.
      - BMJ 1991;302:1149.
      - BMJ 1991;302:824-828.
      - Presse Med 1993;22:1077-1078.

    3. ACIDOCETOSE (A CONFIRMER )

    4. CALCIURIE(AUGMENTATION) (A CONFIRMER )

    5. HYPOTHYROIDIE (A CONFIRMER )

    6. NAEVUS MEGALOCYTAIRE (A CONFIRMER )
      Stimulation de la croissance :
      - Lancet 1993;341:1505-1506.

    7. DYSLIPOPROTEINEMIE (A CONFIRMER )
      On observe à la fois une diminution du cholestérol total et du cholestérol LDL et une augmentation des concentrations sériques de lipoprotéine a, facteur de risque indépendant de l'athérosclérose .
      - BMJ 1993;306:1726-1727.

    8. PANCREATITE AIGUE (CERTAIN TRES RARE)
      Un cas rapporté, dix autres cités (origine de somatotropine non précisé) :
      - N Engl J Med 1995;332:401-402.

    9. HYPERTENSION INTRACRANIENNE (CERTAIN TRES RARE)
      un cas décrit d'hypertension intracranienne bénigne et 23 cas déjà rapportés (type d'hormone de croissance non précisé) :
      - Lancet 1995;345:458-459.

    10. GYNECOMASTIE (CERTAIN )
      22 cas rapportés à la FDA chez des garçons prépubertaires :
      - J Pediatr 1995;126:659-661.

    11. RETINOPATHIE (A CONFIRMER )
      2 cas d'atteintes rétiniennes de type diabétique:
      - J Clin Endocrinol Metabol 1998;83:2380-2383.

    12. MORTALITE AUGMENTEE (A CONFIRMER )
      Chez des malades en réanimation, augmentation de la mortalité. Essai randomisé versus placebo :
      - N Engl J Med 1999;341:785-792.

    Pharmaco-Dépendance

    1. NON

    Précautions d'emploi

    1. SPORTIFS
      Substance interdite :
      - Journal Officiel du 7 Mars 2000.

    Voies d'administration

    - 1 - INTRAMUSCULAIRE
    - 2 - SOUS-CUTANEE

    Posologie et mode d'administration

    N'est plus commercialisée en France.
    Dose usuelle par voie intramusculaire ou sous-cutanée : cinquante à cent unités Evans par jour pendant 8 à 15 jours.

    Pour rechercher les spécialités contenant cette substance, consultez le site www.vidal.fr

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :


    Retour à la page d'accueil